//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #FIFM2016 « The Fits » (2016) d’Anna Rose Holmer
The Fits affiche

[CRITIQUE] #FIFM2016 « The Fits » (2016) d’Anna Rose Holmer

Après avoir obtenu le prix de la critique au Festival de Deauville 2016, The Fits d’Anna Rose Holmer est présenté en compétition du Festival International du Film de Marrakech 2016. Notre critique et analyse du film. 

Synopsis :

Toni (Royalty Hightower), 11 ans, s’entraîne dans la salle de boxe de son grand frère.
Elle découvre qu’à l’étage au dessus, un groupe de filles apprennent une variante très physique du hip hop, le drill.
Attirée par leur énergie, leur force, leur assurance, Toni abandonne peu à peu la boxe pour la danse…

 

The Fits : masculin/féminin

 

The fits image 1
© ARP Selection

 

The Fits est une belle empreinte 2016 du cinéma indépendant américain. Le film raconte le dur choix pour le personnage principal entre le masculin et le féminin. Première scène, on découvre Toni dans une salle de boxe en train de faire ses tractions et perfectionner son crochet. Elle est, du regard de ses autres amies, pas vraiment une fille à en croire « les muscles » qu’elle possède.

Puis, le personnage principal s’investit de plus en plus dans la danse, prête à devenir une vraie fille. Particulièrement douée dans cette disciple, Toni cache pourtant ses véritables talents, n’assumant pas encore son côté féminin. Puis survient cette mystérieuse maladie qui ne touche que les filles… Ce mal obscur se révélera aussi conceptuel que pouvait l’être la malédiction de It follows (2014) de David Robert Mitchell, où l’expérience sexuelle apportait le mal.

Le sujet abordé par la réalisatrice est extrêmement classique. Pour autant, il est un chemin de vie sur un personnage de valeur. D’ailleurs, Anna Rose Holmer choisit de mettre particulièrement en avant son actrice principale en construisant sa réalisation par des gros plans, combinés par des flous en arrière plan. The Fits est emprunt d’une musicalité noire-américaine qui donne la pêche et qui rend le film réjouissant. En particulier, la dernière scène est une belle conclusion musicale sortie d’un imaginaire à la Broadway.

 

Une jeune actrice pleine d’assurance

 

The fits image 1
© ARP Selection

 

L’actrice Royalty Hightower possède une assurance devant la caméra. Elle donne du caractère à son personnage, au-delà de la préparation physique intense qu’elle a dû supporter pour préparer le film. Elle est aussi physiquement dotée d’un gabarit atypique, qui la rend extrêmement mature aux yeux du spectateur.

Avec The Fits, les codes masculin-féminin sont redessinés. Ils sont en quelque sorte une vision américaine des recherches cinématographiques de Pedro Almodovar.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 11/01/2017
  • Distribution France : ARP Selection

Check Also

L'amant double affiche film

Cannes 2017 « L’amant double » (2017), le cinéma français content de lui par François Ozon

L’amant double de François Ozon a été présenté vendredi en Compétition du 70ème Festival de …

Affiche Mobile Homes film

[Cannes 2017] « Mobile Homes » (2017) : Vladimir de Fontenay, un jeune réalisateur à suivre

Mobile Homes est le premier long-métrage de Vladimir de Fontenay, jeune réalisateur français installé aux …

Laisser un commentaire