//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / CINEMA: Notre enfance à Tbilissi (2014) de Téona et Thierry Grenade / Brother (2014) by Téona and Thierry Grenade

CINEMA: Notre enfance à Tbilissi (2014) de Téona et Thierry Grenade / Brother (2014) by Téona and Thierry Grenade

Premier film de Téona et Thierry Grenade, Notre enfance à Tbilissi (ძმა, 2014) revient sur la période trouble qui a suivi l’indépendance de la Géorgie. À travers l’histoire d’un quartier et d’une famille, les deux jeunes réalisateurs nous offrent un regard rare sur un pays peu connu.

First Téona and Thierry Grenade‘s feature film, Brother (Dძმა, 2014) talk about the troubled period following the independence of Georgia. Throughout the story of a neighborhood and a family, the two young filmmakers offer us a rare look on a little-known country.

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

Synopsis : Tbilissi, Géorgie, début des années 90. Giorgi (Irakli Basti Ramishvili), 17 ans, fasciné par Tony Montana et Vito Corleone, vit aux côtés de sa mère Maia (Natasha Shengelaia) et de son petit frère, Datuna (Zuka Tsirekidze), pianiste prodige. Alors que peu à peu la ville, en proie au marché noir, s’embrase, Giorgi, devenu l’un des caïds du quartier, tente d’aider Datuna à accomplir son rêve de musicien tout en essayant de le protéger.

 © Zootrope Films

Le film est l’histoire d’une jeunesse sacrifiée, représentée par le jeune Giorgi qui, à l’âge de chercher sa place dans la société, va subir de plein fouet les changements d’un pays où seul un petit nombre de personnes sauront prospérer rapidement. Il cédera à l’attrait de l’argent facile des trafics et passera à côté de sa vie.
Son petit frère Datuna, plus jeune et fan de piano, représente par contre l’espoir que d’autres jeunes s’en sortiront. Mais bien que protégé par son frère et par sa passion par la musique, cette dernière ne pourra pas recouvrir éternellement les images de plus en plus violentes du pays. Cette réalité – et ce que son frère est devenu – le rattrapera.

Côté technique, Téona et Thierry Grenade s’attachent à suivre le parcours des deux frères et à décrire l’évolution d’un quartier : des grands-parents aux petits enfants. Et pour ce faire, le casting du film est cohérent, avec particulièrement le charismatique jeune acteur georgien Irakli Basti Ramishvili dans le rôle du grand frère qui tourne mal. Le rythme du film est par contre un peu lent parfois, bien que le milieu du film soit marqué par un temps fort autour de Giorgi et de son petit gang.

Si Notre enfance à Tbilissi n’est pas parfait, la force de ce premier film réside dans l’immersion qu’il nous offre dans un pays si peu connu.

jici

En savoir plus :
– http://www.zootropefilms.fr/v2/catalogue/?IdFilm=Notre%20Enfance%20a%20Tbilissi (site officiel du distributeur)

Check Also

Affiche Mobile Homes film

[Cannes 2017] « Mobile Homes » (2017) : Vladimir de Fontenay, un jeune réalisateur à suivre

Mobile Homes est le premier long-métrage de Vladimir de Fontenay, jeune réalisateur français installé aux …

Rodin affiche film

[CRITIQUE] « Rodin » (2017), lenteur sculpturale par Jacques Doillon

Rodin de Jacques Doillon est présenté au Festival de Cannes 2017 en compétition officielle. Vincent Lindon …

Laisser un commentaire