//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / Something Must Break (2014) de/by Ester Martin Bergsmark

Something Must Break (2014) de/by Ester Martin Bergsmark

Premier long-métrage de fiction d’Ester Martin Bergsmark, Something Must Break (Någonting måste gå sönder, 2014) aborde sans détour la sexualité transgenre dans la lignée du mouvement Queer Cinema. Le film à l’esthétique baroque traite avec sensibilité de deux êtres à la découverte l’un de l’autre dans un Stockholm contemporain. Something Must Break a remporté un Tigre d’Or au Festival du Film International de Rotterdam 2014.

Ester Martin Bergsmark’s first fiction film Something Must Break (Någonting måste gå sönder, 2014) deals with transgender sexuality in line with the Queer Cinema movement. The film develops a delicate and baroque aesthetics in contemporary city of Stockholm while telling the story of two human beings discovering each other. Something Must Break won a Tiger Award at International Film Festival Rotterdam 2014.

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

Synopsis : Sebastian (Saga Becker) mène une vie de femme dans un corps d’homme. Sa rencontre avec Andreas (Iggy Malmborg) est un coup de foudre, mais ce dernier hésite à s’investir dans une relation qu’il n’assume pas vis-à-vis de ses proches. Glissement progressif de l’affirmation d’une identité, Sebastian décide alors de devenir Ellie et – avec ou sans son amant – d’embrasser cette nouvelle vie qui l’attend.

© D.R.

Précédemment remarquée avec Maggie in Wonderland (2008) pour lequel elle a obtenu le Guldbagge (César suédois) du Meilleur Documentaire, Ester Martin Bergsmark adapte avec brio le livre You Are The Roots That Sleep Beneath My Feet And Hold The Earth In Place de l’écrivain Eli Levén, personnalité également sujet du documentaire She Male Snails produit en 2012.

Ester Martin Bergsmark : « Mes films sont accessibles. Ils s’adressent à nos démons intérieurs et leur tendent la main. Ils proposent à votre personnalité cachée de se révéler au grand jour ».

© D.R.

En parallèle d’une vision naturaliste de la capitale suédoise dont on ne voit ici que la zone industrielle et sa vie de précarité, Something Must Break filme au plus près des corps la rencontre amoureuse entre Sebastian, personnage androgyne en quête de sensations fortes, et Andreas, devenu l’objet de ses désirs. Leur idylle agit tel un rai de lumière dans le film.

Depuis She Male Snails, Ester Martin Bergsmark collabore étroitement avec la directrice de la photographie Minka Jakerson pour donner un aspect graphique « incarné » à ses films. Grain de peau, effets de matières et de couleurs sont prégnants, notamment lors des rencontres nocturnes de Sebastian/Ellie avec des inconnus, inserts visuels à mi-chemin entre onirisme et réalité.

Il a fallu deux ans de recherches à la réalisatrice pour trouver l’actrice capable d’endosser le rôle exigeant de Sebastian/Ellie. Premiers pas au cinéma réussis pour Saga Becker, qui porte en elle l’émotion et la fébrilité nécessaires à son personnage, tout en jouant de sa féminité émaciée. 

GwenfromNY

En savoir plus :
http://www.outplayfilms.com/?p=869 (le site officiel du distributeur)

Check Also

Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 affiche

[CRITIQUE] « Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 » (2017) de James Gunn

Après le succès inattendu du premier opus, James Gunn rempile pour Les Gardiens de la …

Affiche Message From The King

[CRITIQUE] « Message From The King » (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz part aux Etats-Unis pour tourner son film Message From The King. …

Un commentaire

  1. Le blog du cinéma scandinave

    Si la photo de Minka Jakerson vous a plu, je vous encourage d'explorer les images des nouveaux directeurs de la photo suédois, qui aiment capter les phénomènes et filmer des plantes en contre-plongée 🙂

Laisser un commentaire