enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Aline affiche film critique avis

Critique / « Aline » (2020) de Valérie Lemercier

Dernière mise à jour : novembre 11th, 2021 at 08:38

Aline, le nouveau film de et avec Valérie Lemercier, est un faux biopic sur la vie de Céline Dion. Il sort enfin dans les salles de cinéma le 10 novembre après 1 an d’attente. La critique et l’avis film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Québec, fin des années 60, Sylvette (Danielle Fichaud) et Anglomard (Roc LaFortune) accueillent leur 14ème enfant : Aline (Valérie Lemercier). Dans la famille Dieu, la musique est reine et quand Aline grandit on lui découvre un don, elle a une voix en or. Lorsqu’il entend cette voix, le producteur de musique Guy-Claude (Sylvain Marcel) n’a plus qu’une idée en tête… faire d’Aline la plus grande chanteuse au monde. Epaulée par sa famille et guidée par l’expérience puis l’amour naissant de Guy-Claude, ils vont ensemble écrire les pages d’un destin hors du commun.

Suite à la crise du COVID-19, le long métrage Aline aurait pu se retrouver sur Amazon Prime Vidéo, qui avait approché le distributeur. Le refus de la production et de Valérie Lemercier a été immédiat pour donner une chance au grand public de découvrir cette belle comédie romantique sur grand écran.

Aline : Céline Dion sous un angle intime

C’était sur un ton de rigolade que Valérie Lemercier déclarait en 2017 aux journalistes à la sortie de son précédent film, Marie-Francine, qu’elle souhaitait adapter la vie de Céline Dion pour son prochain projet. Quelques années plus tard, l’humoriste singulière a finalement fait de cette farce une réalité avec Aline.

Ce projet se lance alors en grande pompe affichant une ambition démesurée issue d’une coproduction franco-québécoise, tournée de l’autre côté de l’Atlantique avec des acteurs québécois. La réalisatrice, également actrice, souhaite ainsi rompre la malédiction de représentations d’un de ses spectacles données au Québec qui ne s’étaient pas passées comme prévues, les spectateurs, tous invités par une compagnie aérienne, avaient en effet eu le mauvais goût de partir pendant le spectacle laissant l’humoriste seule.

ALINE photo critique film 2021
© Gaumont

Le faux biopic sur Céline Dion s’ouvre sur un plan en plongée dans lequel Aline, allongée sur un grand lit en jogging luxueux, écoute la chanson Ordinaire, classique québécois, à laquelle son compositeur et parolier Robert Charlebois a donné une seconde vie pour la grande chanteuse aux 230 millions d’albums vendus. La chanson montre le côté intime et humain de la star internationale, clamant, avec son léger accent natif, qu’elle n’est pas « une chanteuse populaire » mais « une femme bien ordinaire« , à la façon d’une femme seule dont la célébrité est parfois lourde à porter. Ce poids de la solitude semble partagé par Valérie Lemercier qui fait corps avec son personnage.

Cette ouverture donne le ton d’un film qui choisit d’aborder tout en finesse la vie de l’interprète de My Heart Will Go On sous l’angle résolument intime, de sa naissance en 1968 au milieu d’une famille nombreuse jusqu’au chamboulement sentimental lié à la perte de l’amour de sa vie. Valérie Lemercier, reine des faux semblants depuis Palais Royal où elle critiquait sans trop se cacher le tragique destin d’une Lady Di fictive, fait le choix de garder sa liberté en s’inspirant de la vie de Céline Dion sans jamais la trahir tout se donnant la possibilité d’écrire une fiction dans laquelle elle construit sa propre histoire d’amour et imagine sa propre idylle autour de protagonistes imaginaires, Aline et Guy-Claude.

Le projet le plus ambitieux de Valérie Lemercier

L’exploit d’Aline est d’abord technique. La réalisatrice de 100% Cachemire choisit de se mettre en scène dans la peau de son héroïne, de son plus jeune âge, où le bout de son nez dépasse à peine l’estrade de quartier accueillant la fête du village, jusqu’à aujourd’hui où elle est devenue une icône solide remplissant des stades complets. Il n’y a pas que le fond vert qui a servi à cette incarnation multi-temporelle puisque les angles de caméra sont minutieusement étudiés notamment pour rapetisser par moment la comédienne, pourtant très grande. On relève également une production qui a le sens du détail. En effet, une prothèse de nez, moulée à partir des empreintes de celui de Valérie Lemercier, est fixée sur la tête de chaque comédien interprétant les frères et soeurs d’Aline pour donner une ressemblance à cette famille de cinéma.

ALINE photo critique film 2021
© Gaumont

Aline est résolument un film musical où on entend les plus grands tubes de la diva canadienne, magnifiquement bien ré-interprétés par la chanteuse Victoria Sio et qui a le coffre nécessaire pour passer les notes les plus exigeantes de Céline Dion, comme celle ô combien casse gueule de All By Myself. sans pour autant la singer. Mais l’ancienne interprète de la comédie musicale ne singe pas son idole puisqu’elle donne à son interprétation un grain de voix singulier l’éloignant de celui unique de la chanteuse canadienne.

Le film ne s’adresse pas uniquement au fan de la chanteuse de Pour que tu m’aimes encore puisqu’il constitue avant tout une touchante comédie, où l’intime d’une rencontre passionnelle vient parfaitement bien épouser le ton humoristique caractéristique de Valérie Lemercier. Les moments touchants sont pléthores, comme lorsque Aline en pleine interview va révéler à demi-mot au grand public qu’elle vit une passion avec son producteur, bien plus vieux qu’elle. Mais le rire n’est jamais très loin, notamment avec la mère de la chanteuse, interprétée par la joyeuse Danielle Fichaud, qui n’est pas prête à ménager son gendre.

Alors que Céline Dion n’a pas souhaité intervenir dans la production de ce long-métrage, Aline rend un hommage qualitatif à la chanteuse, décrite comme une personne douce, généreuse et passionnée, à l’image qu’on se fait de cette icône au coeur tendre. Valérie Lemercier peut être fière d’avoir réussi l’un des projets les plus ambitieux de sa carrière, bien parti pour être le succès populaire de cette fin d’année, dont les cinémas ont cruellement besoin en ce moment. Alors, quand on pose désormais la question à l’artiste de son projet film, elle y répond toujours avec la même dérision « un biopic sur Martine Aubry« . Encore une boutade qui pourrait devenir réalité ?

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 10/11/2021
  • Distribution France : Gaumont Distribution
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.