enfr

Critique / « Deadpool » (2016) casse la méta-baraque !

Dernière mise à jour : janvier 11th, 2021 at 02:47

Ryan Reynolds is Deadpool is Ryan Reynolds

L’acteur/producteur Ryan Reynolds est totalement indissociable de la version cinématographique de Deadpool. Par son implication d’une part, mais surtout par son humour sarcastique et sa personnalité, naturellement très proche de celle du mercenaire cabotin.

La caractéristique majeure de Deadpool est en effet de débiter non-stop des commentaires déplacés, des vannes grossières ou d’insolentes diatribes interminables. Et Ryan Reynolds possède justement un talent naturel pour la répartie comique et effrontée qu’il met joyeusement au service du film.

L’acteur canadien a de plus fait ses débuts à Vancouver dans l’improvisation, une arme essentielle qu’il exploite avec entrain pour interpréter son alter-ego masqué. Il a d’ailleurs organisé très tôt une relecture du scénario avec le reste du casting en sollicitant de leur part un maximum d’improvisation — au grand plaisir de T.J. Miller (Silicon Valley), qui interprète Weasel, l’espèce de comique de service/side-kick de Deadpool. Le film promet donc de nombreuses scènes alternatives et autres bêtisiers dans de futurs bonus DVD/Blu-Ray.

Et enfin, Ryan Reynolds profite et utilise à pleine mesure l’aspect « méta » de son personnage. Comme une forme de thérapie par le rire, l’acteur se moque allègrement des aléas de sa filmographie (Green Lantern en tête) et prend un malin plaisir à jouer de son image de playboy.

Il passe d’ailleurs une bonne partie du film avec le visage affreusement défiguré de son personnage. Un maquillage effroyablement réussi de Bill Corso, qui nécessitait pas moins de quatre heures de travail par jour — et même jusqu’à huit heures d’affilées pour une scène de nu intégral version Deadpool.

Quand au reste du film, l’acteur sexy passe la plupart de son temps caché sous un masque, retouché numériquement pour l’expression des yeux blancs, mais tout de même basé sur le jeu de Ryan Reynolds, qui tourna chaque scène avec et sans le masque.

Quel futur pour Deadpool ?

Pour Ryan Reynolds, faire ce film fut un rêve devenu enfin réalité. Il gardera même un costume de son alter-ego en souvenir à la fin du tournage. De passage à Paris pour promouvoir le film, l’acteur va même jusqu’à décréter, non sans sarcasme, que Deadpool sera son héritage, le rôle que les gens se souviendront le plus après sa mort.

En attendant, Ryan Reynolds a pris un malin plaisir à remettre le costume pour le méta-marketing viral et original de Deadpool. Quand au deuxième volet, il ne devrait pas trop tarder. Car après l’échec cuisant du récent Fantastic Four, sa suite planifiée ne verra pas le jour — dieu merci ! Et c’est donc Deadpool 2 qui a récemment pris son créneau sur le calendrier des sorties de la Twentieth Century Fox.

Ryan Reynolds aimerait y introduire le personnage de Cable car il adorerait voir se faire un jour un film sur la fameuse équipe de mutants appelée X-Force. Pendant ce temps, les studios réfléchissent à de futurs cross-over pour Deadpool au sein de l’univers X-Men. Certains fans spéculent sur une apparition dans le prochain Wolverine, un pari pas très risqué vu comment Hugh Jackman et Ryan Reynolds adorent se taquiner dans les médias depuis leur collaboration sur X-Men Origins: Wolverine — Reynolds réserve d’ailleurs à son ami australien de très bons clin d’œil dans Deadpool.

Mais de notre côté, on n’oublie pas la sortie future de Gambit en 2017, avec dans le rôle-titre Channing Tatum, que l’on imagine très facilement aux côtés de Ryan Reynolds pour quelques scènes bien délirantes d’autodérision…

Emilio M.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.