enfr
Hommages
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
La bonne épouse affiche film

Critique / « La bonne épouse » (2019) : la nouvelle comédie de Martin Provost

Juliette Binoche et Yolande Moreau ont donné rendez-vous aux spectateurs le 22 juin 2020 pour la ressortie en salles de cinéma du film de Martin Provost, La bonne épouse. Trois mois après la fermeture des cinémas liée à la pandémie de coronavirus, le long métrage, tourné vers les revendications féministes en mai 68, ouvre une nouvelle ère. L’avis et la critique film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck (Juliette Binoche) dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?

La bonne épouse : enseignement ménager des années 60

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, l’enseignement ménager est proposé aux jeunes filles durant leur scolarité obligatoire ou post-obligatoire. Dans l’enseignement ménager se mêlaient hygiénisme, sciences et techniques avec l’ambition de former des ménagères aguerries. Tel est le but du personnage de Juliette Binoche dans cette comédie très agréable à voir, La bonne épouse.

Comédie féministe au casting excellent

Avec la prise de recul suffisante et un casting génial où chacun est à sa place (Yolande Moreau, François Berléand et Edouard Baer secondent Juliette Binoche), le réalisateur Martin Provost livre une belle friandise de comédie qui sort plutôt au bon moment. Alors qu’elle trouve désolant qu’on parle de moins en moins de cinéma durant l’annuelle cérémonie des César, Juliette Binoche ne pourrait nier que son nouveau long-métrage ne mélange pas justement cinéma et réflexion.

La bonne épouse se concentre sur l’idéologie véhiculée par les écoles ménagères de l’époque, ces établissements qui servaient à diffuser l’image de la parfaite épouse, celle qui veille à l’équilibre des repas, à verser convenablement le thé dans chaque tasse et à ne pas laisser de trace sur les carreaux. Cela correspondait à l’idéal éducatif et social des autorités politiques et que l’école avait pour mission de transmettre. Mais un jour, les femmes en ont eu marre…

La bonne épouse se déroule à la veille des manifestations de Mai 68 (que les personnages du film suivent à la radio) et bénéficient donc d’une belle toile de fond qui ne fait jamais oublier son message. Un film fluide qui n’en fait pas trop et durant lequel on ne s’ennuie pas.

En savoir plus :

  • La bonne épouse, un film de Martin Provost
    Date de sortie France : 11/03/2020
  • Distribution France : Memento Films
Luigi Lattuca
Follow me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.