enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Olivia Ruiz A nos corps aimants
© Christophe Acker

Interview / Olivia Ruiz parle de son premier roman

A l’occasion de la sortie du roman La commode aux tiroirs de couleurs, Bulles de Culture a interviewé Olivia Ruiz. Chanteuse, actrice, l’interprète de La Femme Chocolat devient romancière en sortant un très beau livre qui évoque les valeurs de transmissions familiales sur fond de guerre civile espagnole. Notre rencontre. 

La commode aux tiroirs de couleurs : « un exercice de liberté inoubliable« 

Quand on évoque la genèse de son livre, Olivia Ruiz nous dit d’emblée « ce n’est pas mon idée mais l’idée de mon agent, Olivia de Dieuleveult. J’avais écrit un recueil de nouvelles et de photos dont une s’appelait justement La commode aux tiroirs de couleurs. Olivia me dit alors qu’il ne restait plus qu’à remplir ces tiroirs« . 

L’artiste se dit porter par la musique mais l’écriture « est un exercice de liberté inoubliable« . « On est restreint dans les chansons. L’exercice n’est pas le même. On est porté par d’autres difficultés lors de la confection d’un roman« . Olivia Ruiz revient sur les durs moments lors de la confection de son ouvrage : « j’ai beaucoup pleuré en écrivant quelques passages. Mais j’ai également beaucoup ri« .

La commode aux tiroirs de couleurs est un livre solaire et fort sur l’exil, l’amour et le lien maternel : « parler de déracinement et exil, je l’avais déjà fait avec le spectacle Volver au Théâtre Chaillot, qui signait une belle rencontre avec le chorégraphe Jean-Claude Gallotta. A force de lire des récits sur l’Espagne de Franco, j’avais suffisamment de matière émotionnelle pour en tirer plus qu’une mise en scène d’1h30. C’est ce que j’ai tenté avec La commode aux tiroirs de couleurs« .

Même si les protagonistes de l’histoire ont quelques ressemblances avec son propre vécu,  Olivia Ruiz précise que « le récit n’est pas du tout une biographie. Dans ma famille comme pour le personnage principal, le désir d’oublier était tellement fort qu’il en a cousu toutes les bouches de la famille. Je ne sais pas grand chose du parcours de vie de mes ancêtres« . 

Olivia Ruiz / »il faut aimer pour bien connaitre« 

Dans La commode aux tiroirs de couleurs, les origines de l’artiste du Sud de la France sont bien évidemment mis en avant : « j’aime le Sud, les femmes du Sud me fascinent« , précise-t-elle, « Je me suis nourri de cette fascination. Je crois de toute façon qu’il faut aimer pour bien connaitre. Je voulais que mes personnages reflètent cette Méditerranée, ces femmes hautes en couleurs mais hyper fragiles à la fois. J’ai tout mélangé dans mon récit ».

A travers ce livre, Olivia Ruiz marque cependant tout l’attachement qu’elle a pour les valeurs familiales, mettant en avant ce besoin d’amour. Un peu paradoxal lorsqu’on sait que son premier album s’intitulait « J’aime pas l’amour« . Elle réagit : « La chanson « J’aime pas l’amour », c’est une fille qui ne s’est pas relevée d’un chagrin d’amour. Les mots de Juliette, parolière de la chanson, sont clairement de la mauvaise foi dans la bouche de celle qui vit ce que je chante. Elle ne cherche en réalité qu’à retrouver cet amour. De là où je venais, j’avais besoin de m’extirper de l’image qu’on avait de moi. Voilà pourquoi les paroles ont résonné en moi« . 

L’auteure nous assure « j’aurai d’autres romans. Je me suis déjà remise à écrire« . Pas de panique pour ceux qui veulent retrouver la chanteuse sur scène : « je n’abandonne pas la musique pour autant. J’ai hâte de reprendre un spectacle intitulé « Bouches cousues », interrompu. C’est un voyage poétique sur le silence, la transmission, évoquant le regard qu’on porte sur l’autre avec bien sûr en ligne directrice l’Espagne« . Les multiples routes artistiques d’Olivia Ruiz ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. 

 

En savoir plus  :

  • La commode aux tiroirs de couleurs, Olivia RuizÉditions JC Lattès, 3 juin 2020, 208 pages, à partir de 14.99 euros
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.