enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Géométrie de la mort de Dariusz Jablonski image série télé
© Apple Film Production

Critique / « Géométrie de la mort » (2019) de Dariusz Jablonski

Dernière mise à jour article : 12 novembre 2020 à 11:46

A partir du jeudi 5 novembre 2020, ARTE diffuse une chouette série policière europénne à suspense : Géométrie de la mort (Zasada przyjemności) de Dariusz Jablonski avec Malgorzata Buczkowska, Karel Roden et Sergueï Strelnikov au casting. La critique et l’avis série de Bulles de Culture.

Synopsis :

Un canot dérive sur la mer Noire jusqu’à la plage d’Odessa, avec à son bord le cadavre d’une jeune femme blonde égorgée et nue, dont l’un des bras a été sectionné post mortem. Dépêché sur les lieux, le capitaine Serhij Franko (Sergueï Strelnikov) cherche à identifier le cadavre.
Peu après, à Varsovie, un jeune couple est attaqué par un homme masqué armé d’une batte de base-ball, qui s’enfuit en abandonnant sa voiture. La commissaire Maria Sokolowska (Malgorzata Buczkowska) y découvre un bras coupé. Le véhicule a été volé à un assureur nommé Bronisz.
Sur la scène d’un théâtre de Prague, deux acteurs sont confrontés à leur tour à un bras féminin sectionné. À deux mois de la retraite, l’inspecteur Viktor Seifert (Karel Roden) se serait bien passé de cette macabre affaire…

Géométrie de la mort : enquêtes en Europe de l’Est

Géométrie de la mort de Dariusz Jablonski image série télé
© Apple Film Production

Avec un tournage en Allemagne (Prenzlau), en Pologne (Varsovie), en République tchèque (Prague) et en Ukraine (Odessa), un scénario de Maciej Maciejewski, une image de Paweł Dyllus, Martin Žiaran et Andrey Lisetskiy, un montage de Milenia Fiedler, une musique originale de Mich ał Lorenc et une réalisation de Dariusz Jablonski, Géométrie de la mort est une série policière germano-ukraino-tchèque de dix épisodes d’une cinquantaine de minutes. Elle nous place aux côtés de trois enquêteur.rice.s, avec des vies personnelles bien entendu compliquées, et leurs équipes confronté.e.s à des corps et bras de femmes éparpillés entre la Pologne, la République tchèque et l’Ukraine.

Une série à suspense passionnante à suivre

Géométrie de la mort de Dariusz Jablonski image série télé
© Apple Film Production

Côté distribution, l’actrice Malgorzata Buczkowska (vue dans le long métrage Fugue) campe avec talent et un plaisir non dissimulé une commissaire polonaise solitaire, libre et… sur la selette à cause de la mort suspecte d’une gros dealer. C’est le personnage fort et le plus intéressant de la série. Côté tchèque, l’acteur Karel Roden (vu dans les longs métrages Largo Winch et RockNRolla) propose également un personnage intéressant d’inspecteur plus âgé et proche de la retraite. Par contre, le comédien Sergueï Strelnikov (vu dans le long métrage La terre outragée) incarne un jeune et un peu moins convaincant capitaine de police ukrainien.

Notre avis ?

Si elle n’évite pas parfois quelques scènes un peu maladroites du point de vue de la réalisation, la série Géométrie de la mort se révèle néanmoins pleine de suspense et passionnante à suivre. Elle propose en effet de nombreux suspects, avance plusieurs théories, multiplie les rebondissements et surtout, elle réussit à mener de front un récit éclaté géographiquement avant une résolution finale très loin d’être décevante.

Bref, une série à ne pas rater.

En savoir plus :

  • Géométrie de la mort est diffusé sur ARTE les jeudis du 5 au 19 novembre 2020 à 20h55. La série est également diffusée en streaming et disponible en replay sur Arte.tv
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

5 Commentaires

  1. Les plus selon ma vision et ce que j’attendais de cette série : l’ambiance et les décors, la musique et les références aux classiques d’Europe centrale. Les personnages sont tous assez convainquants. mention spéciales à la policière polonaise et son collègue tchèque. Bien qu’un peu tourneboulé par la complexité de l’intrigue, je pense qu’au final cela fait le charme de l’ensemble de la série. On ne lâche rien mais c’est le parcours du combattant. Il faut s’accrocher.
    Je suis moins emballé par la durée un peu exagérée. Mais tant qu’on à plaisir à enchaîner les épisodes.
    Je conseille.

    • bonsoir ,je ptg votre point de vue , très bonne performance de ces 2 policiers Victor et Maria , mais on s,égare un quelque peu de Varsovie a Prague ,en passant par Odessa visite et découverte gratuite de ces villes mais était-ce utile les 16 épisodes pour boucler cette enquête ? j,imagine que dans la série ESPRIT CRIMINEL l,affaire aurait duré 3 quart d,heure .mais dans ce polar plutôt sombre ,on patauge et parfois ce que je déteste trop de scenes tournées dans le noir on ne voit rien .
      La fin m,a quelque peu dérouté j,´espérais que le coupable serait arrêté et mis en détention j,avais la vague impression que ce serial killer allait s,en prendre a Maria dans son hôtel .
      il n,en reste pas moins que cette série noire était palpitante on n,a pas envie de rater un épisode et puis cela nous change des séries policière habituelles résoudre une enquête très compliquée dans ces pays de L;EST c,est surprenant .

  2. Daniele Sauvadet

    totalement perdue dès l’épisode 5 à cause de l’excès de personnages et de la difficulté à différencier tous ces noms compliqués;j’ai néanmoins persevéré car l’intrigue est intérressante , curieuse de connaitre le dénouement
    plus on approchait de la fin et plus j’étais « larguée »; à la fin du dernier épisode, je n’ d’avantageai pas compris l’issue de toute l’affaire ; pas compris les motivations de l’assassin dont on aurait dû connaitre le passé (c’est à peine évoqué !); j’ai pensé qu’il y aurait une suite nous expliquant celà ,et aussi ce qu’il est advenu des autres
    personnages impliqués….il n’en sera donc rien et je reste sur ma fin,regrettant mes efforts pour « m’accrocher » en pure perte …bien dommage !!!

  3. Jean Marc BOULESTEIX

    Une magnifique série avec des personnages travaillés, un intrique pleines de fausses pistes, un rythme intéressant, de belles images, la prouesse d’un récit multisite. On est loin des stéréotypes des séries policières américaines qui finissent pas toutes par se ressembler, avec des personnages « attendus », des actrices botoxées, et une repartition multiculturelle des rôles politiquement correcte.
    J’espère qu’il y aura une saison 2.

  4. Superbe musique = superbes variations de « colchiques dans les prés ».
    Musique originale de Michal Lorenc ???????? Mon oeil !!!!!!!. Au moins rendre hommage à Francine Cockempot sur le générique !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page