enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Le Secret des Finch
© D.R.

Critique DVD / « Le Secret des Finch » (2015) de Simon Stone

Le film australien Le Secret des Finch de Simon Stone avec Geoffrey Rush, Sam Neill, Miranda Otto est disponible en vidéo le 15 janvier 2020. Le drame familial fait ressurgir de lourds secrets enfouis. La critique et l’avis de Bulles de Culture

Synopsis :

Après des années d’absence, Christian Nielsen revient au domaine familial pour le mariage de son père Henry, riche propriétaire local. Christian renoue alors avec son ami d’enfance Oliver Finch et fait la connaissance de sa femme Charlotte et de sa fille Edwige. Malgré ces heureuses retrouvailles, Christian porte un lourd secret : les révélations qu’il s’apprête à faire menacent de briser la vie de tout son entourage.

Le secret des Finch : un mélodrame sans lueur

Derrière Le Secret des Finch se cache un grand metteur en scène de théâtre. Né en Suisse de parents australien, le réalisateur Simon Stone remporte des prix majeurs du théâtre australien grâce à sa première production L’Éveil du printemps de Wedekind. Le jeune artiste acquière une renommée internationale en s’attaquant tant aux pièces réalistes de Tchekhov qu’au théâtre moderniste avec Angels in America de Tony Kushner. En France, l’artiste est associé au théâtre de l’Odéon où il a monté l’adaptation française de Trois Sœurs et, en 2019, La Trilogie de la vengeance. Le Secret des Finch est son premier long métrage en tant que réalisateur. Il officie également pour ce film en tant que scénariste. 

Malheureusement, ce film, resté sur les étagères depuis sa production en 2015, n’est pas une totale réussite. Le casting est pourtant exaltant avec d’un côté des grandes pointures du cinéma, Geoffrey Rush (Le Discours d’un roi, la saga Pirates des Caraïbes), Sam Neil (Jurassic Park, La Leçon de piano), et de l’autre des figures bien connues du petit écran : Anna Torv (Fringe, Mindhunter) ou encore Miranda Otto (Homeland). Cette grande réunion familiale promettait d’être alléchante.

Cependant, l’aspect choral des histoires de cette famille déchirée est traitée de façon brouillonne, délitant ainsi le talent de chaque comédien. La mise en scène, très noire, est inspirée des films américains indépendants à petits budgets. De cette technique, le réalisateur ne tire aucune étincelle. On s’enfonce au fil de l’histoire dans un mélodrame sans lueur où aucune aspérité ne vient palier un excès de rebondissements tragiques… Totalement passable dans un contexte où les soirées de couvre feu sont déjà bien tristes !

En savoir plus :

  • Disponible en DVD chez Condor Distribution à partir du 13 janvier 2021
  • Bonus : entretien avec l’équipe du film
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.