enfr
Accueil / MUSIQUE / [Critique] « Sex In The City » (2019) : troisième cartouche forte de Lorenzo
Lorenzo Cover album Sex and the City musique rap
© ALICE MOITIÉ

[Critique] « Sex In The City » (2019) : troisième cartouche forte de Lorenzo

Le rappeur Lorenzo est de retour dans les bacs depuis le 23 août 2019, date de sortie de son troisième opus studio, Sex In The City. Bulles de Culture vous en dit plus sur cet album dans lequel il s’offre des duos avec Orelsan et Shy’m. Notre avis et critique musique.

Sex In The City : l’heure de la confirmation pour Lorenzo

Alors que tous les regards ont plutôt été tournés ces dernières années vers Orelsan, Roméo Elvis et Nekfeu dans le milieu du rap, connaissez-vous Lorenzo, 24 ans et originaire de Rennes, ? Après une découverte via YouTube en 2015, Sex In The City est son troisième disque.

Le thème ? Tout est dans le titre ! La fameuse série télé en version un peu plus glauque avec le morceau Nana. Une galette non dénuée d’intérêt grâce à son flow et son aplomb. Lorenzo est en tout cas cohérent car le précédent album se nommait Rien à branler et que pour celui-ci, la promotion a débuté de manière originale… et osée : un des premiers acheteurs en pré-commande de Sex In The City a eu droit à un abonnement à vie à un site internet pornographique… payé par l’artiste !

Des invités de marque

Sur Sex In The City, Lorenzo a donc convié plusieurs noms bien connus, à commencer par Orelsan, Shy’m, Le Poto Rico, Vladimir Cauchemar (DJ), Les Anticipateurs (rappeurs canadiens), Tommy Cash (rappeur estonien) et Oliver Tree (chanteur américain).

Dans le titre Nous Deux, il parle de la culture populaire (le magazine Voici, le fait de « coucher avec des fans comme le faisaient les Rolling Stones », une éventuelle sex-tape…) et est accompagné de la chanteuse Shy’m sur ce titre qui porte justement le nom du célèbre magazine hebdomadaire féminin français.

C’est joyeux, un peu noir sans être pessimiste ou résigné. L’écriture est énergique, claque directement (à l’image du titre Impec) et Lorenzo privilégie le format court. En effet, pas mal de titres ne dépassent pas les 2 min 50. Cependant, dans Parler de quoi, on évite pas les clichés du rap. Ce titre pourrait amener le rappeur à devoir se justifier — comme Orelsan (encore lui !) avec Sale pute — à cause de vers tels que « Je m’en bats les couilles de tes histoires de camping/Si tu voulais raconter tes potins, fais-le avec ton meilleur pote pédé ou tes copines ».

L’album Sex In The City (riche de 17 titres) se vend-il bien ? En tout cas, Lorenzo avoue dans Parler de quoi que « si tous ses plans cul achetaient [son] disque, il serait disque de diamant ». Et c’est bien parti pour… En effet, il a annoncé fièrement sur ses réseaux sociaux que son disque est numéro 1 du Top Albums en France après sept jours de commercialisation. Sex in The City a comptabilisé 28 655 ventes cumulées dont 16 994 en physique et 11 661 en digital à la date du 31 août 2019.

En savoir plus :

  • Sex In The City de Lorenzo est disponible depuis le 23 août 2019 chez Universal Music
  • Lorenzo sera en concert à La Madeleine – Bruxelles le 7 mars 2020

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi
Luigi Lattuca

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.