enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « La Mule » (2018) de Clint Eastwood : Un passeur vers la mort
La Mule affiche critique film avis

[Critique] « La Mule » (2018) de Clint Eastwood : Un passeur vers la mort

La Mule signe le grand retour de Clint Eastwood devant la caméra. Le film, inspiré d’une histoire vraie, est dans les salles depuis le 23 janvier 2018. L’avis et la critique de Bulles de Culture. 

Synopsis :

À plus de 80 ans, Earl Stone (Clint Eastwood) est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.
Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un « supérieur » chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle « mule ».
Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre…

La Mule : Clint Eastwood devant la caméra

A 88 ans, Clint Eastwood est toujours en bonne forme. Avec un rythme de production constant, l’ancien tireur de l’ouest n’a jamais vraiment abandonné sa seconde passion, la réalisation. Pourtant, depuis quelques années, on semblait avoir perdu le panache de cet aïeul du cinéma américain patriotique. Entre récit prenant mais impersonnel dans Sully (2016) ou fresque historique complètement ratée, Le 15h17 pour Paris (2018), ses films n’ont réellement un supplément d’âme que quand le réalisateur se fait aussi acteur. 

Il faut dire que Clint Eastwood met beaucoup de lui dans le personnage de Earl Stone. Le cinéaste se livre en faisant comme un transfert entre sa situation personnelle et celle de son personnage principal. On retrouve plus que jamais un héros au tempérament associable dont le bougon fait rire. Toujours résolument raciste, dans la même veine que Gran Torino (2018), le protagoniste montre paradoxalement une certaine forme de tolérance envers certaines communautés. Au cours de ces voyages, le « passeur » aura notamment l’occasion de rencontrer les « gouines motards » avec lesquelles se nouent une étrange connivence. 

Clint Eastwood montre davantage ses faiblesses

La Mule photo film critique avis Alison Eastwood, Clint Eastwood
© Warner Bros

Derrière ces apparences fortes, Clint Eastwood montre en filigrane ses faiblesses dans La Mule. Lui qui aime tant les femmes (il le rappelle ici lors de scènes festives autour de stripteaseuses), le cinéaste n’est cependant plus le sex-symbol d’autrefois. Il ne le cache en rien en se montrant torse nu, le corps usé, signe de la marche du temps. Cette image glaciale est un témoin visuel du thème central du film : la peur de la mort. En effet, en effectuant ses passages clandestins, le personnage central essaye d’échapper à la mort, bravant toute les temporalités pour être seul sur la route. Cependant, il est vite rattrapé par la fatalité, à travers notamment une famille qui est le reflet de sa propre faiblesse. Au coeur du long-métrage, on retrouve une culpabilité filiale que le protagoniste essaye de rattraper en s’occupant de sa petite-fille. La touche autobiographique semble alors plus que jamais présente quand Clint Eastwood choisit sa propose fille, Alison Eastwood, pour jouer dans son film le rôle d’une enfant délaissée par son père. 

Les sujets sont donc évocateurs. Ils sont traités avec simplicité et emportent assurément une émotion. Cependant, La Mule a tendance à cibler davantage des spectateurs avec une moyenne d’âge plus élevée que d’habitude. Comme un sage parlant aux autres sages, le cinéaste est le porte parole d’une génération trop souvent oubliée à Hollywood. Sans gant, il n’hésite pas à parler de vieillesse…et de mort tout en gardant un côté mordant. 

En savoir plus  :

  • Date de sortie France : 23/01/2019
  • Distribution France : Warner Bros 
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.