enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Amanda » : éducation façon Vincent Lacoste
Amanda critique film avis Isaure Multier Vincent Lacoste photo

[Critique] « Amanda » : éducation façon Vincent Lacoste

Amanda de Mikhaël Hers est un film français avec Vincent Lacoste, Isaure Multrier et Stacy Martin. Le long métrage traite d’une petite fille agée de 7 ans laissée prématurément à son oncle de 24 ans après le décès de sa mère dans des attentats à Paris. Le film sort en salles le 21 novembre 2018. La critique film et l’avis de Bulles de Culture.

Synopsis :

Paris, de nos jours. David (Vincent Lacoste), 24 ans, vit au présent. Il jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa sœur aînée meurt brutalement. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de 7 ans, Amanda (Isaure Multrier).

Un gros problème de direction d’acteurs

Et de 3 ! C’est le nombre de fois qu’on aura vu cette année Vincent Lacoste dans des longs métrages français. Après Première Année (Thomas Lilti), Plaire, Aimer et Courir Vite (Christophe Honoré), c’est donc avec le moins populaire Mikhaël Hers que se lance l’ancien « Beaux Gosses » (du titre de son premier film) du cinéma français. Malheureusement, Amanda signe la seule fausse note de l’acteur en vogue qui avait pourtant convaincu cette année dans ces deux précédents long métrages. Tout n’est pas de sa faute. En effet, Amanda souffre globalement d’un gros problème de direction d’acteurs. Que ce soit Vincent Lacoste ou Stacy Martin, aucun n’est crédible dans un film résolument bavard et aux dialogues explicatifs qui enlèvent la possibilité de tout attendrissement face cette situation de paternité forcée. Même la petite Isaure Multrier n’arrive pas à emporter de la sympathie.

Amanda manque d’une construction scénaristique solide

Amanda critique film avis photo Isaure Multrier Vincent Lacoste
© D.R.

A côté de ces problèmes de directions d’acteurs, Amanda est résolument faible dans la construction de son scénario. Le prologue, anté-attentat, est beaucoup trop long. Du coup, l’action pêche durant cette première partie qui ne permet qu’une longue caractérisation des personnages. La seconde partie plus pêchue, et cœur central du sujet, aurait mérité d’être plus creusée et davantage développée. On y perçoit quelques beaux moments notamment lorsque David annonce, avec les larmes aux yeux, à la jeune Amanda, le décès de sa mère.

Une vision de Paris résolument étudiée

L’ambiance rétro de la mise en scène est peut-être le seul point résolument positif. Le film parcourt un Paris calme et apaisé à travers des ballades en vélo plutôt agréable. On y ressent également ce fameux « vide » qu’on a tous vécu après les événements tragiques du 13 novembre 201 quand les rues ont été désertées et que personne n’osait sortir.

Amanda passe à côté de son sujet et privilégie un esthétique soigné plutôt qu’une histoire travaillée.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 21/11/2018
  • Distribution France : Pyramide Distribution
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.