enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / FILMS / TELEFILMS / [Critique] « On l’appelait Ruby » (2017) avec Mélanie Doutey
On s'appelait Ruby de Laurent Tuel image téléfilm
© Pierre PLANCHENAULT

[Critique] « On l’appelait Ruby » (2017) avec Mélanie Doutey

Cet article est le 259e sur 257 pour Programme TV de Bulles de Culture

Après une première diffusion très bien accueillie en 2017 (plus de 4 millions de téléspectateurs), France 2 rediffuse le téléfilm policier On l’appelait Ruby de Laurent Tuel le vendredi 26 octobre 2018. L’avis et critique de Bulles de Culture sur cette fiction unitaire avec Mélanie Doutey.

Synopsis :

Le corps d’une jeune fille, Faustine Tanner (Lubna Gourion), est retrouvé à Hasparren, une ville tranquille du Pays basque. À la douleur des siens s’ajoute celle de toute une communauté, ébranlée. Qui a pu commettre une telle atrocité ? Qui a pu s’en prendre à cette adolescente connue et aimée de tous ? Après le choc, viennent l’inquiétude et l’angoisse. Ce crime est-il un acte isolé ou s’agit-il d’un serial killer qui rôderait à Hasparren ? Les habitants doivent-ils se méfier ? Qui doivent-ils craindre ? Ce drame tragique va révéler les secrets de toute une ville qui se pensait calme et préservée…

On l’appelait Ruby : peur sur la ville

Après avoir aidé à condamner un violeur d’enfants, Claire Monnier, une jeune mère célibataire interprétée par Mélanie Doutey, court se réfugier avec ses enfants dans un petit village de campagne où personne ne la connaît. Hélas, neuf ans plus tard, le cadavre d’une jeune adolescente vient faire resurgir ses vieux démons.

Plus qu’une enquête à suivre, le téléfilm On s’appelait Ruby est une fiction dont le meurtre initial va bouleverser l’équilibre d’une communauté d’apparence paisible. Ainsi, ce sont bien les peurs, les secrets et mensonges d’un petit village imaginaire du pays basque qui va intéresser le scénariste Sébastien Mounier et le réalisateur Laurent Tuel.

Un téléfilm policier plutôt pas mal

Le tournage de la fiction unitaire On l’appelait Ruby a eu lieu dans le village de Briscous dans les Pyrénées-Atlantiques. Côté casting, le téléfilm s’appuie sur de nombreux acteurs connus. Il y a d’abord Mélanie Doutey dans le rôle de Claire Monnier, l’étrangère du village dont tout le monde se méfie, mais aussi Karole Rocher dans le rôle de sa soeur gendarme, Lubna Azabal et Grégory Gadebois dans celui des parents de la victime, Michel Vuillermoz dans celui du commissaire menant l’enquête et Aurélien Recoing dans celui du violeur condamné.

Côté réalisation, Laurent Tuel travaille une atmosphère de plus en plus pesante, appuyée par la musique originale composée par Cascadeur. Le résultat donne un téléfilm policier plutôt pas mal, où peurs du passé — le violeur, dont Claire Monnier a permis la condamnation quelques années plus tôt, a disparu — et de l’étranger viennent s’ajouter à la tension générale.

En savoir plus :

  • On l’appelait Ruby est diffusé sur France 2 le vendredi 26 octobre 2018 à 21h. Le téléfilm est également diffusé en streaming et disponible en replay sur France.tv
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    6 Commentaires

    1. Elle est « lieutenant » avec un grade de capitaine !
      Faites attention aux détails !

    2. Bonjour,
      Pourquoi pensez-vous que cette précision soit importante ? Trouvez-vous que cela joue un rôle important dans l’intrigue ?

    3. Bonjour,
      Quelle est l’explication des cheveux qui remontent dans l’evier ??
      Est-ce que je suis passée à côté de quelque chose ??
      Merci

      • Bonjour,
        Les scènes autour de l’évier semblent lier aux sangliers dont les passages bouchent a priori aussi les canalisations. Leur signification ? Pour ma part, j’ai l’impression que ces scènes ne sont placées là que pour participer à l’ambiance générale du film. Pourtant, vous avez raison, comme comme cela revient plusieurs fois dans le téléfilm, on s’attend à avoir une explication à un moment donné (surtout dans le plan à la fin !) mais celle-ci n’arrive en fait jamais. Donc non, a priori, vous n’êtes pas passée à côté de quelque chose. Ou alors moi aussi 🙂

    4. Vous manquez de rigueur Mr Nurbel…

    5. 😀 C’est-à-dire, Monsieur Ochon ?

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :