enfr
Accueil / CINEMA / [Critique Angoulême] « Guy » (2018) : quand Lutz rencontre Jamet
Guy affiche film Alex Lutz angoulême 2018

[Critique Angoulême] « Guy » (2018) : quand Lutz rencontre Jamet

Guy, film français du réalisateur Alex Lutz avec notamment Alex Lutz, Tom Dingler, Elodie Bouchez et Dani, a été présenté en ciné-concert lors du Festival du Film Francophone d’Angoulême 2018. L’avis et la critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Gauthier (Tom Dingler), un jeune journaliste, apprend par sa mère qu’il serait le fils illégitime de Guy Jamet (Alex Lutz), un artiste de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises et de faire une tournée. Gauthier décide de le suivre, caméra au poing, dans sa vie quotidienne et ses concerts de province, pour en faire un portrait documentaire.

Guy Jamet et faux documentaire

A la façon d’un faux documentaire, Alex Lutz prend la caméra en incarnant un chanteur d’un autre temps. Le réalisateur singe subtilement le genre en empruntant son côté très narratif, couplé à un rythme particulier, grâce à une caméra subjective au plus près de l’artiste fictif, Guy Jamet. Le cinéaste s’amuse à développer un personnage à forte personnalité, qui a ses coups de sang quand il parle de sa vie, mais aussi ses coups de cœur, notamment pour les femmes de sa vie. Du coup, on s’amuse beaucoup de cette incarnation très cynique, qui pourrait très bien être inspirée d’un Michel Sardou ou d’un Claude François vieilli.

Comme souvent avec Alex Lutz, l’humour est également dans les détails. Au-delà du focus caméra, le passage impromptu d’une asiatique en robe de mariée en arrière-plan ou les photos accrochées sur le mur captent également l’attention. Ces petites apartés entrainent en effet l’hilarité et renforcent l’aspect authentique de vidéo-reportage. Pourtant, tout semble bien millimétré et choisi dans cette production.

Un film très musical et décalé

Évidemment, Guy est extrêmement musical. Là encore, la prouesse du film arrive à faire aimer des chansons ringardes, portant les titres Une Caresse, Dadidou ou Je t’attendrai. Alex Lutz s’est d’ailleurs lancé dans un ciné-concert des plus grands tubes de Guy Jamet après la présentation du film lors du Festival du Film Francophone d’Angoulême. Le public a semblé alors pris dans la ferveur des années 60 grâce à ce postiche revival.

Le côté faux-documentaire a cependant des lacunes pour la construction de Guy, n’évitant pas certaines redondances dramaturgiques autour du personnage d’Anne-Marie, ex-femme du chanteur, et qui a inspiré le fameux titre Dadidou qu’on entend en boucle. Le pari de l’innovation est néanmoins amplement réussi pour Alex Lutz qui livre ici un film décalé.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 29/08/2018
  • Distribution France : Apollo Films

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.