//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / FILMS / TELEFILMS / [Critique] « Bébés volés » (2016) : La scandaleuse affaire des bébés volés espagnols
Bébés Volés d'Alain Berliner image 2
© GUYON Nathalie/FTV

[Critique] « Bébés volés » (2016) : La scandaleuse affaire des bébés volés espagnols

Le téléfilm Bébés volés d’Alain Berliner est basé sur l’incroyable révélation de l’existence d’un réseau illégal d’adoptions d’enfants mis en place en Espagne pendant plus de cinquante ans. L’avis de Bulles de Culture sur cet unitaire fiction avec Sandrine Bonnaire, présenté au Festival des Créations Télévisuelles de Luchon en 2016 et diffusé sur France 2 le mercredi 4 avril 2018.

Synopsis :

Dans l’Espagne franquiste, des enfants étaient volés à leurs mères à la naissance pour être vendus. L’Église espagnole poursuivit cette pratique jusqu’en 1987. Inès (Sandrine Bonnaire) n’avait que 16 ans quand elle a accouché au couvent de Santa Carmela d’un bébé mort-né. Pour échapper à la honte, son père l’a envoyée chez sa tante (Anne Alvaro) en France. Trente ans plus tard, une nouvelle va bouleverser son existence : les religieuses du couvent lui ont menti, son bébé était bien vivant, il a été volé et acheté peu après sa naissance, comme le furent près de 300 000 nourrissons…

Bébés volés : Retour sur un scandale espagnol toujours d’actualité

Le terrible scandale des bébés volés a éclaté dans les années 2000 en Espagne et a révélé un incroyable trafic illégal d’enfants dans le pays avec la complicité de l’Église espagnole et des médecins, dont le tristement célèbre psychiatre espagnol Antonio Vallejo Nágera. Des centaines de milliers d’enfants seraient concernés. Comme l’a rappelé en 2017 le site de TV5MONDE, « l’enlèvement de nouveau-nés était pratiqué après les accouchements par des médecins et infirmières — dont de nombreuses religieuses — dans trois cas : lorsque les parents étaient censés être des opposants au régime de Franco ; quand l’enfant était né hors mariage ou que sa future ‘éducation morale’ était supposée en danger ». Cette volonté politique pour briser les Républicains espagnols vaincus a donc perduré après le franquisme et s’est transformée en commerce lucratif jusque dans les années 80 — une loi encadre l’adoption en Espagne depuis 1987. Ce sont donc ces cinquante ans de silences qu’évoque le téléfilm Bébés volés de l’auteur-réalisateur Alain Berliner à travers l’histoire d’une de ses mères et filles qui tentent de se retrouver après l’éclatement de cette affaire.

Le petite histoire de la grande Histoire

Coécrit par Julie Jézéquel et Alain Berliner, tourné à Montpellier et Nîmes, l’unitaire fiction Bébés volés part de l’histoire individuelle d’une ancienne fille-mère qui pensait son bébé mort et qui trente ans après, sous les traits de la comédienne engagée Sandrine Bonnaire, va découvrir que le cercueil supposé de son enfant est vide. Aidée par un avocat espagnol (Julien Masdoua), cette femme qui n’a jamais pu avoir d’enfant depuis part donc à la recherche de ce nouveau-né qu’on lui a volé. Son enquête le mène dans le sud de la France où vit la famille d’une jeune fille née chez les bonnes sœurs du couvent de Santa Carmela le jour de son accouchement. Et si cette fille était la sienne ? Comment entrer en contact avec elle et comment surmonter les refus des parents et de cette fille d’écouter son histoire et sa douleur ?

Un téléfilm trop explicite

Face à un sujet d’une telle force, l’auteur-réalisateur Alain Berliner et la coscénariste Julie Jézéquel ont hélas eu la maladresse de proposer une écriture et une mise en scène beaucoup trop explicites et appuyées. En effet, dialogues explicatifs et regards plein de sous-entendus évidents privent les personnages de profondeur alors que ce sujet si longtemps tabou en Espagne porte les germes d’un récit familial bouleversant. Néanmoins, si la résolution du téléfilm Bébés volés est attendue et pleine de bons sentiments, l’émotion finale est bien présente, notamment lors d’une scène de confession d’un des personnages — dont nous vous laissons découvrir l’identité lors de la diffusion —, pour le coup, bien réalisée.

Bref, avec la présence au casting d’une Sandrine Bonnaire en mère de famille déterminée et d’une Anne Alvaro en confidente critique, le téléfilm Bébé volés aurait gagné à proposer un traitement plus polémique sur une affaire aussi scandaleuse et qui a comme origine les heures sombres de la dictature franquiste.

En savoir plus :

  • Bébés volés est diffusé sur France 2 le mercredi 4 avril 2018 à 20h55. Le téléfilm sera également diffusé en streaming et disponible en replay sur France.tv
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    Laisser un commentaire