enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / SERIES / [Critique] « The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story » (2018)
THE ASSASSINATION OF GIANNI VERSACE: AMERICAN CRIME STORY

[Critique] « The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story » (2018)

Les circonstances de la mort du créateur Gianni Versace — assassiné à Miami Beach le 15 juillet 1997 par le tueur en série Andrew Cunanan — trouvent un écrin fabuleux entre les mains de Ryan Murphy et de son scénariste Tom Rob Smith. L’avis de Bulles de Culture sur The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story, une série visuellement captivante et diffusée sur Canal+ Séries à partir du jeudi 29 mars 2018.

Synopsis :

En 1997, à Miami, le célèbre couturier Gianni Versace (Edgar Ramirez) est assassiné devant chez lui. S’ensuit une chasse à l’homme haletante pour arrêter son meurtrier.

Petit rappel pour ceux qui sont perdus parmi les mille séries produites par Ryan MurphyAmerican Crime Story est une série dite d’anthologie, de morceaux choisis ici et là. Donc le but est clair : recommencer une nouvelle histoire à chaque nouvelle saison, chacune étant construite en tant que récit indépendant et sans lien avec le précédent. Chaque volume fait référence à différents événements dramatiques, et surtout criminels, afin de (re)suivre les grands procès de l’Histoire.

The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story : Pas un choix innocent

Après la controversée affaire O.J. Simpson en sujet-star de la saison 1, c’est le meurtre étrange dont a été victime le couturier italien Gianni Versace voici presque 21 ans qui a été choisi par Ryan Murphy pour la saison 2 de American Crime Story. Une saison (baptisée tout simplement The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story) lancée le 17 janvier 2018 aux États-Unis sur la chaîne FX où le créateur avait déjà fait des étincelles avec Nip/Tuck. Ce 29 mars 2018, Canal+ Séries la dégaine à 21h pour la France. Deux épisodes (aux titres donnant le ton : « Celui qui voulait exister » et « Chasse à l’homme ») seront à découvrir chaque semaine dans la même case horaire.

En dehors du fait que cela permette de composer un casting très pop culture (des stars pour incarner des stars), The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story est un instant de vie permettant de percer à jour sur des écrans clinquants HD l’homophobie d’une époque. A plusieurs reprises, on croirait être en Italie mais non, nous sommes dans le Sud des États-Unis. Un pays où les gens veulent s’aimer et se marier.

L'(sa propre)homophobie en toile de fond

S’aimer et se marier mais pas encore. Donc en attendant, l’homophobie a le temps de prospérer… extérieurement et intérieurement. Car les scénarios de The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story partent du postulat que Andrew Cunanan, le tueur en série poursuivi, ne s’assumait pas et était lui-même victime de discours environnants intériorisés. Débordant de partout, il parle lui-même de « la communauté des tapettes » lorsqu’il prétend avoir croisé (sans que l’entourage du créateur ne puisse confirmer) Gianni Versace dans une boîte de nuit gay. Et pour tenir plusieurs épisodes, la cavale du psychopathe est retracée de façon intense, nerveuse, terrifiante. A deux reprises, on voit Andrew Cunanan s’attaquer à des hommes mariés vivant quelques aventures clandestines. Le résultat d’une vie de mensonges… Pas celle de Gianni Versace, homosexuel affiché à la fin des années 80. Lui, Andrew Cunanan l’admirait, le haïssait pour « être devenu quelqu’un ». Ce déséquilibré n’aura hélas pas eu d’autre ambition que de devenir un « superhéros » de crimes. Il est incarné par un jeune comédien de 29 ans, Darren Criss, qui doit sa notoriété à une autre série de Murphy, Glee (W9 et M6) et à quelques comédies musicales de Broadway. Et il fait froid dans le dos d’épisode en épisode.

Un casting 5 étoiles

Darren Criss est l’acteur du casting le plus présent dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story car le roi du graveleux et du scandaleux clinquant, alias Ryan Murphy, articule donc cette saison 2 autour de ses meurtres. De son côté, inscrit sur une liste qui fait froid dans le dos, Versace est incarné à l’image par un impeccable Edgar Ramirez (encore plus sexy avec des yeux marron). Son compagnon est interprété par le chanteur latino Ricky Martin tandis que Penélope Cruzauréolée d’un César d’honneur en 2018  — prête ses traits à celle qui est « une amie dans la vie », Donatella Versace — qui vient d’annoncer que la maison de couture ne travaillerait plus avec de la vraie fourrure —, la sœur du couturier. Elle est aussi formidable en madone éplorée. Toute en bonté et en douceur, elle rend hommage au rôle prise par Donatella après la mort de son frère : nouvelle responsable de l’empire financier. Elle s’y met d’ailleurs tout de suite pour noyer son chagrin dans le premier épisode, une scène qui n’aurait pas trop plu à la principal intéressée. Par ailleurs, les guest-stars ne sont pas en reste, à commencer par Judith Light (Madame est servie, Ugly Betty) que nous avons revu avec grand plaisir.

Clinquant et triste

Dense et riche, The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story plonge ses personnages dans une villa baroque et chargée, dans des boîtes de nuit colorées et dans une Floride plus en prise avec la « vraie » vie. Il y est question de beauté et de réussite, d’élite et de faits divers. Le glissement vers la folie consisterait pour son protagoniste totalement déséquilibré à vouloir répondre à la lettre le désir de réussite. Faites sa connaissance, sur fond d’énigme policière et de litres de sang, sur Canal+ Séries dès ce jeudi 29 mars 2018.

En savoir plus :

  • American Crime Story: The Assassination of Gianni Versace est diffusé aux États-Unis depuis le mercredi 17 janvier 2018 sur la chaîne FX
  • American Crime Story: The Assassination of Gianni Versace est diffusé en France à partir du jeudi 29 mars 2018 sur Canal+ Séries, tous les jeudis soir à 21h. La série est également diffusée en streaming et disponible en replay sur myCanal

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Les derniers articles par Luigi Lattuca (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.