//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / CRITIQUE « Le Jour d’après » (2017), du Marivaux chez Hong Sang-Soo

CRITIQUE « Le Jour d’après » (2017), du Marivaux chez Hong Sang-Soo

Le Jour d’après (Geu-Hu) de Hong Sang-Soo est présenté en compétition du Festival de Cannes 2017. C’est la quatrième fois que le cinéaste concourt pour la palme d’or. Il livre cette fois-ci un récit d’amour rocambolesque. Notre avis et critique sur le film. 

Synopsis :

Areum (Kim Min-Hee) s’apprête à vivre son premier jour de travail dans une petite maison d’édition. Bongwan (Hae-hyo Kwon), son patron, a eu une relation amoureuse avec la femme qu’Areum remplace. Leur liaison vient de se terminer.
Ce jour-là, comme tous les jours, Bongwan quitte le domicile conjugal bien avant l’aube pour partir au travail. Il n’arrête pas de penser à la femme qui est partie. Ce même jour, la femme de Bongwan trouve une lettre d’amour. Elle arrive au bureau sans prévenir et prend Areum pour la femme qui est partie…

 

L’austérité à la Hong Sang-Soo dans Le Jour d’après

 

Le Jour d'après photo film
© D.R.

 

Hong Sang-Soo est l’archétype d’un cinéma austère, réservé dans l’esprit collectif à des cinéphiles initiés. L’empreinte technique du film Le Jour d’après n’est pas pour contredire. Le film est tourné en noir et blanc. Il est tourné dans une économie de moyen avec une post-prod limitée. L’oeuvre s’attache à décrire la classe moyenne coréenne dans un climat plutôt ténébreux. Pourtant, Hong Sang-Soo va s’extirper de ce schéma habituel pour livrer un film original et ambitieux, qui tranche avec ses précédents drames.

 

L’histoire d’amour rocambolesque

 

Le Jour d'après photo film
© D.R.

 

Pour cela, Hong Sang-Soo va s’appuyer sur la technique du vaudeville pour monter un récit basé sur le quiproquo. A la manière d’un Marivaux, le réalisateur tire la supercherie en faisant passer la nouvelle assistante pour la maîtresse cachée du patron de la boite d’édition au yeux de la femme de ce dernier. A l’écran, ce jeu de dupes arrive à des situations rocambolesques qui vont faire rire le spectateur. Les attitudes des personnages sont une extase, à l’image de ce petit déjeuner où la femme demande à son mari si « il a quelqu’un d’autre ». La réponse verbale est « non », alors que les gestes maladroits de l’individu traduisent le contraire.

On retiendra également l’excellente interprétation de Kim Min-Hee, douce assistance crédule qui va prendre de la consistance au fur et à mesure qu’elle se rend compte du jeu double mené par son patron. Cela va aboutir notamment à la scène de la confrontation autour d’une table où elle évoque son licenciement après avoir rencontré la réelle maîtresse de l’éditeur qui souhaite être réintégrée dans la structure.

Le Jour d’après est une histoire d’amour moderne qui emprunte les codes intemporels de la dramaturgie théâtrale. Le film tranche avec les drames précédents du réalisateur, dont la filmographie est toujours axée sur l’humain. On passe finalement un moment drôle et subtile.

En savoir plus  :

  • Date de sortie France : 06/06/2017
  • Distribution France : Capricci

Check Also

Coudre et Découdre photo 5 Ines Bensalem

[INTERVIEW] Ines Bensalem, réalisatrice de « Coudre & découdre » (2016)

La réalisatrice Ines Bensalem vient de remporter le Grand Prix du jury du Festival Ptit …

Ava photo Léa Mysius

[INTERVIEW] Léa Mysius, réalisatrice de « Ava »: « Une volonté de réenchanter le monde »

Léa Mysius, 28 ans, vient de recevoir le prix SACD à la Semaine de la …

Laisser un commentaire