//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / SERIES / [CRITIQUE] « Fins de séries » (2017) : fléaux des temps modernes
FINS DE SERIES photo
© 2016 O2B Films

[CRITIQUE] « Fins de séries » (2017) : fléaux des temps modernes

Les fins de séries sont les vrais drames modernes pour les fans qui peuvent suivre un programme durant plusieurs années. Entre frustration et extase, le journaliste Olivier Joyard explore ce phénomène à travers un documentaire, appelé singulièrement Fins de séries, diffusé le jeudi 15 juin 2017 à 22h40 sur Canal+. Notre critique et avis.  

Friends, Breaking Bad, Dexter, Six Feet Under… Si l’époque des séries bat son plein, bon nombre d’entres elles, parmi les plus emblématiques, ont déjà pris fin. Le documentaire Fins de séries décrypte avec justesse les difficultés autour de l’exercice périlleux de l’épisode final d’une série.

 

FINS DE SERIES photo
© 2016 O2B Films

Olivier Joyard va s’attacher à comprendre la psychologie des téléspectateurs qui voient leur programme phares se terminer. Aussi, on constatera que le rapport aux séries peuvent parfois être excessif chez certaines personnes. Les réactions peuvent aller notamment du désoeuvrement à une réelle dépression lorsqu’il est venu le temps de quitter son personnage préféré. Le documentaire fait intervenir quelques fans de séries qui confient éviter de regarder les derniers épisodes de séries pour ne pas arriver à cette situation de mal-être ou de déception.

 Fins de séries fait témoigner des auteurs de séries emblématiques

 

Du côté des créateurs de séries, il est montré que le point final peut également être périlleux. Nombreux scénaristes sont là pour témoigner de cette difficulté. Parmi eux, on retrouve Damon Lindelof qui raconte comment il a vécu l’après-Lost avec une déferlante d’avis négatifs. Il confie notamment être tombé en dépression à force de recevoir des messages de haine à son encontre. A l’inverse, Vince Gilligan, auteur de Breaking Bad (2008), avoue avoir bien géré la sortie de sa série en respectant, explique-t-il, la promesse de départ donnée aux spectateurs.

Le documentaire Fin de séries s’affiche également comme une étude approfondie sur la place de la télévision de nos jours. On en aborde les rouages économiques, analysant des décisions de chaînes de télévision d’annuler prématurément des séries. On apprend par exemple que des diffuseurs peuvent indiquer aux scénaristes le nombre de saisons qu’il reste à la série, afin que ceux-ci en imaginent la fin. Parfois, la série change d’auteurs. Olivier Joyard recueille les impressions de Clyde Phillips, créateur de Dexter parti prématurément de la série, sur la fin de celle-ci. On constate que le destin du tueur en série aurait été bien différent s’il était resté aux commandes.

Un documentaire dont le sujet déborde d’actualités

 

Le monde de la télévision est tellement rapide qu’on remarquera un manque de mise à jour dans le documentaire Fin de séries. Ainsi, on ne fera qu’évoquer l’écriture du final de The Leftovers (2017), écrit par Damon Lindelof, alors qu’il a été récemment diffusé sur OCS. Or, il se hisse pour certains parmi les plus beaux final de séries.

Le documentaire, abordant l’économie singulière de Netflix et Amazon à travers le binge watching (visionnage sans interruption de la totalité des épisodes d’une saison), ne pourra pas commenter la récente annulation de The Get Down (2015) et de Sense8 (2016) du fait de leurs faibles audiences. Par ces choix décriés, ces acteurs du numérique montrent qu’ils n’ont pas une logique différente de celle des chaînes de télévision, qu’ils ont pourtant critiqué.

Fins de séries est le programme qui met l’haut à la bouche sur ce milieu si particulier des séries. Il immergera le spectateur dans les coulisses d’un monde qu’il côtoie seulement en surface. Le documentaire mériterait néanmoins un second numéro pour continuer cette plongée sociologique fort intéressante.

 

En savoir plus :

  • Fins de séries d’Olivier Joyard est diffusé le 15 juin 2017 à 22h40 sur Canal+

Check Also

AGATHE RAISIN saison 1 affiche UNE RECETTE QUI TUE

[CRITIQUE] « Agatha Raisin » saison 1 : La Miss Marple des temps modernes

Après Agathe Koltès, Miss Fisher enquête, Capitaine Marleau, Cassandre… une nouvelle héroïne de séries policières …

riviera saison 1 image julia stiles

[CRITIQUE & INTERVIEWS] « Riviera » saison 1 : La Côte d’Azur impitoyable

Après Les Médicis, Maîtres de Florence, Sirens, Riviera saison 1 de Neil Jordan est le …

Laisser un commentaire