//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / ♥ [CRITIQUE] « Get Out » (2017) de Jordan Peele
Get Out Affiche

♥ [CRITIQUE] « Get Out » (2017) de Jordan Peele

Get Out est un film d’horreur unique. Sur fond de paranoïa raciale et à travers un point de vue afro-américain original (car trop rare), Get Out est un film de genre réussi, drôle, malin… et effroyablement angoissant ! Découvrez la critique de ce coup de cœur Bulles de Culture.

Synopsis :

Couple mixte, Chris (Daniel Kaluuya) et sa petite amie Rose (Allison Williams) filent le parfait amour. Le moment est donc venu de rencontrer la belle famille, Missy (Catherine Keener) et Dean (Bradley Whitford) lors d’un week-end sur leur domaine dans le nord de l’État. Chris commence par penser que l’atmosphère tendue est liée à leur différence de couleur de peau, mais très vite une série d’incidents de plus en plus inquiétants lui permet de découvrir l’inimaginable.

Get Out ou l’angoisse afro-américaine

 

Get out critique film
© Universal Pictures

 

L’angoisse qui se tapit dans le prémisse de Get Out n’est pas courante. Pas de maison hantée, pas d’esprit maléfique qui rôde insidieusement, pas de tueur en série ou de monstre terrifiant… Juste un jeune américain noir qui va visiter la famille blanche de sa petite amie.

À travers le point de vue de son protagoniste, Get Out plonge le spectateur dans une paranoïa raciale subtile et dérangeante malgré un traitement humoristique divertissant. Jordan Peele, le réalisateur et scénariste de Get Out, explique que l’idée du film lui est venue sous la présidence d’Obama (qu’il imite d’ailleurs à la perfection dans ses sketchs avec son acolyte Keegan-Michael Key), lorsque certains commentateurs parlaient d’une Amérique post-raciale, suggérant que le racisme envers les noirs était en train de s’estomper.

Jordan Peele a alors écrit Get Out pour montrer que le racisme était toujours bel et bien présent quotidiennement aux États-Unis. Les dernières élections américaines ont ensuite largement confirmé cette tension raciale plus présente que jamais dans le pays de l’Oncle Sam. Et Get Out en est l’expression fantasmagorique parfaite car ancrée dans un postulat réaliste traitée avec justesse et pertinence… Sans jamais perdre de vue la mission première d’un tel film de genre: le divertissement.

Jordan Peele connaît la recette

 

Get out critique film
© Universal Pictures

 

Jordan Peele est plus connu du public américain dans le domaine de la comédie. Lui et son ami Keegan-Michael Key ont  longtemps cartonné sur Comedy Central et internet avec leur série à sketch: Key & Peele (2012-2015). Ils ont ensuite passé le cap du grand écran avec leur premier long-métrage Keanu (2016), une comédie absurde écrite par Peele, parodiant les codes des films d’action américains et jouant allègrement avec les stéréotypes des gangsters modernes afro-américains.

Avec Get Out, il passe enfin à la réalisation en s’attaquant contre toute attente au film d’horreur. Fier de son expérience cinéphile, le comédien transforme l’essai avec brio. Son scénario respire l’amour du genre qu’il manipule avec une malice enjouée. Le récit fait constamment preuve d’originalité, alimenté par un sens de l’absurde hérité de la comédie, avec des scènes incongrues hallucinantes, autant surréalistes que jubilatoires.

 

Get out critique film
© Universal Pictures

 

Mais surtout, Jordan Peele tient le spectateur dans le creux de sa main. Avec une tension constamment sur le fil du rasoir, mêlant habilement horreur et comédie, il sait exactement où en est le spectateur, et arrive ainsi à le diriger pour mieux le piéger et jouer avec lui.

Le réalisateur balade ainsi son audience avec un savoir faire certain qu’il a développé avec la comédie. Car bien qu’elle semble opposé, l’horreur repose sur les mêmes principes: développer une tension en manipulant le spectateur pour au final le faire sursauter. Que ce soit de peur ou de rire, au final, le travail est le même. Et Jordan Peele réussit à faire les deux en passant en plus de l’horreur à la comédie avec une aisance déconcertante.

Daniel Kaluuya, hypnotique et bien épaulé

 

Get out critique film
© Universal Pictures

Enfin, Jordan Peele a su s’entourer d’un casting talentueux, avec en tête un Daniel Kaluuya hypnotique (Sicario, Black Mirror: Fifteen Million Merits) dans le meilleur rôle de sa jeune carrière. À ses côtés, la jolie Allison Williams (Marnie dans Girls) arrive à nous surprendre, tout comme LilRey Howery dans le rôle du « comedic relief ».

Mais on est surtout gâté par la présence de deux vétérans aux carrières modestes mais bien chargées: Catherine Keener (Dans la peau de John MalkovichShow Me a Hero) et Bradley Whitford (À la maison blancheBilly Madison). Les deux acteurs apportent le petit plus nécessaire dans chacune de leurs scènes avec une facilité déconcertante et un plaisir certain.

Bien entouré, Jordan Peele a su réunir tous les ingrédients pour faire de Get Out un film d’horreur aussi dérangeant que divertissant. Une recette originale, pleine de popcorn sanguinolent sur fond de paranoïa raciale pertinente qui reflète bien la montée en puissance des artistes afro-américains malgré un racisme toujours persistant.

C’est un coup de cœur pour Bulles de Culture.

[Pour mieux profiter du film, nous vous conseillons de ne pas regarder la bande-annonce ci-dessous…]

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 03/05/2017
  • Distribution France : Universal Pictures International France

Check Also

Rodin affiche film

[CRITIQUE] « Rodin » (2017), lenteur sculpturale par Jacques Doillon

Rodin de Jacques Doillon est présenté au Festival de Cannes 2017 en compétition officielle. Vincent Lindon …

Alive in France photo critique

Cannes 2017 « Alive in France » : Un bonus DVD à la Quinzaine par Abel Ferrara

Alive in France, documentaire de Abel Ferrara est présenté à la Quinzaine des réalisateurs du …

Laisser un commentaire