//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SERIES / [CRITIQUE] “Glacé” (2016) de Laurent Herbiet

[CRITIQUE] “Glacé” (2016) de Laurent Herbiet

Adaptation du thriller éponyme de Bernard Minier, la mini-série Glacé de Laurent Herbiet est diffusée à partir du mardi 10 avril 2017 sur M6. Notre avis après en avoir vu les deux premiers épisodes en avant-première.

Synopsis :

À flanc de montagne, dans les Pyrénées, est découvert le cadavre d’un cheval sans tête accroché à 2000 mètres d’altitude, au sommet d’un téléphérique. Les capitaines Martin Servaz (Charles Berling) et Irène Ziegler (Julia Piaton) se voient confier cette enquête. A quelques kilomètres de là, dans un centre pénitentiaire de haute sécurité, la jeune psychiatre Diane Berg (Nina Meurisse) entame des séances de psychothérapie auprès de Julian Hirtmann (Pascal Greggory) un dangereux tueur en série arrêté des années auparavant par le capitaine Servaz…

La mini-série Glacé :
L’entrée de M6 dans la cour des grands ?

 

Malgré l’importance prise ces dernières années par les séries, M6 brillait par son absence dans les palmarès de festivals. Et voilà que la première mini-série ambitieuse de la chaîne de télévision s’est vue récompenser du Prix de la meilleure série au Festival de la Fiction TV de la Rochelle 2016 après la projection d’un seul épisode. C’est dire si les attentes placées autour de cette série étaient grandes.

En effet, il s’agit de l’adaptation en une mini-série de 6 épisodes de 52 minutes du best-seller éponyme de l’écrivain français Bernard Minier qui plonge personnages et intrigues dans des paysages à la fois magnifiques et plein de dangers.

Le classique polar des montagnes

 

Pour mettre en images cette intrigue fidèle à l’esprit mais pas à la lettre du roman d’origine — les scénaristes se sont permis quelques libertés —, la chaîne M6 a fait appel aux producteurs de Gaumont Télévision (Hannibal, Narcos), au réalisateur Laurent Herbiet (Mon colonel, Malaterra) et à toute une équipe de scénaristes, Gérard Carré (Caïn, Les hommes de l’ombre), Caroline Van Ruymbeke (Caïn), Pascal Chaumeil (L’arnacoeur, Un plan parfait) et Hamid Hlioua (Cannabis).

Et avec les Pyrénées comme écrin à l’intrigue, du brouillard et de la neige pour isoler les protagonistes, des meurtres mystérieux, un enquêteur tourmenté et un méchant manipulateur, la série Glacé s’annonce comme un classique et solide polar aux multiples ramifications et rebondissements.

Un casting réussi

 

En plus de son ambiance de thriller de montagnes, le casting de la série Glacé est l’autre attrait de cette série. En effet, dans le rôle de Martin Servaz, le capitaine de la police judiciaire expérimenté mais tourmenté par une précédente affaire, c’est l’acteur Charles Berling (Trepalium, Elle) qui lui apporte toute sa complexité.

Face à lui, c’est Julian Hirtmann, le serial killer qui a bouleversé la vie de Martin Servaz car c’était son meilleur ami et le parrain de sa fille. Incarné par un Pascal Greggory des grands jours, cet homme semble très vite être à l’origine des tragiques évènements qui vont se dérouler dans la région. Pourtant, il est enfermé  dans un hôpital psychiatrique où il est surveillé par deux psychiatres. D’abord par Élisabeth Ferney, interprétée par Lubna Azabal (The Honourable Woman, Trepalium), puis par la jeune et trouble Diane Berg, jouée par Nina Meurisse (Virage Nord, Une vie).

Aussi, très vite, les retrouvailles entre Martin Servaz et Julian Hirtmann seront attendues. Et lors du face-à-face à la fin du deuxième épisode, notre attente n’est pas déçue : “Martin, je suis heureux de faire à nouveau équipe avec toi”, lance Julian à son interlocuteur. Car plus que jamais, meurtres et enquête vont lier le capitaine Servaz à son pire cauchemar Hirtmann.

Mais heureusement que pour s’opposer à Julian Hirtmann , Martin Servaz pourra s’appuyer notamment sur :

  • Irène Ziegler, sa coéquipière sur cette affaire. Interprétée par l’actrice Julia Paton (Profilage, Le secret d’Élise), c’est une capitaine de gendarmerie moins expérimentée mais tout autant investie dans son travail,
  • Cathy d’Humières, jouée par l’actrice Anne le Ny (Intouchables, Papa ou maman). C’est une  procureure et collègue proche de Servaz.

Mais bien sûr, d’autres personnages seront amenés à jouer un rôle dans cette histoire tels que ceux interprétés par Robinson Stévenin (Les vivants et les morts, Profilage) et Sophie Guillemin (Harry, un ami qui vous veut du bien, Profilage).

Bref, au vu des deux premiers épisodes, il est évident que la série Glacé de M6 lorgne du côté de l’ambiance des polars nordiques. Mais si la série offre une facture moins originale, sa réalisation soignée, son casting réussi et son intrigue prenante présagent pour la suite de jolis frissons sur la chaîne des Pyrénées.

 

Mise à jour 18/01/2017 : Alors que le visionnage des deux premiers épisodes de la mini-série Glacé nous avait laissé sur un sentiment positif, les deux nouveaux épisodes diffusés sur M6 le mardi 17 janvier 2016 ont fait retomber notre enthousiasme et notre envie de voir la suite.

En effet, alors que son séduisant casting et son histoire basée sur un roman de Bernard Minier qui avait séduit plus de 450 000 lecteurs laissaient présager un divertissement honnête, il faut reconnaitre que sa mise en images dans une série de six épisodes ne tient pas vraiment la longueur :

  • Le duo Martin Servaz et Irène Ziegler s’égarent dans des problèmes personnels sans intérêt pour le téléspectateur et l’intrigue,
  • la fascination exercée par le serial killer Julian Hirtmann se dissout dans des scènes qui tournent en rond, notamment avec la jeune psy Diane Berg,
  • certains seconds rôles secondaires sont sous-exploités — quid de l’intérêt de faire jouer des actrices telles que Sophie Guillemin et Lubna Azabal dans des rôles si peu utiles à l’intrigue ? Doit-on s’attendre à de grosses surprises à la fin ?
  • d’autres rôles sont même mal écrits, tel que celui de Julien Perrot (Olivier Cruveiller) qui donne lieu à une scène peu inspirée entre Martin Servaz et lui dans un garage (épisode 3),
  • enfin, l’histoire devient de plus en plus prévisible (aussi bien du point de vue du scénario que de la réalisation) comme lors de cette séquence où Martin Servaz se retrouve seul et se fait (sans surprise) assommer à la fin de l’épisode 3.

Malgré tout, nous attendrons la diffusion des deux derniers épisodes de Glacé avant de nous faire notre opinion définitive. Mais comme suggéré par un lecteur en commentaire, si l’ennui continue de pointer de plus en plus le bout de son nez dans ce thriller, cela n’est hélas pas bon signe…

Mise à jour 27/01/2017 : Pour sa première fiction maison depuis longtemps, M6 promettait du lourd avec une mini-série adaptée d’un best-seller et un duel alléchant entre Charles Berling et Pascal Greggory. Si les deux premiers épisodes nous avaient séduit ainsi que le public (plus de 4 millions de téléspectateurs), la suite n’aura pas répondu aux attentes du genre.

L’évasion rocambolesque de Julian Hirtmann à la fin de cette saison 1 sous les yeux d’un Martin Servaz pas très futé sous-entend en tout cas la possible mise en chantier d’une saison 2.

Celle-ci sera-t-elle adaptée du roman Le Cercle (2012), la suite de Glacé écrite par l’écrivain Bernard Minier ?

Rien n’est moins sûr.

 

En savoir plus :

  • Glacé est diffusé sur M6 à partir du mardi 10 janvier 2017 à 21h
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Un commentaire

  1. Bonjour,

    Ayant lu le livre de Bernard Minier, j’ai été personnellement déçu par ces deux premiers épisodes.
    A part la beauté des lieux et de magnifiques prises de vue, le suspense n’est pas assez soutenu, les acteurs n’ont pas du tout l’étoffe et la profondeur des personnages imaginés par B. Minier.
    Bref, c’est une honnête adaptation mais sans plus ; il y a même quelques moments d’ennui alors qu’il est impossible de ne pas dévorer le livre tant il est prenant !!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :