/* insérer vidéo facebook*/
/* code Google Analytics */
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / FILMS / TELEFILMS / [Critique & Interview] “Le passe-muraille” (2016) de Dante Desarthe

[Critique & Interview] “Le passe-muraille” (2016) de Dante Desarthe

Diffusion ce vendredi 16 décembre 2016 du téléfilm Le passe-muraille sur Arte. Découvrez l’avis et la critique film de Bulles de Culture sur ce téléfilm, suivi de notre interview du réalisateur et scénariste Dante Desarthe.

Synopsis :

Divorcé depuis douze ans, Émile Dutilleul (Denis Podalydès), 46 ans, comptable dans une compagnie d’assurances, a le cheveu rare, pas d’amis, et une vie réglée comme du papier à musique. Celle qu’il joue au piano à ses heures perdues dans son petit appartement d’un Montmartre envahi par les touristes. Chaque mois, il rend visite à sa mère. Mais quand la solaire Ariane (Marie Dompnier), une nouvelle stagiaire, fait son apparition au bureau, Émile reprend goût à la vie. Presque simultanément, il se découvre un pouvoir extraordinaire : il peut traverser les murs…

Un conte merveilleux et drôle à ne pas rater !

Après les adaptations cinématographique de Jean Boyer avec Bourvil (Garou-Garou, le passe-muraille, 1951) et télévisuelle de Pierre Tchernia avec Michel Serrault (Le Passe-muraille, 1971), c’est donc au tour du réalisateur Dante Desarthe de mettre en scène l’univers poétique et fantastique de Marcel Aymé. Son adaptation pour Arte de la nouvelle éponyme d’une quinzaine de pages avec l’acteur Denis Podalydès (Dieu seul me voit (Versailles-Chantiers), Comme un avion) dans le rôle-titre a tout pour séduire.

En effet, cet acteur de la Comédie-Française vient apporter sa poésie burlesque à ce personnage d’Émile Dutilleul, coincé entre un patron en mode restructuration d’entreprise (Scali Delpeyrat) — qui donnera d’ailleurs lieu à une savoureuse séquence de vengeance d’Émile Dutilleul, suite à sa mise au placard au sens propre et figuré par celui-ci —, un voisin bruyant (Roger Jendly), une vieille mère (Maryvonne Schiltz) qui perd la mémoire et une ex (Claude Perron) un peu trop envahissante. Discret et refermé sur lui-même, Emile va se découvrir un super-pouvoir à sa grande surprise et pour notre plus grand plaisir de téléspectateur : il peut traverser les murs.

D’abord inquiet par ce nouveau don, il va se prendre rapidement au jeu. Et après les petites appréhensions de départ et les craintes vis-à-vis des effets secondaires (démangeaisons), Émile Dutilleul va enfiler le costume plus large du passe-muraille pour élargir enfin son univers jusque-là étriqué, se construire un personnage public de voleur hors-pair et envisager une idylle avec Ariane, la nouvelle et entreprenante stagiaire interprétée par Marie Dompnier — l’actrice révélation de la série Les Témoins.

Prix de la Meilleure Interprétation Masculine pour Denis Podalydès et Prix de la Meilleure Photographie pour le directeur de la photographie Dominique Colin au Festival des Créations Télévisuelles de Luchon 2016, Le passe-muraille de Dante Desarthe est le joli conte merveilleux et drôle à ne pas rater en cette période de fêtes sur Arte.

Retrouvez dans la page suivante  notre interview du réalisateur Dante Desarthe qui revient avec nous sur son adaptation de la célèbre nouvelle de Marcel Aymé.

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    5 Commentaires

    1. Bonjour, Denis Podalydès joue un très joli morceau au piano. Quel est-il ? Merci !

    2. Je pose la même question concernant la musique et vous remercie pour la réponse. Je serais au rendez-vous des prochaines programmations. Inutile de vs dire que ce moment à été divertissant et bien interprété. Bravo

    3. ce serait bien de remercier Erik Satie pour sa magnifique contribution.
      même pas cité au générique.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :