//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / INTERVIEW TV / [INTERVIEW] Tiphaine Haas et Shannon Renaudeau (“Jeune diplômée”)
jeune-diplomee-saison-2-image-4
© Jean-Christophe Nurbel
Bulles de Culture

[INTERVIEW] Tiphaine Haas et Shannon Renaudeau (“Jeune diplômée”)

La saison 2 de la websérie Jeune diplômée est diffusée à partir du samedi 15 octobre 2016 sur MyTF1 XTRA et… NT1. Rencontre avec l’actrice Thipaine Haas et la créatrice Shannon Renaudeau autour de cette belle aventure.

Synopsis :

Dans la saison 1 de Jeune diplômée, Alice (Tiphaine Haas), 24 ans et diplôme en poche, cherche le job de ses rêves et un sens à sa vie. Ambassadrice de la génération dite « Y », ambitieuse mais un peu perdue, elle va se battre pour se réaliser et trouver sa voie.
Dans la saison 2 de Jeune diplômée, Alice travaille en entreprise mais se retrouve rapidement étriquée dans un univers ultra hiérarchisé, où chaque décision doit être validée par des supérieurs toujours trop occupés pour répondre. Ambitieuse et en quête d’épanouissement professionnel, elle se remet à la recherche d’un emploi, en jonglant en plus cette fois-ci avec ses nouvelles obligations.

Une websérie sur la génération Y

 

Débutée en auto-production sur une chaîne Youtube en 2015, la websérie Jeune diplômée a eu la chance de connaître un rapide succès sur internet, couronné par :

  • un Prix du public dans la catégorie Humour au Swiss Web Program Festival 2015,
  • un achat et une diffusion en 2015 des huit épisodes (d’environ 2 minutes) de la première saison sur la plateforme numérique MyTF1 XTRA,
  • un Prix de Meilleure actrice au Raindance Festival de Londres en 2016.

C’était donc avec un grand intérêt que Bulles de Culture attendait de découvrir la deuxième saison de cette websérie originale et drôle sur les galères et joies de la génération Y.

Co-produite par MyTF1, cette saison 2 de Jeune diplômée est composée de douze épisodes qui seront une nouvelle fois disponible sur MyTF1 XTRA à partir du samedi 15 octobre mais pas que… puisque cerise sur le gâteau, la websérie sera pour la première fois diffusée sur une chaîne de télévision. En effet, NT1 diffusera deux épisodes de cette deuxième saison chaque week-end.

Ce sont donc une actrice (Tiphaine Haas) et une créatrice/réalisatrice/productrice (Shannon Renaudeau) ravies que Bulles de Culture a eu la chance de rencontrer à la Rochelle et à Paris.

Suivant Prev

Interview de Tiphaine Haas,
la Jeune diplômée de la websérie

 

Bulles de Culture : On vous a vu grandir dans la série Fais pas ci fais pas ça. Comment Solène Lepic s’est retrouvée sur la websérie Jeune diplômée ?

Tiphaine Haas : En fait, C’est Shannon Renaudeau qui est productrice et réalisatrice de ce projet qui m’a contactée. Donc on s’est rencontré autour d’un café. Je suis un peu allé à tâtons au début, je me suis dit : “Bon, on va voir, on ne sait jamais”. Mais je ne savais pas trop de quoi il s’agissait. On s’est retrouvé à une terrasse de café, on a très vite accroché. Elle m’a donné le scénario et elle m’a dit : “Je veux que tu prennes le temps de le lire, que tu vois si ça t’intéresse ou pas. Moi, j’ai très envie que ça soit toi mais je veux vraiment que tu prennes le temps”. Je me suis dit que j’allais prendre 2-3 jours et finalement, je suis rentrée chez moi, j’ai commencé à lire et je n’ai pas arrêté. J’ai tout lu d’une traite et j’ai appelé Shannon juste après pour lui dire : “Je suis à bord”. Et une semaine plus tard, on tournait. Ça a été extrêmement vite.

Bulles de Culture : Tous les épisodes de Jeune diplômée étaient déjà écrits ?

Tiphaine Haas : En fait, les deux premières saisons étaient écrites et on a fait la première saison avec les huit premiers épisodes. Et ensuite, si ça marchait, on faisait la saison 2.

Bulles de Culture : Et la saison 1 avait d’abord été diffusée sur Youtube avant d’être achetée et diffusée sur MyTF1 ?

Tiphaine Haas : La saison 1 a été d’abord diffusée sur le site internet et la chaîne Youtube de Jeune diplômée. En fait, ça a circulé sur Facebook et l’engouement a pris très rapidement. Les gens ont commencé par beaucoup partager par eux-mêmes ces vidéos et c’est allé ensuite très vite.

“j’aurais toujours des entretiens d’embauche
avec les castings”

 

Bulles de Culture : Connaissiez-vous le format de la websérie avant de tourner Jeune diplômée ?

Tiphaine Haas : Oui, je regardais les vidéos telles que Norman et quelques vraies webséries comme Boxer Boxer. Je ne connaissais rien au digital et comment ça allait se passer mais je me suis dit que c’était un tournage : “Allons-y et voyons voir ce que cela donne et si c’est intéressant, pourquoi pas continuer”.

Et j’aime beaucoup le web. C’est vraiment une nouvelle plateforme qui est extrêmement intéressante et qui est bénéfique pour tout un tas de choses. Et l’année dernière, j’ai participé à un film web, un film interactif qui s’appelait Wei or Die. C’était sur les week-ends d’intégration et là aussi, c’est un format extrêmement intéressant que l’on ne peut trouver que sur le net.

Bulles de Culture : Et pour préparer le rôle d’Alice, avez-vous eu des influences de webséries ?

Tiphaine Haas : Non, pas tant que ça. Je suis vraiment partie dans l’idée d’un tournage comme un autre. On tournait ça rapidement, beaucoup de plans fixes, on enchaînait beaucoup les textes dans les mêmes endroits. C’est vrai que c’était beaucoup plus rapides que les autres tournages auxquels j’ai participé mais je ne voyais pas du tout le format final. Et je pense que c’est peut-être ça qui a joué dans la légèreté finalement de la chose. Parce que moi, j’étais partie dans un délire : “Je vais m’amuser avec des copains. C’est un petit personnage que je trouve hyper chouette qui mérite qu’on l’interprète et d’être entendue. Alors allons-y !”

Et moi, je me suis inspirée de mes amies, de tout ce que j’ai autour de moi et de ce que j’avais pu voir et c’est vrai que moi je n’ai jamais été vraiment dans la situation d’Alice. Mais même en étant finalement une diplômée à vie, j’aurais toujours des entretiens d’embauche avec les castings. Je me suis donc inspirée un petit peu de mes frères et sœurs, de mes amis proches pour voir avec eux comment ils abordaient ces situations. Mais c’était tellement bien écrit, tellement fluide et simple que moi qui n’avais jamais été dans cette situation, j’ai pu trouver tout de suite l’angle qui s’est révélé finalement être le bon grâce à Shannon Renaudeau et à sa direction d’acteurs. C’était du travail mais facile à faire.

Bulles de Culture : Y-a-t-il eu de l’improvisation lors du tournage de Jeune diplômée ?

Tiphaine Haas : Non, pas tant que ça. Peut-être un mot ou deux, ou une intonation. C’est tellement bien écrit. Comme Shannon Renaudeau a 27 ans, c’était très frais pour elle d’être jeune diplômée et elle a voulu parler de toute cette période et de dire à tous ces gens qui ont l’impression qu’ils sont seuls : “Pas du tout”. Et je pense que c’est ça qui a fait aussi la force de la série. Il y a tout un tas de petites situations dans lesquelles beaucoup de gens ont du se retrouver et qui fait que ça a marché.

Bulles de Culture : Combien de temps a pris le tournage ?

Tiphaine Haas : La première saison, on était une vingtaine pour quinze jours de tournage. Et pour la saison 2, on était une trentaine pour trois semaines de tournage.

“Le monde du travail
est compliqué aujourd’hui”

 

Bulles de Culture : Pour vous, la série Jeune diplômée s’adresse à qui ? Aux jeunes ou aux parents ?

Tiphaine Haas : Je pense que la force de cette série, c’est d’aborder cette période-là avec le point de vue d’Alice mais qui finalement peut englober celui des parents, des amis… Et particulièrement dans la saison 2 où il va y avoir aussi comment nos potes nous perçoivent une fois qu’on a un premier boulot et ce que ça provoque chez nos parents, nos amis, dans notre entourage. Je pense que du coup, cette série peut expliquer à certains parents qui comme ceux d’Alice sont un peu angoissés, qu’il y a plein de facteurs qui ne sont pas dépendants de ce jeune petit diplômé et que celui-ci fait ce qu’il peut. C’est une petite fenêtre ouverte sur ta pote Alice qui est en train de te raconter ses galères. Alors tu peux avoir 11 ans, 25 ou 50, il y a ce rapport de proximité qui fait que c’est facile à comprendre et qui explique juste le point de vue d’Alice et que celui-ci peut répondre aux questions que peuvent se poser les personnes dans l’entourage d’un jeune diplômé.

Et il y a peut-être aussi des jeunes qui ne savent pas comment exprimer ce genre de choses. Moi, je sais que j’ai une amie qui était un peu dans cette situation, qui a raté quelques entretiens et qui était dévastée à l’idée d’en parler à ses parents : “Je ne sais pas comment je vais leur expliquer, ils vont penser que c’est de ma faute parce que c’est moi qui ai raté”. Et du coup, Jeune diplômée peut aider à répondre à ça et dire aux parents : “Mais non, vous voyez, on a beau faire tout ce qu’il faut, ça ne marche pas toujours pour des raisons plus factuelles les unes que les autres”.

Bulles de Culture : Du coup, quelle est la vision personnelle de Thiphaine Haas sur le monde du travail  ?

Tiphaine Haas : Compliqué, je dirais, surtout aujourd’hui. Et en même temps, beaucoup plus développé qu’à une certaine époque, notamment grâce à internet. Il y a tout un tas de nouveaux métiers qui se sont formés sur le digital. Donc je pense que du coup, il y a plus de possibilités pour les jeunes mais ça n’enlève en rien le fait que ça soit compliqué. C’est un peu ça ma vision.

“Je deviens à peine jeune diplômée”

 

Bulles de Culture : Vous avez été révélée par Fais pas ci fais pas ça, vous avez fait du théâtre avec Laurent Baffie (Toc Toc), du cinéma avec Didier Le Pêcheur (La Liste de mes envies). Quels sont maintenant vos projets et vos envies d’actrice ?

Tiphaine Haas : C’est intéressant en tant que comédienne de pouvoir explorer toutes les plateformes , que ce soit les planches, le grand écran, le web ou la télévision. Je trouve ça extrêmement intéressant parce que ce sont des techniques, des différences de jeu, de façon de travailler et il y a toujours du challenge là-dedans. Je ne suis pas une touche-à-tout mais j’aime l’idée de pouvoir évoluer dans les différentes plateformes qui se présentent à nous. Et le web en fait partie, clairement.

Comme nouveaux projets, je vais finir la neuvième saison de Fais pas ci fais pas ça et j’espère tourner une saison 3 pour Jeune diplômée. Je vais aussi mélanger théâtre et télévision et participer à l’émission de Pierre Palmade qui s’appelle On refait le  boulevard [NDLR : L’émission sera diffusée sur France 3 le vendredi 21 octobre 2016 à 20h55]. Le principe est de prendre des extraits des plus grandes pièces de boulevard comme Le dîner de cons ou La cage aux folles. Et moi, je vais faire un extrait de Joyeux Pâques au côté d’Isabelle Nanty et d’Edouard Baer.

Bulles de Culture : Comme c’est la dernière saison de Fais pas ci fais pas ça, un petit mot sur l’expérience que cela a été pour vous et ce que vous en garderez comme souvenirs…

Tiphaine Haas : Là, on est encore en tournage mais on commence à sentir un peu la fin. Mais c’est un truc presque heureux dans cette fin parce qu’on lâche tout. On se dit que tout ce qu’on a à faire, c’est de profiter au maximum du temps qu’il nous reste ensemble. Après, ce sont dix ans de vie, nous sommes devenus de vraies familles et ce ne sont pas des gens que je vais arrêter de voir du jour au lendemain. On le sait tous, en fait. J’aborde ça dans ce sens-là, je me dis : “C’est douloureux parce que ça fait dix ans, c’est du confort et on est en confiance”. Mais en même temps, il y a ce truc de se dire : “On tourne la page, on vole de nos propres ailes — surtout nous en tant qu’enfants de cette série —, on y va, c’est parti”.

Bulles de Culture : Vous devenez Alice…

Tiphaine Haas : Voilà, je deviens à peine jeune diplômée. J’ai terminé ma prépa qui aura mis dix ans et voilà, je commence à voler de mes propres ailes.

Propos recueillis au Festival de la Fiction TV de la Rochelle le 16 septembre 2016.

Interview de Shannon Renaudeau,
la créatrice de Jeune diplômée

 

Bulles de Culture : D’où vient l’idée de Jeune diplômée ?

Shannon Renaudeau : Je suis un peu passée par là. Pendant six mois, j’ai cherché un boulot à la fin d’un stage. Je savais que je voulais travailler dans le cinéma, l’audiovisuel et je me suis rendu compte que c’était un peu plus compliqué que ça pour trouver un boulot. Et quand j’ai monté ma boite de production [NDLR : la société de production Twincats Production], j’ai tout de suite eu envie de faire une websérie. J’ai cherché un sujet, je venais de quitter mon boulot et il y avait tous mes potes qui cherchaient du boulot et en fait, on ne parlait que de ça. Assez vite, je me suis dit qu’à notre âge, on cherche du boulot et du coup, j’ai essayé de voir si je pouvais écrire dessus et c’est venu tout seul.

Bulles de Culture : Et du coup, vous avez peu d’expérience de jeune diplômée, juste six mois ?

Shannon Renaudeau : Mais c’est déjà beaucoup. Ma co-scénariste Alice Aguirregabiria avait déjà trouvé un boulot et moi, je cherchais un boulot dans le cinéma. Mais en même temps, je ne savais pas vraiment dans quelle filière et j’avais aussi envie de faire mon truc à moi. J’ai envoyé des CV et on ne me répondait pas. Ce sont vraiment des choses que j’ai vécues avec tous les gens de mon âge. En fait, c’est beaucoup inspiré de tous mes potes et de tout ce qu’on a vécu en même temps.

Bulles de Culture : Pourquoi une websérie plutôt qu’une série normale ?

Shannon Renaudeau : En fait, on voulait traiter plein de sujets et on s’était dit qu’on voulait faire une série pour les générations Y. Et on s’est un peu renseigné sur ce qu’était la génération Y, sur ce que ça représentait… et on s’est rendu compte que cette génération se pose beaucoup de questions et on a voulu organiser chaque épisode autour d’une question. Et le format web car je voulais parler aux gens de mon âge et accessoirement, c’était beaucoup plus accessible pour moi.

Bulles de Culture : La série ne s’adresse-t-elle pas aussi aux parents ?

Shannon Renaudeau : L’objectif que je m’étais fixé était de faire un sujet qui parle aux jeunes sur les jeunes mais qui déchiffre un peu le monde du travail aujourd’hui pour les parents dont les enfants sont en train de vivre ça. Et ce sont les meilleures critiques que j’ai eues quand des potes ou des gens m’ont dit qu’ils avaient pu montrer la série à leur parents et qu’ils ont adoré. Du coup, je me dit que ça a au moins servi à ça.

“Je cherchais une comédienne
un peu pétillante et sympa”

 

Bulles de Culture : Quel est le temps d’écriture d’une websérie telle que Jeune diplômée ?

Shannon Renaudeau : En fait, la première saison, je l’avais co-écrite avec un fille qui s’appelle vraiment Alice [NDLR : Alice Aguirregabiria]. On a été ensemble à l’école et elle, elle a écrit un blog qui s’appelle Jeune diplômée où elle racontait ses coups de gueule, des brèves sur ses entretiens d’embauche… Et quand j’ai cherché un sujet, je me suis dit que c’était une idée géniale et donc on a écrit ensemble. On a écrit quinze épisodes du premier coup, soit huit épisodes de la première saison plus sept de la deuxième. On les a peut-être écrit en 5-6 mois. Et la deuxième saison, je l’ai écrite toute seule et ça a pris un peu moins de temps, peut-être 2-3 mois, parce que tout l’univers était là.

Bulles de Culture : Et qu’est-ce qui vous a fait pensé à Thiphaine Haas pour le rôle de la Jeune Diplômée ?

Shannon Renaudeau : J’adore Fais pas ci fais pas ça depuis le début parce qu’entre autres, j’adore Bruno Salomone. Et quand je cherchais une comédienne qui avait cet âge-là, un peu pétillante et sympa, on m’a dit d’appeler Thiphaine Haas. Je l’ai appelée tout de suite et quand elle a dit oui, c’était extraordinaire, inespéré.

Bulles de Culture : Quelles ont été vos influences pour Jeune diplômée ?

Shannon Renaudeau : Il y a pas mal de Girls, même si le format et la longueur font que ce n’est pas forcément la même chose. L’idée de la saison 2 que j’ai réalisé — la première, je l’avais co-réalisée — était que ce soit assez “pop”. Évidemment, j’ai regardé Friends que je connaissais par cœur et je voulais forcément un canapé, un QG où ils allaient tout le temps… Entre la première et la deuxième saison, j’ai re-regardé House of Cards pour les faces caméra. En fait, ce sont plein de choses que j’ai prises plus ou moins inconsciemment et j’ai refais les liens a posteriori.

Il y avait une grosse équipe
mais elle était chanmé

 

Bulles de Culture : La saison 1 a été auto-produite…

Shannon Renaudeau : Complètement, j’ai juste gagné un prix de la SACD [NDLR : Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques].

Bulles de Culture : Et cette saison 2 a été co-produite avec MyTF1. Est-ce que cela a changé quelque chose sur la manière de la réaliser ?

Shannon Renaudeau : Ça a tout changé parce qu’on est passé de dix jours à trois semaines de tournage, d’une équipe de quinze personnes (dont sept comédiens) à trente-cinq personnes dans l’équipe technique plus vingt-trois comédiens. Et il y avait aussi le côté rassurant que cela leur avait déjà plu, qu’on le faisait pour une raison et qu’il y avait derrière un diffuseur.

Bulles de Culture : Et du coup, on ne perd pas un peu la légèreté de la première saison de Jeune diplômée ?

Shannon Renaudeau : C’était le pari. Il y avait une grosse équipe mais elle était “chanmé” — pour utiliser un terme très jeune diplômé —, vraiment extraordinaire et elle m’a suivi jusqu’au bout.

“C’est un pied à l’étrier”

 

Bulles de Culture : Vous avez réalisé une autre websérie qui s’appelle Mon Métier en Vrai. Ce format semble vous plaire particulièrement…

Shannon Renaudeau : J’aime bien parce c’est accessible et faisable. Au début, j’avais très peur de faire une websérie et de me dire que je lançais vraiment une bouteille à la mer avec une probabilité que quelqu’un la trouve hyper mince. Mais quelqu’un l’a trouvée et c’est merveilleux. Après le format en soi, je trouve qu’il permet à notre génération de raconter ce qu’on a envie de raconter. Après le fait que ce soit sur NT1 [NDLR : la série sera diffusée sur NT1 en parallèle de la diffusion habituelle sur la plateforme MyTF1 XTRA] rejoint mon but qui est de faire de la télévision mais aussi un long métrage. C’est un pied à l’étrier.

Bulles de Culture : Et pour conclure, qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire un livre [NDLR : Jeune diplômée, chroniques d’une jeune chômeuse de Shannon Renaudeau, publié chez 404 éditions en septembre 2016] ?

Shannon Renaudeau : 404 éditions est venu me chercher en me demandant si cela me brancherait d’écrire un bouquin sur les jeunes diplômés. Jeune Diplômée, c’est un sujet qui me tient à cœur et ça me plaisait de raconter — parce que le format de la websérie est top mais forcément court — sa vie, d’où elle vient et pourquoi elle est comme ça. On parle de son premier jour à l’école, son premier jour de stage…

Propos recueillis à TF1 (Boulogne-Billancourt, France) le 4 octobre 2016.

Suivant Prev

 

 

En savoir plus :

  • La saison 2 de Jeune diplômée est, à partir du samedi 15 octobre 2016, disponible sur la plateforme MyTF1 XTRA et diffusée sur la chaine NT1 les samedi et dimanche à 20h45
  • Jeune diplômée, chroniques d’une jeune chômeuse, Shannon Renaudeau, 404 éditions, septembre 2016, 240 pages, 14.95 euros

 

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Check Also

loulou image (c) La Onda Productions

[CRITIQUE & INTERVIEW] “Loulou” saison 1 : Petite grossesse entre amis

Élue meilleure série web au festival Séries Mania 2017 et en compétition au Festival de …

festival de la fiction tv de la rochelle 2017 image le jury

Le palmarès du Festival de la Fiction TV de la Rochelle 2017

le Festival de la Fiction TV de la Rochelle a consacré cette année quatre jours …

Laisser un commentaire