//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #Deauville2016 : « Certain Women » (2016) de Kelly Reichardt

[CRITIQUE] #Deauville2016 : « Certain Women » (2016) de Kelly Reichardt

Certain Women de Kelly Reichardt avec un casting très prometteur, dont les trois actrices principales Kristen Steward, Michelle Williams et Laura Dern, est présenté en compétition officielle du 42ème Festival du cinéma américain de Deauville. Notre avis sur cette œuvre indépendante qui sort des sentiers battus. 

Synopsis :

Les vies de trois femmes se croisent dans une petite ville d’Amérique, où chacune d’elles tentent de tracer sa voie…

Certain Women,
un triptyque de femmes

 

 

Certain Women, c’est en réalité trois histoires différentes dans un même film. Il y a l’avocate Laura (Laura Dern) qui assiste un client dépressif prêt à tout pour échapper à la prison. Gina (Michelle Williams) essaye d’acheter à un vieux paysan du coin son tas de grès. Enfin, il y a Beth (Kristen Steward), enseignante qui a redonné goût à la scolarité à l’une de ses élèves et qui change d’affectation du jour au lendemain.

Racontée comme cela, l’intrigue parait déjà trop intense par rapport à la monotonie de la narration. S’il y a bien une chose que ces femmes ont en commun, c’est bien le rythme extrêmement lent de leurs péripéties qui empêche de rentrer complètement dans leurs problématiques.

Un manque d’enjeu

 

La réalisatrice Kelly Reichardt n’arrive pas à trouver un enjeu assez fort capable d’unir ces trois femmes. On a du mal à trouver une intention de narration dans des scènes qui paraissent parfois des plus obscures, la longue scène finale dans une ferme en est l’exemple le plus criant.

On voit cependant dans Certain Women une certaine volonté de montrer l’Amérique rurale puisqu’on est immergé dans une petite ville, loin de la folie des mégalopoles. La cinéaste nous montre ainsi les États-Unis de l’oubli là où les exploitations agricoles sont parfois synonymes de sacrifices.

La réalisatrice se veut simple dans ses propos. La terre, représentée par les briques que souhaitent acquérir Gina, sont d’une importance majeure. Enfin, le monde rural est également un lieu de mal être pour le client de Laura qui regrette le départ de sa femme, vivant désormais une vie « simple » entourée de chats.

Il est dommage que Certain Women n’est pas transféré ces valeurs en passant par une narration plus simple et un esthétique poétique, à la façon d’un Naomi Kawase, qui aurait davantage porté de l’intérêt.

Tel quel, le film Certain Women reste malheureusement mystérieux et sans éclat.

 

 

En savoir plus :

  • date de sortie France : inconnue
  • Distribution France : inconnue

Check Also

The Meyerowitz Stories critique film photo

[CRITIQUE] « The Meyerowitz Stories » (2017), thérapie WoodyAlien par Noah Baumbach

The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach est le deuxième film Netflix de la compétition 2017 du Festival …

Barbara affiche critique film

[CRITIQUE] « Barbara » (2016), abyssale mise en abîme par Mathieu Amalric

Présenté en ouverture d’Un Certain Regard du Festival de Cannes 2017, Barbara de et avec …

Un commentaire

  1. je crains bien que vous soyez passée à côté de la grande subtilité , selon moi, de ce film dont la construction et le lien qui se noue entre les gens et les histoires ne manquent pas de finesse.

Laisser un commentaire