//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #Cannes2016 : « Aquarius » de Brillante Mendonça
Aquarius images-3
© 2016 Victor Jucá / CinemaScópio

[CRITIQUE] #Cannes2016 : « Aquarius » de Brillante Mendonça

Aquarius de Brillante Mendonça a été présenté en compétition officielle du Festival de Cannes 2016. Reparti bredouille au palmarès, le film laisse quand même une trace dans nos esprits grâce à l’interprétation de son actrice principale, Sonia Braga. Notre avis. 

Aquarius : notre prix d’interprétation ?

 

Aquarius images-3
© 2016 Victor Jucá / CinemaScópio

Synopsis

Clara (Sonia Braga), la soixantaine, ancienne critique musicale, est née dans un milieu bourgeois de Recife, au Brésil. Elle vit dans un immeuble singulier, l’Aquarius construit dans les années 40, sur la très huppée Avenida Boa Viagem qui longe l’océan. Un important promoteur a racheté tous les appartements mais elle, se refuse à vendre le sien. Elle va rentrer en guerre froide avec la société immobilière qui la harcèle. Très perturbée par cette tension, elle repense à sa vie, son passé, ceux qu’elle aime.

 

Aquarius images-2
© 2016 Victor Jucá / CinemaScópio

 

Aquarius est avant tout un film sur le destin d’une femme forte. Cette fameuse Clara a une volonté de fer. L’actrice Sonia Braga tient l’écran avec brio pendant les 2h20 du film. Pratiquement inconnue du grand public, elle a quand même tourné pour Robert Redford avec Milagro (1988) ou Clint Eastwood dans La Relève (1990). Elle est rayonnante en démontrant au cinéma international qu’on peut confier le poids d’un film à une actrice de 66 ans.

Aquarius est également une oeuvre sur le souvenir. A de nombreuses reprises, le réalisateur opère des flashback afin d’illustrer un passé regretté. Celui où Clara vivait paisiblement dans un Brésil non encore marqué par la spéculation. Car Kleber Mendonça Filho fait également une critique subtile du marché immobilier brésilien, complètement sclérosé par des investisseurs étrangers qui plongent la population dans une crise du logement. En douceur, Aquarius est militant, à l’image d’une montée des marches mouvementée où l’équipe du film brandissait des pancartes pour critiquer le gouvernement brésilien qui refuse des élections libres dans ce pays.

Néanmoins, l’oeuvre souffre d’un gros défaut de montage. Construite en trois parties, elle est beaucoup trop longue et perd au fil des minutes le tonus du début. Reste la prestation mémorable de Sonia Braga qui mérite pour le moment le prix d’interprétation.

 

 

En savoir plus :

    • Date de sortie France : 28/09/2016
    • Distribution France : SBS Distribution
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Check Also

    Roues libres Attila Till affiche

    [CRITIQUE] « Roues Libres » (2016) d’Attila Till : Un polar et une comédie qui roulent

    Présent dans notre sélection des douze films européens à découvrir en 2017, le film hongrois …

    CHEZ-NOUS_AFFICHE

    [CRITIQUE] « Chez Nous » (2017) de Lucas Belvaux, toute ressemblance n’est pas fortuite…

    Avec Chez Nous, le réalisateur Lucas Belvaux se politise en livrant un film de conviction …

    Laisser un commentaire