//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / [CRITIQUE] « Tallulah » (2016) de Sian Heder

[CRITIQUE] « Tallulah » (2016) de Sian Heder

Vu au Sundance Film Festival: London 2016, le premier long métrage Tallulah de la réalisatrice Sian Heder est distribué directement sur Netflix. Notre avis sur ce film avec Ellen Page à l’affiche.

 

Synopsis :

À la recherche de son ex-petit ami, Nico (Evan Jonigkeit), une jeune vagabonde, Tallulah dit Lu (Ellen Page), kidnappe sur un coup de tête le bébé d’une maman négligente, Carolyn (Tammy Blanchard), et le fait passer pour le sien.

 

Film indépendant américain tout ce qui a de plus classique, Tallulah est le récit de personnages un peu paumés et qu’un évènement va bouleverser la vie. Ici, il s’agit de trois femmes :

  • Carolyn qui regrette sa vie d’avant d’être mère,
  • Margo une femme qui n’arrive pas à accepter la fin de son mariage,
  • et Lu qui ne veut s’attacher à rien.

Tallulah,
la suite d’un court-métrage

 

Cette histoire de mères est la suite du court-métrage Mother (2006) qui a notamment été récompensé du 3ème Prix ex-æquo à la Cinéfondation. Ce court est en creux dans Tallulah à travers l’histoire de Lu et Carolyn où le récit d’une mère au foyer insatisfaite qui engage une étrangère pour garder son bébé était toute la trame du court.

Le long métrage Tallulah dessine donc le trajet de femmes supplémentaires autour de ce bébé.

Lu va d’abord remettre en question Carolyn. Pas tout de suite mais l’absence de son bébé « kidnappé » par Lu va peu à peu lui prendre faire conscience de quelle mère elle était jusque-là avec son enfant.

Lu va ensuite entrer dans la vie de Margo. Quand celle-ci la voit débarquer chez elle avec un bébé, elle s’imagine grand-mère et Lu ne fait rien pour la détromper.

Le film sera donc une alternance entre :

  • une improbable amitié qui va se nouer entre deux femmes (Lu/Margo) sur la base d’un mensonge ;
  • une enquête de police pour aider une mère coupable (Carolyn) sur la base d’un faux kidnapping.

Un premier film
avec ses défauts et ses qualités

 

Il est évident que c’est la présence au casting de l’actrice Ellen Page qui donne de l’intérêt à Tallulah. Le problème est que l’actrice joue finalement un peu Juno (2007) avec un bébé, surtout avec la présence au casting d’Allison Janney qui jouait déjà sa belle-mère dans le même film. Le duo fonctionne mais à l’image de ce personnage de mère indigne un peu trop caricaturale interprétée par Tammy Blanchard, les personnages manquent de nuances et de liberté dans les contours qui les définissent.

Ce qui fait de ce Tallulah un premier film avec ses défauts et ses qualités inhérents à l’exercice.

A noter dans ce long métrage de Sian Heder qui est scénariste sur Orange Is The New Black, la présence de plusieurs acteurs de séries :

  • Allison Janney (À la Maison-Blanche),
  • David Zayas (Dexter, Gotham, Bloodline) dans le rôle d’un enquêteur,
  • John Benjamin Hickey (New York – Police judiciaire, The New Normal, The Good Wife) en mari de Margo,
  • Zachary Quinto (24 heures chrono, Heroes, American Horror Story, The Slap) en nouveau petit ami du mari de Margo,
  • Uzo  Aduba, la “Crazy  Eyes”  Warren de la série Orange is the New Black qui joue ici une personne de la Protection de l’enfance.

 

En savoir plus :

  • Tallulah est disponible sur Netflix à partir du 29 juillet 2016

Check Also

Ozark saison 1 affiche

[CRITIQUE] « Ozark » saison 1 : Jason Bateman à contre-emploi

La série Netflix Ozark de Bill Dubuque et Mark Williams est présentée par nos confrères …

AFFICHE BIARRITZ SURF GANG

[CRITIQUE] « Biarritz Surf Gang » (2017) : Les punks font du surf

Biarritz Surf Gang des réalisateurs et surfeurs Pierre Denoyel et Nathan Curren raconte l’incroyable histoire …

Laisser un commentaire