//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / « Dans les forêts de Sibérie » (2016), un petit break au bord du lac Baïkal

« Dans les forêts de Sibérie » (2016), un petit break au bord du lac Baïkal

Dans les forêts de Sibérie est le 6ème long métrage de Safy Nebbou. Dans ce film, Raphaël Personnaz se met dans la peau de l’écrivain Sylvain Tesson qui est parti vivre pendant 6 mois dans une cabane près du lac Baïkal en Sibérie. Notre avis sur cette adaptation.
   

Synopsis :

Pour assouvir un besoin de liberté, Teddy (Raphaël Personnaz) décide de partir loin du bruit du monde, et s’installe seul dans une cabane, sur les rives gelées du lac Baïkal. Une nuit, perdu dans le blizzard, il est secouru par Aleksei (Evgueni Sidikhine), un russe en cavale qui vit caché dans la forêt sibérienne depuis des années.

« Plus d’électricité, plus de village,
plus d’homme, plus rien »

Comme écrit dans un précédent article pour annoncer la sortie de la bande annonce de Dans les forêts de Sibérie, nous étions impatients de découvrir l’adaptation au cinéma du roman éponyme de l’aventurier et écrivain Sylvain Tesson (prix Medicis de l’essai 2011). Voir Raphaël Personnaz nous faire revivre les mois passés en Sibérie par Sylvain Tesson dans une cabane près du lac Baïkal, seul et à plus d’une centaine de kilomètres du village le plus proche, nous promettait alors une aventure cinématographique et contemplative de toute beauté.

Le livre Dans les forêts de Sibérie est le carnet bord de Sylvain Tesson sur son séjour solitaire là-bas mais peut-être par goût personnel ou par peur de se priver d’une partie du public, le réalisateur Safy Nebbou a préféré faire un film plus narratif que contemplatif. Pour cette adaptation, son co-scénariste David Oelhoffen et lui ont choisi d’ajouter au récit un nouveau personnage : Aleksei, un russe en fuite, qui va se mettre à interagir avec Teddy.

Du coup, ce choix nous prive un peu de cette promesse de communion avec la nature, surtout que le film commence directement en Sibérie. Il n’y pas d’avant qui nous permettrait, comme dans Into The Wild (2007) par exemple, de vivre cette immersion visuelle et sensorielle (grandes étendues désertes et silence) après un passage par le chaos et le bruit de la ville.

De même là où cette expérience extrême annonçait de nombreuses difficultés, le personnage va surmonter un peu vite les obstacles, surtout après sa rencontre avec Aleksei, et vivre relativement bien l’expérience au point d’envisager de prolonger son séjour près du lac.

Dans les forêts de Sibérie :
casting et musique

Mais passé ces réserves, il faut reconnaître que Raphaël Personnaz prend un plaisir communicatif à interpréter ce personnage confronté à la nature comme l’acteur Emile Hirsch dans Into The Wild ou l’oscarisé Leonardo di Caprio dans The Revenant.

À ses côtés, l’acteur russe Evgueni Sidikhine est très bon en homme qui vit caché depuis plusieurs années dans la région et son duo avec Raphaël Personnaz fonctionne très bien.

De même, les acteurs secondaires qui ont pour la plupart été castés dans la région ajoutent par leurs visages et leur façon de parler une touche locale au film qui est plutôt plaisante.

Et côté musique, Ibrahim Maalouf minimaliste ou plus présent selon les situations du film apporte sa touche d’improvisation au film, même s’il manque un petit quelque chose dans ces thèmes pour qu’il puisse  nous emporter un peu plus dans cette aventure vraiment hors du commun.

Un genre peu exploré
dans la fiction française

Mais il faut reconnaître que cette aventure proposée par Safy Nebbou est rare dans le cinéma français. Et même si elle nous laisse un peu sur notre faim et que l’on aurait souhaité peut-être un geste cinématographique aussi fou que celui réel de Sylvain Tesson, il n’en reste pas moins que le film Dans les forêts de Sibérie propose de vrais bons moments comme :

  • ces traversées du lac en camion, en patins à glace ou en moto,
  • cette scène très drôle où Teddy fait face à un ours alors qu’il se baigne nu dans le lac Baïkal,
  • ou ce joli moment de la fonte des glaces à la fin du film.

Et si le cinéma documentaire est sûrement le seul genre actuellement en France capable de nous emmener dans de tels voyages, il faut espérer que Dans les forêts de Sibérie créera de tels envies d’évasion chez d’autres réalisateurs et producteurs de fiction.

Bref, Dans les forêts de Sibérie de Safy Nebbou est un film plutôt pas mal pour se faire un petit break de quelques heures avec Raphaël Personnaz et se laisser bercer par le vent glacé qui souffle sur le lac Baïkal.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 15/06/2016
  • Distribution France : Paname Distribution

Check Also

Le grand méchant renard et autres contes affiche

[CRITIQUE] « Le Grand méchant renard et autres contes » (2017) de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Après son succès en librairie aux éditions Delcourt, Le grand méchant renard de Benjamin Renner …

K.O. affiche

[CRITIQUE] « K.O. » (2017) : Le mystère selon Fabrice Godert

Après des débuts sur grand écran très remarqués (Simon Werner a disparu nominé pour le …

Laisser un commentaire