//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Rosalie Blum” (2016) de Julien Rappeneau
Rosalie Blum-affiche

[CRITIQUE] “Rosalie Blum” (2016) de Julien Rappeneau

Après des années d’écriture à succès pour les autres avec au passage un César pour 36, Quai des orfèvres (2004), Julien Rappeneau, fils de Jean-Paul, se lance lui-aussi dans la réalisation et choisit d’adapter la bande dessinée Rosalie Blum de Camille JourdyUne petite merveille de comédie que certains comparent déjà à Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain(2001). Aura-t-elle le même succès ?

 

Synopsis :

Vincent Machot (Kyan Khojandi) habite une petite ville de province. Sa vie partagée entre son salon de coiffure, sa mère possessive (Anémone) et les obsessions sexuelles de son cousin Laurent (Nicolas Bridet), lui semblent de plus en plus morne…Un dimanche, après avoir enfourché son vélo à la recherche d’une supérette ouverte, il éprouve un sentiment de déjà-vu lorsqu’il croise le regard de l’épicière (Noémie Lvovsky). Où l’a-t-il déjà rencontrée? Irrésistiblement, Vincent se met à suivre cette femme dans la ville…

 

Rosalie Blum :
Construction en kit, puzzle d’émotions

 

Rosalie Blum-image-8
© SND

La particularité du film tient à sa construction. En effet, l’histoire de cette rencontre, dont l’origine est un malheureux oubli de courses, nous est racontée de trois façons différentes, l’une après l’autre, sous l’angle de chacun des protagonistes. Si le procédé n’est pas nouveau, et nous donne comme à Vincent Machot une sensation de déjà-vu, cette technique a l’avantage d’apporter à chaque fois un élément joliment surprenant qui donne envie de voir la prochaine.

Rosalie Blum est donc un film en kit et selon ce principe, chaque petite histoire ne serait pas tout à fait complète, ni tout à fait intéressante, sans l’autre. Un exercice mené de main de maître par Julien Rappeneau qui nous amène doucement, mais sûrement à s’attacher à chacun des personnages au gré des différentes émotions qui les traversent, les transforment.

Kyan Khojani, Alice Isaaz
et tous les autres…

 

Si Vincent Machot, a beaucoup de points communs avec son personnage dans  Bref —série de 82 épisodes qu’il a écrite et réalisée avec son complice Bruno Muschio—Kyan khojani lui ajoute un côté plus nounours et un peu moins looser qui n’est pas dépourvu d’un certain charme. Et même le fait qu’il suive une inconnue, un comportement pas tout à fait rassurant quant à sa santé mentale, ne réussit pas à nous effrayer tout à fait. Alors que dans la série, on se moquait de ses défauts, là, on a presque envie de le protéger. Une envie qui s’empare à ses dépends d’Aude, la nièce de Rosalie, interprétée par une excellente Alice Isaaz. En effet, celle que l’on a quitté en petite femme forte dans En Mai Fais Ce Qu’il Te Plaît (2015) de Christian Carion, se glisse très justement dans la peau de cette post-ado qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie.

Pour raconter l’histoire plutôt mystérieuse de Rosalie Blum, et surtout très drôle,  le réalisateur réunit ainsi dans le film une somme de talents qui ne demande qu’à éclore. Outre les deux précédemment cités, les membres de la bande d’Aude comme la psychotique Cécile (Sara Giraudeau), le loufoque colocataire (Philippe Rebbot) ne sont pas en reste, des visages déjà aperçus sur lesquels on ne va pas tarder à pouvoir mettre des noms. Tous ces Almost Famous  sont entourés d’expérience grâce au jeu toujours tout en délicatesse de Noémie Lvovsky (Camille Redouble) et à toute la causticité dont est capable Anémone.

Rosalie ou Amélie

 

Rosalie Blum-image-3
© SND

Oui, cette petite histoire extraordinaire entre personnes ordinaires peut nous rappeler une certaine Amélie, mais Julien Rappeneau prouve ici que même sans le super décor qu’est la ville de Paris, et sans recourir à des astuces fantastiques, on peut émouvoir, faire du bien. Alors qu’Amélie serait lancée comme un bolide sur une piste de Formule 1, Rosalie Blum tiendrait plus du pull tricoté avec patience et amour par une mamie pas tout à fait sénile.Pour trancher, on dira différentes causes, mêmes effets! Mais comme tout pull qui ne tiendrait pas vraiment chaud tant qu’il n’est pas fini, la dernière scène du film, la dernière pièce du puzzle, met chaque chose à sa place. Alors qu’on avait oublié le côté loufoque du début,tout prend néanmoins un sens et on finit en disant Aaaaah ouiiii…Ah oui, il avait encore un dernier tour dans son sac et on n’a jamais été aussi content de s’être aussi habilement fait mener en bateau!

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France: 23/03/ 2016
  • Distributeur: SND
Fanny N.

Fanny N.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
J'aime rire, j'aime pleurer, l'aime danser, j'aime chanter et tout ça, je le vis souvent au cinéma.

TOP 3 Cinéma : "Légendes d'automne" (1994), la saga "Le Parrain", "La Jeune fille à la perle" (2003)
Fanny N.

Check Also

sélection des sorties cinéma du mercredi 6 septembre 2017 image

Notre sélection des sorties cinéma du mercredi 6 septembre

Quel film voir cette semaine ? Barbara, Une famille syrienne, Ôtez-moi d’un doute, Jeannette, l’enfance …

ARTE rentrée 2017 image Bruno Patino

ARTE Rentrée 2017 : Demandez les programmes

La Conférence de presse de rentrée d’ARTE a eu lieu ce jeudi 24 août 2017 …

Laisser un commentaire