//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Wild (2015), la cure médicinale / medical therapy

Wild (2015), la cure médicinale / medical therapy

Après l’original et très remarqué C.R.A.Z.Y. en 2005 et la claque de 2014 Dallas Buyers Club qui marquera l’histoire du cinéma avec cette interprétation sidérante des acteurs Matthew McConaughey et Jared Leto, le talentueux québécois Jean-Marc Vallée fait aujourd’hui partie de la poignée de réalisateurs dont on attend le prochain film avec impatience. Il nous revient aujourd’hui avec un film encore bien différent, cette fois sur le thème du voyage spirituel, sorte de Into the Wild (Sean Penn, 2007) au féminin, comme certains s’amusent à le définir. Wild est un biopic adapté du best-seller et roman autobiographique de Cheryl Strayed, Wild : marcher pour se retrouver, qui nous romance sa traversée solitaire dans l’Ouest sauvage.

Following acclaimed C.R.A.Z.Y. (2005) and the smashing Dallas Buyers Club (2012) that is definitely going to make a mark on the history of cinema thanks to astonishing actors Matthew McConaughey and Jared Leto, talented Quebecker Jean-Marc Vallée is considered as one of the happy few directors we are thrilled to watch every time a new film comes up. Here Wild explores another facet of his work with the theme of a spiritual journey. Some people would define it as a female version of Sean Penn’s Into the Wild (2007). Wild is a biopic adapted from Cheryl Strayed’s best-seller and biography: the story of one’s lonely trip across the wild West.

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

© 20th Century Fox

Synopsis : Après plusieurs années d’errance, d’addiction et l’échec de son couple, Cheryl Strayed (Reese Whitherspoon) prend une décision radicale : elle tourne le dos à son passé et se lance dans un périple en solitaire de 1700 kilomètres à pied, avec pour seule compagnie le souvenir de sa mère disparue (Laura Dern)… Cheryl va affronter ses plus grandes peurs, approcher ses limites, frôler la folie et découvrir sa force.

En traversant le PCT (Pacific Crest Trail), sentier de randonnée le plus périlleux des États-Unis (un peu comme notre GR 20), Cheryl (Reese Witherspoon, vue dans Walk the Line, pour lequel elle a remporté l’Oscar de la Meilleure Actrice en 2006) a du temps pour réfléchir. Confrontée à la nature, mais surtout à elle-même, elle évolue le long d’un parcours semé de souvenirs, de rencontres spirituelles avec son passé qu’elle prend le temps de comprendre.

© 20th Century Fox

Cheryl se remémore peu à peu les moments forts de son existence, les souvenirs de sa mère qui aimait ses enfants plus que tout, victime d’un mari alcoolique et violent, puis de cette soudaine maladie… Ce sont aussi ces moments de communion avec son petit frère alors que leur mère était en train de mourir, de même que sa séparation difficile avec l’homme de sa vie, ou bien encore ses addictions, entre autres de toxicomane… Vous l’aurez compris, Cheryl a besoin de se changer les idées.

Outre les souvenirs, ce sont aussi des rencontres réelles, de plusieurs personnages faisant écho aux démons de son passé, qui vont l’aider à s’en remettre. Parcours physique semé d’embûches, ce voyage est un long chemin méditatif qui retrace progressivement les bribes d’une vie difficile et pleine de détresse. Véritable cure, cette marche de trois mois dans un univers sauvage devient le remède à tous les maux, le bol d’air qui fait évoluer le personnage et ses convictions, en échange de quelques ampoules.

© 20th Century Fox

Au cœur des forêts et rivières de l’Oregon, entre chacals et serpents du désert du Mojave, le film dévoile avec une certaine délicatesse le calvaire passé de Cheryl, en parallèle de cette traversée difficile du bel Ouest sauvage. Le jeu de Reese Witherspoon est juste, émouvant, en particulier lors de sa rencontre inattendue avec un enfant qui, par son chant sensible, lui rappelle tout son amour pour sa mère regrettée.

La musique n’a pas de compositeur original et se contente de morceaux synchronisés avec pour thème principal le magnifique titre The Journey du talentueux guitariste argentin Gustavo Santaolalla (Babel, Amores Perros, Last of Us) qui illustrait déjà l’idée de voyage avec ce même titre, écrit quelques années auparavant pour le très remarqué film publicitaire Louis Vuitton de Bruno Aveillan.

Faisant immédiatement penser au magnifique Into the Wild (2007) de Sean Penn avec cette plongée dans le sauvage, Jean-Marc Vallée conclut toutefois de manière bien plus positive. Malgré cela, Wild ne marque pas autant que son frère jumeau. Il n’a pas non plus l’ampleur des films majeurs que Jean-Marc Vallée a su créer avec C.R.A.Z.Y. et Dallas Buyers Club. Mais ce film, plus modeste, reste une belle aventure. Film thérapeutique, cette ode au voyage nous montre quels peuvent être les bienfaits d’un retour aux sources. Cheryl Strayed nous prescrit la rando comme psychothérapie gratuite et naturelle. Devant la toile, on prend immédiatement conscience de l’importance du voyage, de la nature sauvage, et du pouvoir de la randonnée comme remède miracle pour se sentir mieux.

Sprea

En savoir plus :
http://www.foxfrance.com/wild (le site officiel du distributeur)
http://www.cherylstrayed.com/ (le site officiel de Cheryl Strayed)

Check Also

[CRITIQUE] #Deauville2016 : “Certain Women” (2016) de Kelly Reichardt

Certain Women de Kelly Reichardt avec un casting très prometteur, dont les trois actrices principales …

Demolition-affiche

Demolition (2015), Jake Gyllenhaal démolit tout !

Après Dallas Buyers Club (2013) et Wild (2014), Jean-Marc Vallée continue dans sa lancée vers le triplé …

Laisser un commentaire