//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Winter Sleep » (2014) : La raison du plus fort n’est pas toujours la meilleure

[CRITIQUE] « Winter Sleep » (2014) : La raison du plus fort n’est pas toujours la meilleure

Winter Sleep (Kış Uykusu, 2014) est le huitième film de Nuri Bilge Ceylan, un réalisateur que le public français avait déjà remarqué il y a quelques années avec Il était une fois en Anatolie (2011). Inspiré de trois nouvelles d’Anton Tchekhov, Winter Sleep déroule sous nos yeux l’encéphalogramme des frustrations retenues dans ce village quasi troglodytique d’Anatolie. Retour sur le crû cannois 2014.

Synopsis :

Aydin (Haluk Bilginer), comédien à la retraite, tient un petit hôtel en Anatolie centrale avec sa jeune épouse Nihal (Melisa Sözen), dont il s’est éloigné sentimentalement, et sa sœur Necla (Demet Akbağ) qui souffre encore de son récent divorce. En hiver, à mesure que la neige recouvre la steppe, l’hôtel devient leur refuge mais aussi le théâtre de leurs déchirements…

Winter Sleep :
Révélation d’une profonde rupture

 

Winter Sleep image 1
© nuri bilge ceylan

Winter Sleep s’intéresse plus particulièrement au personnage d’Aydin (Haluk Bilginer), ancien homme de théâtre devenu essayiste et journaliste dans une revue locale, et qui a ouvert une petite auberge dans cette région hostile d’Anatolie. Non content de faire figure d’intellectuel aux yeux des voyageurs et des habitants du village, Aydin est propriétaire de la grande majorité des maisons alentours, ce qui assoit encore davantage son importance. Cette importance est mise à mal le jour où un gamin du village lance une pierre sur sa voiture, cassant la vitre. Aydin se rend chez le père du gamin et, sous prétexte de vouloir le prévenir du risque de voir son fils tomber dans la délinquance, il réaffirme une fois de plus son joug sur ces villageois maintenus dans une pauvreté chronique. À ce stade de la narration, le spectateur novice croit voir en Aydin un homme bon. N’a-t-il pas ramené le fautif sain et sauf à son père, et sans même hausser le ton ? Et pourtant, la réaction de ce dernier révèle une colère grondante, un désir de mutinerie visant à démolir l’empire hypocrite du grand patron. Dès lors, la rixe anecdotique provoquée par le gamin cache les premières fissures d’une rupture plus profonde.

Winter Sleep image 2
© nuri bilge ceylan

Necla (Demet Akbağ), la sœur d’Aydin, vit avec lui depuis qu’il l’a recueillie après son récent divorce. Alors qu’un soir, il lui fait relire l’une de ses interminables colonnes éditoriales sur la perte des valeurs morales dans nos sociétés modernes, les remarques de Necla se font plus cinglantes. Elle révèle à mots couverts, mais non sans cynisme, ce qu’elle pense de ses écrits, de sa suffisance et de la fausse sainteté de son système moral. Nihal (Melisa Sözen), la jeune femme d’Aydin, lui emboîte le pas : ne voit-il pas que pendant toutes ces années il l’a humiliée, abaissée ? Ne voit-il pas qu’elle a pour lui sacrifié sa jeunesse sans jamais obtenir de lui qu’il la traite comme une égale ?

Dualité de personnages

 

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’Aydin est en train de retrouver le sens des réalités d’un grand coup de revers en pleine face. Nuri Bilge Ceylan aurait pu tout simplement nous faire le portrait d’un gentilhomme aux envers de pourriture, que la conjoncture va forcer à une remise en cause. Pourtant le cinéaste refuse d’arrêter son analyse sur un jugement moral définitif, ni de faire « progresser » ses personnages vers un but admirable comme dans une bonne vieille romance hollywoodienne. Et c’est dans cette volonté d’éviter le manichéisme que l’influence d’Anton Tchekhov se fait sentir. Aydin n’est pas le salaud qu’on croit, Aydin n’est pas l’ange-gardien qu’on croit.

Winter Sleep image 3
© nuri bilge ceylan

En fait, tous les personnages qui constituent son entourage sont caractérisés par cette dualité. Nihal est une femme de bien, qui donne tout son temps et son énergie à la préservation de la région et de ses habitants. Et pourtant, le jour où elle vient dans la maison du gamin qui avait jeté la première pierre pour donner une grosse somme d’argent à cette famille dans le besoin, le père, celui-là même qui semblait en vouloir tant à Aydin, l’accueille vertement. Cette scène, que je vous laisse découvrir, constitue à mon sens le pivot dramatique du film. S’il ne devait y en avoir qu’une, elle serait LA raison de vous laisser piquer votre place de transat pour aller vous enfermer dans une salle de cinéma en plein mois d’août.

Le microcosme d’une famille
aux failles multiples

 

Winter Sleep image 4
© nuri bilge ceylan

Aydin avait pourtant prévenue Nihal : on ne peut pas faire n’importe quoi avec la charité. Nihal pense véritablement agir pour défendre ses convictions, là où son mari se complait dans une prétendue supériorité morale. Et pourtant elle renvoie, à juste titre, l’image d’une bourgeoise dont l’argent sert à s’acheter une bonne conscience.

Et c’est ce paradoxe qui rend la dynamique entre Nihal et Aydin particulièrement intéressante. Intime en apparence, elle révèle en creux des enjeux de classe. Nihal étouffe dans la cage doré qu’Aydin lui a conçue. Sa supériorité, financière, sociale, intellectuelle, lui semble nauséabonde. Le combat social qu’elle livre est en réalité un combat contre le dégoût d’elle-même. Dans l’une des scènes de dispute décisives, Aydin lui reproche de n’avoir jamais eu besoin de se battre pour cette supériorité. En qualité d’homme qui s’est fait tout seul, Aydin a une légitimité qu’elle n’aura jamais. L’antipathie de sa femme rend Aydin perplexe : « Peut-on faire d’un homme un dieu, et lui reprocher ensuite de ne pas être ce dieu ? »

Winter Sleep image 5
© nuri bilge ceylan

Il comprendra, trop tard, que l’habit de patriarche ne lui a jamais sied tant que ça : tout au plus, il lui a valu la haine de ses proches et la soumission fébrile des habitants du village. Peut-on pour autant lui en vouloir d’avoir voulu servir de berger aux brebis égarées ? Coécrit avec sa femme Ebru Ceylan, ce dernier opus du réalisateur turc nous parle admirablement bien des contradictions morales qui guident nos vies à travers le microcosme d’une famille aux failles multiples.

 

 

En savoir plus :

Check Also

Paul est là image Valentina Maurel

[Interview] Valentina Maurel (« Paul est là »)

Valentina Maurel a gagné le 1er Prix de la Cinéfondation au Festival de Cannes 2017 …

Deux égarés sont morts image Tommaso USBERTI

[INTERVIEW] Tommaso Usberti (« Deux égarés sont morts »)

Tommaso Usberti, jeune réalisateur franco-italien qui sortira bientôt de La Fémis, a reçu le 3e …

Un commentaire

  1. Très bonne critique d'un très grand film. Voici 5 bonnes raisons d'aller voir "Winter Sleep" : http://thomasnicolon.wordpress.com/2014/08/06/winter-sleep/

Laisser un commentaire