enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Gloria Mundi de Robert Guédiguian afficche film cinéma

Critique / « Gloria Mundi » (2019) de Robert Guédiguian

Dernière mise à jour article : 7 septembre 2020 à 17:23

Sorti le mercredi 27 novembre 2019, Gloria Mundi est le 21e long métrage de Robert Guédiguian. L’avis et la critique film de Bulles de Culture sur ce film réalisé avec sa troupe de comédien.ne.s habituel.le.s  : Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan, Anaïs Demoustier, Robinson Stévenin, Lola Naymark et Grégoire Leprince-Ringuet.

Synopsis :

Daniel (Gérard Meylan) sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie (Ariane Ascaride), son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda (Anaïs Demoustier) vient de donner naissance à une petite Gloria. Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie. En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout…

Gloria Mundi : sous les pavés, plus de plage

Il est vraiment passionnant de suivre la filmographie d’un auteur-réalisateur tel que Robert Guédiguian et voir l’évolution de son regard sur la société. Très loin de l’ambiance solaire, romantique et solidaire d’un film tel que Marius et Jeannette (1997) — le premier long métrage de ce cinéaste marseillais découvert personnellement par votre serviteur en salles —, le long métrage Gloria Mundi dépeint un monde contemporain du chacun pour soi et où la plupart des gens survivent plus qu’ils ne vivent.

« Tout ce qu’un siècle de luttes ouvrières avait réussi à faire entrer dans la conscience des hommes, en un mot la nécessité du partage, explique le réalisateur dans le dossier de presse du film, a volé en éclats en quelques années pour rétablir ce fléau mortel qu’est la volonté de chacun de posséder ce que les autres possèdent ».

Et le symbole de cette nouvelle vision sombre du réalisateur est cette séquence où la femme de ménage travaillant de nuit, interprétée par Ariane Ascaride, refuse de participer à un mouvement de grève pour ne pas prendre le risque de perdre son travail. Soit la réaction d’un personnage très, très loin de celui idéaliste et revendicateur que l’actrice interprétait dans le film Marius et Jeannette mentionné plus haut.

Ariane Ascaride une nouvelle fois parfaite et Grégoire Leprince-Ringuet étonnant dans un rôle à contre-emploi

Côté casting, une nouvelle fois saluée pour sa prestation (Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine à la Mostra de Venise en 2019), Ariane Ascaride incarne un personnage féminin étonnement pragmatique et surtout épuisé. A ses côtés, Jean-Pierre Darroussin est un compagnon aimant qui la soutient comme il peut.

Côté jeune génération, Grégoire Leprince-Ringuet est étonnant dans un rôle à contre-emploi de jeune entrepreneur cocaïnomane et sans scrupule à qui tout réussit. Un succès qui séduit aussi bien sa compagne, jouée par Lola Naymark, prête à vendre son propre corps pour gagner encore plus, que sa belle sœur, interprétée par Anaïs Demoustier, fatiguée d’enchaîner les petits boulots et prête à s’offrir à ce « winner », quitte à enfoncer un peu plus le père de son enfant, joué par Robinson Stévenin. Surtout quand ce dernier, qui se rêvait de réussir en auto-entrepreneur Uber, n’arrivera plus à voir le bout du tunnel de la galère après la lâche agression dont il est victime.

Le pouvoir du poète

Heureusement, dans ce tableau plus sombre sombre qu’à l’accoutumée, Robert Guédiguian délivre tout de même quelques touches d’espoir dans Gloria Mundi, notamment à travers la figure de l’ex-compagnon du personnage d’Ariane Ascaride, incarné par Gérard Meylan.

Tout juste sorti de prison, celui-ci a été épargné par cette triste évolution de la société. Et avec son petit carnet où il griffonne de petits haïkus, il prend plaisir à saisir les beaux et rares moments de l’existence. Il semble alors être le seul encore à même d’enrayer la sombre malédiction qui semble s’être abattue sur cette famille où les rêves de lendemains qui chantent ne sont même plus un espoir.

Notre avis ?

Gloria Mundi est un film juste et fort sur le monde d’aujourd’hui.

En savoir plus :

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page