enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / FILMS / TELEFILMS / [Critique] « The Tale » (2018) de Jennifer Fox
The Tale film photo critique avis Deauville 2018
© HBO

[Critique] « The Tale » (2018) de Jennifer Fox

Cet article est le 1e sur 7 pour Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018

The Tale raconte l’histoire vraie de l’auteure-réalisatrice Jennifer Fox, interprétée par la comédienne Laura Dern dans le téléfilm. L’avis et la critique de Bulles de Culture sur ce long métrage en compétition au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 et diffusé sur OCS City le samedi 8 septembre 2018.

Synopsis :

Jennifer (Laura Dern) est une journaliste vivant à New York avec son petit ami Allemand. Lorsque sa mère retrouve une nouvelle intitulée The Tale, écrite quand elle avait 13 ans et parlant d’un triangle amoureux, Jennifer décide de se rafraichir la mémoire et se lance à la recherche de ces deux hommes.

The Tale : d’après une histoire vraie

The Tale lance la rentrée des créations originales de la chaîne américaine premium HBO, disponibles en exclusivité sur OCS en France. Le long métrage évoque l’histoire vraie de la réalisatrice, Jennifer Fox, dont les souvenirs d’un viol occulté sont revenus des années plus tard. La cinéaste a choisi Laura Dern pour jouer son propre rôle. Cette actrice a été découverte notamment dans Jurassic Park de Steven Spielberg et récemment, elle a participé à la série Big Little LiesDans The Tale, on retrouve également Frances Conroy, connue pour sa participation à la série Six Feet Under. Le film est en compétition officielle dau Festival du Cinéma Américain de Deauville en 2018.

Un besoin d’aller de l’avant et d’aider à la libération de la parole

Si The Tale n’est pas sans rappeler le thème déjà abordé cette année par le film Les Chatouilles d’Andréa Bescond et Eric Métayer, le propos est ici plus diffus. Le long métrage évoque davantage les sentiments de la protagoniste pour ses bourreaux. La question du consentement se pose, à savoir une jeune fille de 13 ans peut-elle accepter un rapport sexuel avec un adulte ? C’est en tout cas le ressenti de la protagoniste qui préfère au départ parler d’amours de vacances plutôt que d’abus sexuels. Mais au fur et à mesure de son histoire, elle va apprendre à accepter le fait d’avoir subi un acte criminel. On s’immerge ainsi dans la tête de la victime, ressentant énormément cette confusion, à la manière d’un syndrome de Stockholm.

La mise en scène alterne sans cesse entre présent et passé. La réalisatrice Jennifer Fox filme ainsi ses souvenirs au fur et à mesure de leur remontée. Par cette construction, The Tale perd en lisibilité, d’autant que le téléfilm a tendance à s’étirer avec un montage pas toujours efficace. Néanmoins, on sent à travers cette réalisation le besoin d’aller de l’avant, et surtout d’aider les victimes de viols à prendre la parole. La projection au Festival du Cinéma Américain de Deauville s’est d’ailleurs faite en présence de psychologues pour accompagner les spectateurs, ce qui n’a pas manqué d’étonner la salle.

En savoir plus :

  • The Tale est diffusé sur OCS City le samedi 8 septembre 2018 à 23h05. Le téléfilm est également diffusé en streaming et disponible en replay sur OCSGo
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.