//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar” (2017) ou l’ivresse de l’océan
Pirates des Caraïbes La Vengeance de Salazar affiche

[CRITIQUE] “Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar” (2017) ou l’ivresse de l’océan

Alors que Disney s’est fait piraté son célèbre Capitaine suite à la cyberattaque mondiale, nous n’allons pas vous dévoiler ici les secrets du film, mais vous donner notre avis sur ce 5e opus, Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar (Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales) de Joachim Rønning et Espen Sandberg.

Synopsis :

Jack Sparrow (Johnny Depp) et ses compagnons se lancent dans la quête du Trident de Poséidon, sur lequel le Capitaine Teague détient des informations précieuses. Cet artefact légendaire qui donne tous les pouvoirs sur les océans est leur seul moyen d’échapper aux fantômes du redoutable Capitaine Salazar (Javier Bardem), échappé du Triangle des Bermudes pour éliminer tous les pirates des océans.

Les réalisateurs Joachim Rønning et Espen Sandberg (Marco Polo, 2014) ont sorti toutes les voiles et mis cap sur l’horizon pour le long métrage Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar. Les studios Disney avaient auréolé ce 5ème volet de mystère en distillant avec soin la présence de Jack Sparrow (Johnny Depp) dans les bandes annonces. Pirates des caraïbes : la vengeance de Salazar se laissera-t-il submerger par les flots de critiques ?

Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar :
Un retour aux sources

 

Pirates des Caraïbes La Vengeance de Salazar image 2
© Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved

 

Alors que Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence (2001) de Rob Marshall, n’avait pas fait l’unanimité auprès des spectateurs, les réalisateurs Joachim Rønning et Espen Sandberg ont décidé de reprendre le flambeau en usant de vieilles recettes mais toujours à base de rhum.
Ainsi, le socle du film repose sur le caractère audacieux et la duperie propres au Capitaine Jack Sparrow (Johnny Depp). Un anti-héros dont l’ivresse séduit immanquablement, avec en filigrane sa patte humoristique.

L’une des cartes maîtresses du film Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar est l’introduction d’un ennemi impitoyable incarné par les traits, toujours appréciés, de Javier Bardem (The Last Face, 2017 ; Gunman, 2015). Piégé par la mort, le capitaine Salazar a mûri durant des décennies une rancœur et une vengeance envers Jack Sparrow.

L’autre ingrédient phare du long métrage est l’exploitation malicieuse des protagonistes ayant fait le succès de la trilogie, Will Turner (Orlando Bloom) et Elizabeth Swann (Keira Knightley), mais oubliés dans le précédent volet. Une résilience astucieuse qui permet de susciter chez les vieux fans un allant de nostalgie. Ce couple de forbans a engendré une progéniture : Henry Turner, interprété par Brenton Thwaites (Maléfique, 2014), devenant le nouveau fil conducteur du scénario. Ce personnage inédit permet d’ajouter une touche nouvelle et d’avancer dans cette histoire qui a débuté il y a maintenant dix ans.

Les péripéties navales ont fait un saut dans l’avenir mais l’œuvre s’est également immiscé dans le passé.

Des origines à la déchéance de Jack Sparrow

 

Pirates des Caraïbes La Vengeance de Salazar image 3
© Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved

 

Le film Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar révèle la naissance d’une légende des mers et des océans. Dans ce film, se confrontent deux hommes: un Jack Sparrow à l’aube de sa destinée face aux aurores d’un capitaine terne dont l’inventivité et le talent se sont émoussés au gré des goulées de rhum.
Les spectateurs seront sans doute séduits par ces rétrospectives qui enracinent le personnage de Johnny Depp et offrent un nouveau souffle à ce cher pirate.

Mais le navire aux voiles noires est-il entrain de prendre l’eau ?

Nous vous laisserons en juger par vous-même en embarquant sur le Black Pearl, ce mercredi.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 24/05/2015
  • Distribution France : The Walt Disney Company France
Pierre L.

Pierre L.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
TOP 5 Cinéma : "Le cercle des poètes disparus" (1989), "Vol au dessus d'un nid de coucou" (1975), "La soif du mal" (1958), "La corde" (1948), "Gran Torino" (2008)
Pierre L.

Laisser un commentaire