//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Les Ogres” (2015) de Léa Fehner
les ogres-affiche

[CRITIQUE] “Les Ogres” (2015) de Léa Fehner

Après un premier film remarqué sur la prison (Qu’un seul tienne et les autres suivront), la réalisatrice Léa Fehner nous entraîne sur les pas d’un théátre itinérant. Les Ogres est l’histoire d’hommes et femmes qui mangent la vie à pleines dents.

Synopsis :

Ils vont de ville en ville, un chapiteau sur le dos, leur spectacle en bandoulière. Dans nos vies ils apportent le rêve et le désordre. Ce sont des ogres, des géants, ils en ont mangé du théâtre et des kilomètres. Mais l’arrivée imminente d’un bébé et le retour d’une ancienne amante vont raviver des blessures que l’on croyait oubliées. Alors que la fête commence !

“J’ai grandi dans ce milieu-là,
j’ai grandi sous les chapiteaux”
— Léa Fehner

 

Les Ogres, le nouveau film de Léa Fehner est presque une histoire de famille : son père (François Fehner), sa mère (Marion Bouvarel), sa sœur (Inès Fehner), son fils et les enfants de sa sœur jouent dans le film. Et pour boucler la boucle, elle a monté le film avec son mari, Julien Chigot.

Comme son précédent film, le cinéma de Léa Fehner part de ce qu’elle connaît. Des histoires qu’elle a vécues mais aussi recueillies sur le théâtre itinérant, elle a écrit avec sa co-scénariste Catherine Paillé une histoire totalement fictionnelle : “inscrire les racines de notre récit dans la réalité pour pousser les branches du film vers la fiction” (Léa Fehner). Car malgré son casting familial, le film n’est pas du tout autobiographique mais un hommage au théâtre itinérant que la réalisatrice a connu dans son enfance.

Et pour filmer le vie libre de ces personnages, Léa Fehner a choisi une caméra toujours en mouvement, capable de filmer une scène entre caravanes où chacun se double et s’interpelle qu’une représentation de pièces en 1 acte d’Anton Tchekhov (L’Ours, La Noce) où les comédiens vont et viennent entre la scène et les coulisses. Cette approche de la réalisation est peut-être un chouïa trop évidente mais c’est un choix clairement assumé par un film où même les moments où la caméra se stabilise un peu ne restent longtemps des  instants de repos car rapidement, les colères et les rancœurs y éclatent.

“J’ai choisi des comédiens
qui avaient du coffre
pour apporter du flamboyant, du panache”
— Léa Fehner

 

En ayant choisi de s’appuyer sur une partie de la troupe de son père et d’y intégrer le compositeur du film, Philippe Cataix, Léa Fehner a pu pour Les Ogres retrouver cette esprit de groupe et du vivre ensemble de ces troupes itinérantes. Le choix de filmer deux pièces de Tchekhov a aussi permis aux autres comédiens comme Marc Barbé et Adèle Haenel de trouver leur place dans cet univers.

Cela faisait longtemps que l’on avait pas vu Marc Barbé dans un rôle aussi fort que celui du serial killer dans Sombre (1999). Ici, il campe un personnage, appelé Mr Déloyal, qui se cache derrière une mulitude de masques pour surmonter la mort tragique de son fils.

À ses côtés, Adèle Haenel joue sa compagne enceinte, Mona. Après Les Combattants, elle confirme son talent et amène toute sa fougue et sa jeunesse pour faire face aux blessures et peurs que son gros ventre ravivent de plus en plus chez Mr Déloyal.

Ces deux personnages ainsi que ceux qui les entourent — dont celui du directeur de théâtre interprété par François Fehner — montrent aussi bien les déchirures, les douleurs et les humiliations que les moments de joie, de bonheur et d’amour amenés par la liberté et ses excès de ces hommes et femmes d’une certaine forme de théâtre.

“J’avais envie d’un film voyageur
dans les émotions”
— Léa Fehner

 

Bref, Les Ogres de Léa Fehner offre l’occasion d’une jolie intrusion dans l’univers du théâtre itinérant.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 16/03/2016
  • Distribution France : Pyramide Films
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire