//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Steve Jobs (2015), tentative de dialogue avec un génie
Steve Jobs Affiche

Steve Jobs (2015), tentative de dialogue avec un génie

Steve Jobs AfficheSteve Jobs vaut-il mieux que Jobs (2013) ? Le trio Danny Boyle (Trainspotting, Slumdog Millionnaire),  Aaron Sorkin (The Social network) et Michael Fassbender (Shame) se lance dans le défi du biopic sur le fondateur d’Apple, après le raté de Joshua Michael Stern et Ashton Kutcher. Une nouvelle équipe plus prometteuse ?
     

Synopsis :

Quelques minutes avant 3 présentations publiques de produits ayant marqué la carrière de Steve Jobs, 4 personnages importants viennent le mettre au défi sur des sujets divers : Chrisann (Katherine Waterston), la mère de sa fille ; Joanna Hoffman (Kate Winslet), son assistante ; et deux de ses anciens partenaires, Steve Wozniak (Seth Rogen) et John Sculley (Jeff Daniels).

Un héros obstiné et mégalomane

 

Steve Jobs image
© Universal Pictures

Steve Jobs tourne autour du caractère obstiné et mégalomane de Jobs et de son incapacité à intégrer l’avis des autres. Il a le sentiment d’avoir tout compris et ne transige sur rien, quitte à être odieux. Chaque autre personnage vient le voir pour lui demander quelque chose ou le convaincre de prendre une décision, et Jobs répond en parlant très vite, sans jamais fléchir, sauf une poignée de fois avec le plus grand des mépris.

La question que cela pose est intéressante : que doivent faire ces personnages, se plier à tous les caprices d’un homme sous prétexte qu’il est un génie dans son domaine ? Tenir tête ?

Un parti pris narratif risqué

 

Steve Jobs image
© Universal Pictures

Question intéressante mais déploiement de l’action laborieux pour le spectateur, avec de longues argumentations au débit très rapide pendant que Jobs fait attendre dans la pièce à côté des centaines de spectateurs qui risquent de s’impatienter. À travers les dialogues et les disputes, on comprend une partie du passé de l’homme et sa personnalité, et on entend ses arguments révolutionnaires sur le marketing de l’offre plutôt que celui de la demande.

Le procédé, en plus d’être monotone, est bien plus théâtral que cinématographique : comme pour trop de films, on se demande sincèrement ce que l’œuvre fait dans une salle de projection plutôt que dans une salle de théâtre.

Des personnages secondaires intéressants

 

Steve Jobs image
© Universal Pictures

Mais plusieurs éléments intéressants valent tout de même le détour.

D’abord, Danny Boyle a évité l’écueil du larmoyant biopic à Oscars et les interprétations sobres mais réussies de Kate Winslet et Michael Fassbender sont de qualité, sans être grandiloquentes. A l’inverse d’Ashton Kutcher qui avait maladroitement tenté de s’approprier le démarche de Steve Jobs, Fassbender joue la simplicité et c’est tout à son honneur.

Ensuite, la personnalité très dérangeante de Chrisann, la mère de sa fille, est très intéressante. Baba cool cupide, elle utilise sa fille dont elle s’occupe mal pour soutirer de l’argent à Jobs.

Enfin, la rancœur de Steve Wozniak est montrée de façon tout à fait percutante et juste.

En résumé, le parti pris narratif de Steve Jobs pourrait être assez intéressant mais se révèle plutôt ennuyeux et semble avoir plus de raison d’être au théâtre qu’au cinéma.

Nous n’avons plus qu’à reprendre la question posée dans le film à propos des produits phares de Jobs : peut-on échouer deux fois et réussir la troisième ?

Espérons que pour les prochains biopics sur Steve Jobs, la réponse soit oui.

Et chers producteurs, mettez les chances de votre côté, la prochaine fois appelez David Fincher.  

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 3 février 2016
  • Distributeur France : Universal Pictures France
Marie Deconinck

Marie Deconinck

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Comédienne franco-québécoise, scénariste à mes heures et surtout obsédée de cinéma, j'aime les oeuvres flamboyantes et hypersensibles (Terrence Malick, Leos Carax, Charlie Kaufman, Xavier Dolan, David Lynch, Les frères Coen, Coppola...).

Top 5 Cinéma : "Nos meilleures années" (2003),"The Tree of Life" (2011), "Fargo" (1996), "Apocalypse Now" (1979), "Les enfants du paradis" (1945), "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" (2004)
Marie Deconinck

Laisser un commentaire