//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Au cœur de l’océan (2015) de Ron Howard
Au coeur de l'océan Affiche

Au cœur de l’océan (2015) de Ron Howard

Au coeur de l'océan AfficheRon Howard reprend la barre pour nous plonger Au cœur de l’océan (In the Heart of the Sea) de Ron Howard. Avec Chris Hemsworth à la tête de son équipage, le vieux réalisateur nous embarque sur les origines de Moby Dick avec un film d’aventure dans la pure tradition hollywoodienne.
    

Synopsis :

À l’hiver 1820, le baleinier Essex, originaire de Nouvelle-Angleterre, est attaqué par une créature redoutable : une baleine aux dimensions hors normes et à la volonté de fer qui semble animée par une terrible soif de vengeance.

 

Inspiré d’une histoire vraie…
   

Si il y a bien un réalisateur à Hollywood pour mettre en scène dans les règles de l’art un film « inspiré d’une histoire vraie », c’est Ron Howard, spécialiste en la matière depuis Apollo 13 (1995). Après A Beautiful Mind, Cinderella Man, Frost/Nixon et Rush (dernier film en date et première collaboration réussie avec Chris Hemsworth), le vieux briscard récidive avec Au cœur de l’océan, en mettant en scène l’histoire vraie ayant inspiré le roman culte de Herman Melville.

Au coeur de l'océan photo 1
© 2015 Warner Bros. Entertainment Inc. and Ratpac-Dune Entertainment LLC. All Rights Reserved.

      
Mais contrairement à son dernier opus, le scénario de Au cœur de l’océan est loin d’être exceptionnel. En plus d’une histoire déjà bien familière, le film souffre d’une narration très conventionnelle et d’une dramaturgie sans surprise, en manque d’originalité.

Comme dans son précédent film, le décevant Seventh Son (2014), le scénariste Charles Leavitt épuise les poncifs du genre sans aucun complexe et accumule les scènes maintes fois rabâchées. À l’image de la séquence d’adieu ultra stéréotypée entre le héros et sa femme – enceinte, bien évidemment – qui lui donne son médaillon en lui faisant promettre de revenir sain et sauf.

Mais dans les mains expertes de Ron Howard, spécialiste du classicisme hollywoodien, ces scènes font sourire et deviennent presque plaisantes, comme de vieilles pantoufles confortablement usées que l’on enfile au coin du feu. Le réalisateur sait faire dans la retenue quand il le faut et empêche à plusieurs reprise le film de s’enliser dans la lourdeur des clichés.

La force du film ne se trouve donc pas dans son intrigue conformiste. Elle réside dans la prouesse technique de sa mise-en-scène sensationnelle qui tient sa promesse et plonge bel et bien le spectateur au cœur de l’océan.

 

Au coeur de l'océan photo 1
© 2015 Warner Bros. Entertainment Inc. and Ratpac-Dune Entertainment LLC. All Rights Reserved.

Du grand spectacle
   

C’est à bord de l’Essex que le film hisse ses voiles et embarque le spectateur en pleine mer, en immersion totale avec l’équipage. Les séquences de tempêtes, de pêche à la baleine, et de naufrage s’enchaînent alors, plus spectaculaires les unes que les autres, et culminent avec l’époustouflante attaque de la monstrueuse baleine blanche.

Tout le talent et l’expérience de Ron Howard, chef d’orchestre expérimenté des grosses machines hollywoodiennes, permettent l’illusion saisissante de chacune de ces séquences, filmées entre les îles Canaries et les studios de la Warner en Angleterre.

    
Le réalisateur américain relève l’énorme challenge technique d’un tournage complexe de pas moins de 72 jours, en coordonnant avec savoir-faire tous les moyens colossaux de ce genre de production. De plus, Ron Howard passe le baptême de la 3D haut la main, avec l’aide de son talentueux chef opérateur, Anthony Dod Mantle (Slumdog Millionaire, Antichrist, 127 Hours, Rush). Le film bénéficie ainsi d’une  3D impeccable, renforçant l’immersion du spectateur en plein naufrage.

Devenu maître dans l’art de sublimer le courage d’hommes ordinaires, le réalisateur bénéficie d’un dernier atout de taille : un solide casting totalement impliqué et dévoué au film. Menés par le charismatique Chris Hemsworth, les acteurs principaux ont tous suivi un régime drastique – 500 calories par jour – pour interpréter des naufragés perdus en mer pendant plus de 90 jours, sans l’aide d’effets spéciaux. Un grand effort collectif pour un détail qui fait la différence.

Au cœur de l’océan aurait pu être un grand film si son scénario avait égalé la qualité de sa mise-en-scène. Le récit trop convenu et ses thématiques traitées sans grande originalité plombent quelque peu le film et l’empêche d’atteindre de plus grandes aspirations.

Malgré tout, grâce au savoir faire du réalisateur aguerri et aux prouesses des acteurs et de la technique, Au cœur de l’océan est un film qui vaut le détour et mérite largement d’être vu sur grand écran.

 

    
En savoir plus :

  • Date de sortie France : 09/12/2015
  • Distribution France : Warner Bros. France

Check Also

Affiche Walk with me

[CRITIQUE] « Walk with me » (2017) de Lisa Ohlin

Walk with me (De standhaftige) de Lisa Ohlin est un film sentimental nordique traitant de …

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

Laisser un commentaire