//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Hyena” (2014) de Gerard Johnson

[CRITIQUE] “Hyena” (2014) de Gerard Johnson

Si, selon le cinéaste Nicolas Winding Refn (Le guerrier silencieux, Valhalla Rising, Drive), le nom du thriller de demain est Hyena de Gerard Johnson (Tony), Bulles de Culture devait forcément y jeter un œil. Voici notre avis sur le film.

Synopsis :

Michael Logan (Peter Ferdinando) est un mélange complexe d’alcoolique occasionnel et d’officier de police corrompu.  Mais l’univers sinistre dans lequel il évolue est en pleine mutation. L’arrivée en masse de gangsters sans pitié venus d’Albanie menace de bouleverser le paysage criminel londonien.  Jusqu’ici son instinct lui avait toujours donné une longueur d’avance, mais son comportement de plus en plus autodestructeur et la brutalité des nouveaux chefs de gangs vont le plonger dans une spirale de peurs et de doutes.

Hyena :
Un polar non violent ?

© 2014 The Jokers

Attention, il ne faudra pas se fier à l’impression que film le film peut donner car Hyena n’est pas un film violent…

Enfin, pas que !

Certes, les scènes de violence sont bien présentes pour satisfaire les aficionados du genre et les personnages féminins doivent toujours autant jouer des coudes pour avoir une place dans ces univers virils. Mais ce qui intéresse vraiment Gerard Johnson et qui fait sa singularité, ce n’est pas de filmer des personnages forts dans un film de genre mais de filmer leur univers et leurs faiblesses.

D’où cet étrange sentiment d’irréel lors des règlements de compte — dû au décalage entre le son et l’image, amené par une absence de sons directs lors des moments forts —, suivi par des scènes de décompression orgiaque — la drogue aidant — ou douloureuse — le personnage accusant violemment le coup.

Ici, chaque coup porté compte et pas seulement physiquement.

Comme Shawn Ryan pour sa série The Shield (2002-2008), Gerard Johnson filme un personnage, sûr de lui, être entraîné dans un tourbillon de compromissions et d’échecs de plus en plus conséquent.

Les recettes d’un bon polar

 

© 2014 The Jokers

Bien évidemment, plusieurs choses importent dans un bon polar :

  • Premièrement : l’histoire. Grâce un travail de recherche sur le milieu de la drogue et du trafic d’êtres humains — étude sur le terrain, en amont de l’écriture du scénario, auprès de policiers et d’association —, Gerard Johnson propose véritablement un autre regard sur l’ouest londonien.
  • Deuxièmement : le casting. Avec son cousin Peter Ferdinando (Les Poings contre les murs), Gerard Johnson a su s’entourer de comédiens avec de vrais gueules, que ce soit du côté des flics que des gangsters.
  • Troisièmement : la mise en scène. Braquant une caméra fébrile sur ce personnage corrompu de flic qui s’accroche alors que tout s’écroule autour de lui, Gerard Johnson et son chef opérateur Benjamin Kracun (For Those in Peril) alternent les scènes proches du documentaires à de véritables scènes de nuit hallucinatoires.

Un réalisateur à suivre

 

Bien évidemment, le film n’est pas exempt de défauts, que ce soit au niveau du rythme ou de l’enchaînement des scènes. Mais à Bulles de Culture, nous aimons rencontrer sur les écrans de nouvelles têtes qui promettent.

Aussi, même si le deuxième film de Gerard Johnson n’est pas à l’abri de petites erreurs — notamment au niveau de sa fin qui laissera probablement perplexe certains spectateurs —, Gerard Johnson fait clairement partie de cette catégorie de réalisateurs qu’à l’instar de Nicolas Winding Refn, vous prendrez plaisir à découvrir…

Si ce n’est pas déjà fait !

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 06/05/15
  • Distribution France : The Jokers / Bac Films
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Check Also

sélection des sorties cinéma du mercredi 13 septembre 2017 image Le Redoutable, Mother !, Nos Années Folles, Barry Seal : American Traffic, Mary et Les Grands Esprits

Sorties cinéma du mercredi 13 septembre

Quel film voir cette semaine ? Le Redoutable, Mother !, Nos Années Folles, Barry Seal …

Affiche Message From The King

[CRITIQUE] “Message From The King” (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz est parti aux États-Unis pour tourner son film Message From The …

Laisser un commentaire