//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer / THEATRE: « Tartuffe d’après Tartuffe de Molière », une mise en scène de Gwenaël Morin/a direction by Gwenaël Morin

THEATRE: « Tartuffe d’après Tartuffe de Molière », une mise en scène de Gwenaël Morin/a direction by Gwenaël Morin

Dernière semaine au Théâtre de la Bastille de la nouvelle pièce classique revisitée cette saison par le metteur en scène contemporain Gwenaël Morin : « Tartuffe d’après Tartuffe de Molière ».

Last week at the Théâtre de la Bastille of the new classical play revisited this season by the contemporary director Gwenaël Morin: « Tartuffe d’après Tartuffe de Molière » (litterally, « Tartuffe from Tartuffe by Molière »).

More in English >>

Synopsis : Subjugué par l’hypocrite et faux dévot Tartuffe dont il en a fait son directeur de conscience, le grand bourgeois Orgon veut lui offrir sa fille et son héritage malgré l’hostilité de sa famille.

Après le décevant « Dom Juan » de Molière mis en scène par Marc Sussi, on attendait beaucoup du Tartuffe mis en scène par Gwenaël Morin, surtout après le réussi « Woyzeck d’après Woyzeck » de Georg Büchner (cf. THEATRE: « Woyzeck d’après Woyzeck » de Georg Büchner, une mise en scène de Gwenaël Morin). On était donc très curieux de voir son approche d’une pièce aux résonances très contemporaines.

Gwenaël Morin a choisi d’aborder la pièce par les mots, limitant le décor au strict nécessaire (un fond vert, une table, une reproduction en noir et blanc du « Radeau de la Méduse » de Théodore Géricault et quelques accessoires) et faisant interpréter indifféremment les rôles masculins et féminins par des comédiens hommes.
Si certaines scènes sont moins inspirées que d’autres, la pièce prend réellement toute sa force dans ces moments où la lumière et l’obscurité se font face à la lueur d’une bougie vacillante et où seuls la voix des comédiens subsistent.

« Le théâtre est le lieu d’où l’on voit.
Le théâtre est un point de vue.
Le théâtre est une question de regard.
Sans lumière ni ombre, ni fantôme, ni théâtre, rien juste l’obscurité et la peur. Mais le théâtre est aussi fait avec des mots, leur relation, les formes qu’ils produisent dans la parole.
Et qu’est-ce qu’il y aurait donc à voir dans la parole ? »
(Gwenaël Morin)

Mise en scène : Gwenaël Morin
Texte : Molière
Avec : Renaud Béchet, Julian Eggerickx, Barbara Jung, Grégoire Monsaingeon, Gwenaël Morin, Ulysse Pujo

En savoir plus :
Théâtre de la Bastille (site officiel) ;
« Tartuffe ou l’Imposteur » (Wikipédia).

Synopsis: Captivated by the hypocritical and fake devout Tartuffe whom he has made his spiritual director, the great bourgeois Orgon wants to offer him his daughter and his legacy despite the hostility of his family.

After the disappointing « Dom Juan » by Molière, directed by Marc Sussi, much was expected of Tartuffe directed by Gwenael Morin, especially after the successful « Woyzeck from Woyzeck by Georg Buchner » ( cf. THEATRE: « Woyzeck by Woyzeck by Georg Buchner », a direction by Gwenael Morin). We were very curious to see his approach of a play with contemporary resonances.

Gwenaël Morin has chosen to approach the play through its text, limiting the decor with the strictly necessary (a green background, a table, a reproduction in black and white of « The Raft of the Medusa » by Theodore Gericault and some accessories) and making male and female roles indifferently played by male actors.
If some scenes are less inspired than others, the play really takes all his strength in those moments when light and darkness are opposite in the light of a flickering candle and where only the voices of the actors remain.

« The theater is the place where one sees.
The theater is a point of view.
The theater is a matter of look.
Without light nor shade, neither ghost, neither theater, nothing, just the darkness and fear.
But the theater is also made with words, their relationship, the forms they produce in the speech.
And what would there to be seen in the word? »
(Gwenaël Morin)

Direction: Gwenaël Morin
Text: Molière
With: Renaud Béchet, Julian Eggerickx, Barbara Jung, Grégoire Monsaingeon, Gwenaël Morin, Ulysse Pujo

To learn more:
Théâtre de la Bastille (official website) ;
« Tartuffe » (Wikipedia).

Check Also

nina meurisse photo

[INTERVIEW] Nina Meurisse : « J’ai été élevée dans l’idée que le travail paie »

Un long métrage à dix ans et une mini-série de prestige à vingt-huit ans, découvrez …

En attendant Godot Laurent Fréchuret image (c) Christophe Raynaud de Lage

[CRITIQUE] « En attendant Godot » de Laurent Fréchuret

Ce sont de drôles de clowns qui sont venus nous conter l’absurde à La Fabrique …

Laisser un commentaire