//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / « Samson & Delilah » (2009), à la rencontre du peuple aborigène

« Samson & Delilah » (2009), à la rencontre du peuple aborigène

Samson & Delilah de Warwick Thornton porte un regard au plus près d’un des graves problèmes rencontrés par les autorités à propos des communautés aborigènes : la marginalisation de certains d’entre eux.
     

Synopsis :

Samson (Rowan MacNamara) et Delilah (Marissa Gibson) vivent dans une communauté aborigène isolée dans le désert du centre de l’Australie. La vie là-bas est un éternel recommencement : les jours passent, rien ne change jamais et personne ne semble s’en soucier. Quand le malheur s’abat sur eux, ils décident de s’enfuir. Commence alors un véritable périple pour réussir à survivre. Les deux adolescents découvrent que la vie hors de la communauté peut être cruelle. Affamés, rejetés, Samson et Delilah tombent pourtant amoureux l’un de l’autre. C’est tout ce qu’ils ont, leur seule réalité. Perdus, seuls et indésirables, ils découvrent que la vie n’est pas toujours juste mais que l’amour lui ne porte jamais de jugement.

L’Australie et les aborigènes

 

Terre de cinéma, l’Australie regorge de comédiens/comédiennes célèbres (Russel Crowe, Mel Gibson, Nicole Kidman, Cate Blanchett…), de réalisateurs reconnus (Peter Weir, Baz Luhrmann, Jane Campion…) et de films à succès (Australia, Crocodile Dundee, Mary et Max…). Mais derrière ses succès, ses plages de surf, ses paysages magnifiques classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO et ses billabongs (« en langue aborigène, un billabong est un méandre mort, qui se forme généralement quand le cours d’une rivière change », Wikipédia) remplis de crocodiles, vivent les aborigènes. Longtemps exclus et oubliés par la société australienne, les aborigènes représentent souvent l’Australie dans le monde par leur art et leur tradition.

Tourné au plus près de comédiens non professionnels (à l’origine chef opérateur, le réalisateur cadre lui-même le film) à Jay Creek, à 45 kilomètres à l’ouest d’Alice Springs dans le Territoire du Nord, Samson & Delilah suit les deux adolescents dans leur errance dans une société occidentale à laquelle ils sont incapables de s’intégrer. En effet, en regagnant peu à peu leur territoire d’origine, les aborigènes se sont regroupés en communauté. Mais lorsque l’un des membres de la communauté est exclu, il se retrouve à errer dans les rues de villes dont il ne comprend pas les codes, incapable de s’intégrer et totalement déraciné. Il finira souvent dans la drogue (Samson passe son temps à sniffer de l’essence), l’alcool (la bière est souvent interdite aux aborigènes dans beaucoup de lieux touristiques) et le vol (les vigiles suivent systématiquement Samson dans les supermarchés).

Samson & Delilah,
un film à voir
pour mieux comprendre le peuple aborigène

 

Aborigène lui-même, le réalisateur Warwick Thornton choisit de cadrer Samson & Delilah comme un documentaire par le choix de nombreux plans caméra à l’épaule et par le choix d’un tempo très lent. En effet, il n’est pas rare de voir les plans se prolonger jusqu’à leur épuisement, comme pour mieux souligner ce vide existentiel dans la vie des deux personnages principaux.

Au plus près d’un des graves problèmes rencontrés par les autorités à propos des communautés aborigènes (il n’est pas rare de voir traîner ces aborigènes exilés dans les rues des villes en vendant des peintures sans intérêt comme Delilah), Samson & Delilah a reçu la Caméra d’or au Festival de Cannes 2009 (prix récompensant le meilleur premier film). C’est donc un film à voir pour mieux comprendre le peuple aborigène qu’on ne peut approcher sans un guide si on n’en fait pas partie soi-même.

 

 

En savoir plus :

  • Samson & Delilah (2009)
    Equipe technique
    Directeur de la photographie, Réalisateur et Scénariste : Warwick Thornton
    Producteur : Kath Shelper
    Casting
    Rowan McNamara : Samson
    Marissa Gibson : Delilah
    Mitjili Napanangka Gibson : Nana
    Scott Thornton : Gonzo
  • Date de sortie France : 25/11/2009
    Distribution France : Why Not Productions

Check Also

Le grand méchant renard et autres contes affiche

[CRITIQUE] « Le Grand méchant renard et autres contes » (2017) de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Après son succès en librairie aux éditions Delcourt, Le grand méchant renard de Benjamin Renner …

K.O. affiche

[CRITIQUE] « K.O. » (2017) : Le mystère selon Fabrice Godert

Après des débuts sur grand écran très remarqués (Simon Werner a disparu nominé pour le …

Laisser un commentaire