enfr
Informations
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
© Frédérique C. / Bulles de Culture

Critique Avignon 2021 / « LET’S TALK ABOUT SEXism » de La Toute Petite Compagnie, Cie Les voix du conte et Cie Rêve de Lune

Avec LET’S TALK ABOUT SEXism, Claire Parma et Anaïs Vives, mises en scène par Elisabeth Desbois, proposent au Festival OFF d’Avignon 2021 une petite forme afin de définir le sexisme. Tout se passe sur un court de tennis. Une dizaine de textes sont scandés au rythme des balles et des services. Les mots fusent et un dialogue s’instaure entre danse et théâtre. À une époque où la question du genre est primordiale, ce spectacle devient vital. L’avis et la critique de Bulles de Culture.

Synopsis :

Un match de tennis débute. Homme ? Femme ? Qu’est-ce que la virilité, qu’est-ce que la féminité ?

Le corps d’Anaïs Vives répond aux mots de Claire Parma. Simone de Beauvoir, Emma Watson, Simone Weil, Virginie Despentes : leurs paroles féministes résonnent sur le court. Et les mots nécessaires repoussent les maux. Au fur et à mesure, des textes et des chansons, le tracé du cours de tennis évolue.

Oui, il ne tient qu’à nous de faire bouger les lignes.

LET’S TALK ABOUT SEXism : des propos pédagogiques

Mon genre doit-il définir qui je suis ?

Le spectacle LET’S TALK ABOUT SEXism a été conçu pour un public d’adolescents. En effet, chez certains jeunes, le respect de l’autre sexe pose problème et il est urgent de débattre avec eux sur ce qu’est le SEXISME.

Voilà pourquoi trois compagnies, Cie Les voix du conte, Cie Rêve de Lune et La Toute Petite Compagnie se sont unies pour créer cette forme. Elle est volontairement courte, 40 minutes, afin certes de provoquer la réflexion, mais surtout de démarrer la discussion.

Cet objectif pédagogique est nécessaire à atteindre avec nos adolescents. LET’S TALK ABOUT SEXism n’est pas une narration, aucune histoire n’est racontée, mais par contre, par le biais de citations d’auteures, la grande Histoire est scandée. Ou comment la femme a pu s’émanciper.

Textes et chansons de qualité

LET'S TALK ABOUT SEXism photo spectacle théâtre danse
© Frédérique C. / Bulles de Culture

Sur le court de tennis de LET’S TALK ABOUT SEXism qui se transforme en cours d’Enseignement Moral et Civique, aux balles se succèdent les mots. Anaïs Vives et Claire Parma utilisent des citations de Simone Weil ou de Simone de Beauvoir pour ouvrir les yeux des spectateurs.

Dans les années 60, les femmes n’avaient pas le droit d’ouvrir un compte bancaire sans l’accord de leur mari. À la fac, elles ne fréquentaient pas les mêmes bibliothèques que les hommes. À l’heure du jean, uniforme féminin des ados de nos jours, comment expliquer que les femmes des années 60 n’avaient pas droit aux pantalons au lycée ?

Les revendications de Virginie Despentes dans King Kong Théorie, ou les explications de Gloria Steinem dans Actions scandaleuses et rébellions quotidiennes sont propulsées comme des scuds sur le court de tennis, métaphore de notre société.

Des duels de chansons strictement opposées, poussent à la réflexion. Booba et son Pinocchio : « Fais-moi à manger, papa est fatigué » clashe ainsi avec Normal d’Eddy de Pretto : « Je me maquille pour te rentrer dedans ».

Il est plus qu’urgent de faire évoluer les mentalités.  Le sexisme est plus endémique que le racisme.

Un débat tout en finesse

Comment a évolué le rapport hommes/femmes dans l’Histoire ?

LET’S TALK ABOUT SEXism n’est pas un réquisitoire féministe. Ce spectacle aborde tout en finesse les rapports hommes/femmes et les obligations sociales et historiques de chacun.

Mais aucune caricature, oui, le diktat du « Sois belle et tais-toi » est rappelé. La femme n’a obtenu le droit de vote qu’en 1945 et est souvent encore enfermée dans le harem de la taille 38.

Mais l’originalité de Claire Parma et Anaïs Vives est qu’elles abordent aussi les obligations lourdes des hommes : responsables de leurs familles, ils ont longtemps dû subvenir aux besoins des leurs, et avaient jusqu’à peu, obligation de partir à la guerre !

Pour preuve que la parole est également donnée aux hommes dans ce spectacle, les citations d’Ivan Jablonka tirées Des hommes justes. L’homme au pouvoir est l’esclave de son genre.

Notre avis ?

C’est avec foi et passion que la danseuse Anaïs Vives et la comédienne Claire Parma de LET’S TALK ABOUT SEXism défendent l’idée que le genre ne se résume pas à deux idéaux opposés.

Des mots, des regards, des silences NÉCESSAIRES à tous, ados et adultes, pour convaincre qu’il faut que cela change !

En savoir plus :

  • LET’S TALK ABOUT SEXism de La Toute Petite Compagnie, Cie Les voix du conte et Compagnie Rêve de Lune à La Cour du Spectateur du 19 au 30 juillet à 18h30 dans le cadre du Festival OFF d’Avignon 2021. Relâche : 25 juillet
  • Durée : 40 minutes
  • Spectacle à partir de 11 ans
Frédérique C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.