enfr

Critique / « Simone Veil, mille vies, un destin » (2021) de Amandine Deslandes

Vous pensez connaitre la vie de Simone Veil ? Probablement en partie seulement ! Cette biographie d’une auteure passionnée nous rappelle que ce sont mille vies qui sont plutôt à considérer. Le livre nous les fait parcourir sans temps mort sans nous accabler de bien-pensance. Les détails sont nombreux et contribuent nous faire découvrir  l’humanité, parfois l’esprit rebelle et malicieux, de celle qui est devenue un mythe du 20e siècle. La critique et l’avis sur l’ouvrage Simone Veil, mille vies, un destin.

Cet article vous est proposé par un rédacteur-invité, le chroniqueur Gilles M..

Synopsis :

Née en 1927 à Nice,  rescapée des camps nazis ou elle a été envoyée identifiée comme  juive en 1944  à 16 ans , la vie publique  de  Simone  Veil ne commence véritablement s qu’ en 1974 avec sa nomination  comme ministre de la santé sous la Présidence de Valery Giscard d’Estaing qui la charge de faire adopter la loi dépénalisant le recours à l’interruption volontaire de grossesse.

Elle sera ensuite la première personne à accéder à la Présidence du Parlement européen,  fonction qu’elle occupe de 1979 à 1982.

De 1993 à 1995, elle est ministre d’État, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville au sein du gouvernement Édouard Balladur. Elle siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007 avant d’être élue à l’Académie française en 2008.

Décédée en 2007,  juste avant ses 90 ans Simone Veil fait son entrée au Panthéon avec son époux le 1er juillet 2018.

Le portrait d’une femme et non d’une icone

Ce parcours est impressionnant car il illustre des grandes évolutions historiques du siècle dernier : catastrophe du nazisme,  droit des femmes, montée de l’idée européenne, réconciliation franco-allemande… Simone Veil est associée à toutes ces transformations profondes. Elles les initient ou les accompagnent élevant sa vie au niveau d’un destin.

Pourtant ce n’est pas seulement ces évènements historiques qui passionnent Amandine Deslandes que ce qui se logent dans leurs interstices.

Se mettant souvent dans  les pensées intimes de Simone, elle nous donne à lire ses états d’âme, le récit des  décès de ces proches qui la dévastent, ses inquiétudes de mère de deux garçons,  sa  détermination  face aux obstacles à franchir ou son peu de gout pour la politique politicienne. On apprend par exemple que son mari à l’origine ne souhaitant pas qu’elle travaille, que les disputes entre ces deux fortes personnalités étaient fréquentes ou qu’elle avait peu de sympathie pour la personnalité de Valery Giscard d’Estaing mais appréciait sa politique et le contraire pour Jacques Chirac.

Simone Veil, mille vies, un destin : Un livre passionnant et passionné

Simone Veil, mille vies, un destin fourmille ainsi d’anecdotes sur les « Grands » de ce monde ou du moins de la politique qu’elle a fréquentés.  Ce passage derrière le miroir est passionnant.

Ces détails n’empêchent pas l’auteure de nous faire partager son admiration pour les qualités de Simone Veil : éthique, volonté, finesse, générosité, détestation des extrêmes…

Elle mène son récit des 90 ans de vie de son héroïne avec maestria : description des obstacles à franchir, anecdotes familiales, point de vue sur les personnalités de l’époque. Le lecteur ne s’ennuie pas une seconde !

Enfin de livre, l’auteure, elle-même un temps proche de la politique, nous indique son impression d’avoir vécu pendant quelques mois avec Simone Veil en écrivant son livre. Ses lecteurs lui sont reconnaissants d’avoir partagé de façon aussi vivante cette compagnie !

En savoir plus :

  • Simone Veil, mille vies, un destin, Amandine Deslandes, 304 pages, 18,50 euros, avril 2021, City Editions
Antoine Corte