enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
MON NOM EST CLITORIS de de Lisa Billuart-Monet et Daphné Leblond Affiche film cinéma

Critique / « Mon nom est Clitoris » (2019) : un documentaire éclairé sur le plaisir féminin pour casser les tabous

Un fascinant documentaire belge qui a fait parlé de lui a pour but de détricoter les idées reçues sur la sexualité féminine. Pensez-vous qu’on en parle beaucoup ? Si oui, pensez-vous qu’on parle bien ? Comment grandit-on avec ces représentations ? Les axes d’analyse du documentaire Mon nom est Clitoris permettent de déboucher sur des témoignages intelligents et intelligibles. A l’occasion de sa sortie en DVD et VOD, Bulles de Culture fait le grand écart philosophique et vous livre son avis et sa critique. 

Synopsis :

Douze jeunes femmes de 20 à 25 ans racontent le parcours de leur sexualité depuis l’enfance. Dans leur chambre, face caméra, elles s’adressent aux deux réalisatrices en proie aux mêmes questions. Elles se remémorent les premières sensations, les explorations hasardeuses, les conversations dans le noir et les obstacles inattendus.

Toutes sont mues, chacune à leur manière, par un même élan : la quête d’une sexualité épanouissante, libre et égalitaire.

Mon nom est Clitoris : faire les présentations pour rétablir le dialogue

MON NOM EST CLITORIS de de Lisa Billuart-Monet et Daphné Leblond image film cinéma
© La Vingt-Cinquième Heure

Le documentaire Mon nom est Clitoris se propose de déconstruire nos croyances et nos représentations sexuelles à travers des témoignages ouverts, forts et sincères de jeunes femmes. Mérite leur soit rendue pour parler de sexualité, LEUR sexualité et de tout ce qui la nourrit (l’estime de soi, le rapport au corps), à visage découvert et sans artifice, sans sujet périphérique tabou (les menstruations, la taille de l’attribut de leur partenaire, l’ennui au lit, le dénigrement des préliminaires,…).

Le documentaire a le pouvoir de fonctionner en miroir avec une personne de sexe féminin, mais aussi de sexe masculin. Lors de l’épineuse question des cours de sexualité à l’école, les intervenantes pointent une évidence : ces cours passent par la pose d’un préservatif sur, bien souvent, un fruit. Qu’en est-il de l’appareil féminin ? Est-ce l’homme qui fait tout le rapport et investit donc le lit en toute responsabilité ? Cette idée d’une non-égalité, d’un acte sexuel qui n’est pas du 50-50 fait alors son chemin dans la tête de la population.

Obtention d’informations pour les plus jeunes

MON NOM EST CLITORIS de de Lisa Billuart-Monet et Daphné Leblond image film cinéma
© La Vingt-Cinquième Heure

Les deux réalisatrices, Lisa Billuart Monetune et Daphné Leblond, franco-belge et une Parisienne, assument ce film militant car elles avaient des choses à dire. Mon nom est Clitoris est leur tout premier film. Sa conclusion ? Non, le clitoris n’est pas qu’un trou. Cette conclusion ne serait que graveleuse ou scabreuse si la sexualité était un champ si connu. Cette réflexion mérite des efforts, et Mon nom est Clitoris est un bon outil pédagogique car, en faisant de ce sujet une conversation taboue, la société condamne chaque individu à réinventer à chaque fois la roue, en s’aidant souvent de la pornographie.

Aidé d’un excellent montage, d’une bonne progression de narration, ce documentaire est une grande réussite.

En savoir plus :

  • Mon nom est Clitoris (1h20) est sorti en DVD chez La Vingt-Cinquième Heure Distribution le 02 mars 2021. Prix : 14,99€.
  • Mon nom est Clitoris est aussi disponible en VOD depuis le 02 avril 2021.
  • Sortie en salles France : 22/06/2020
  • Sortie en salles Belgique : 20/11/2020
  • Avant-première belge : Festival International du Film Francophone de Namur (octobre 2020).
Luigi Lattuca
Follow me

Un commentaire

  1. Le clitoris n’est pas qu’un trou ?
    Qu’on entende cela du sexe féminin ce serait logique, mais du clitoris… c’est étonnant comme conclusion.
    J’essaierai de voir ce film pour comprendre si c’est une coquille ou si la question s’est vraiment posée dans ces termes.
    En tous cas, ça donne envie de voir ce documentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.