enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Haut les filles » (2019) : le rock féministe et des complexes enterrés
Haut les filles de François Armanet affiche film documentaire cinéma

[Critique] « Haut les filles » (2019) : le rock féministe et des complexes enterrés

François Armanet s’est fait remarquer au Festival de Cannes en 2019 grâce au documentaire vivifiant (toujours à l’affiche !) Haut les filles. Bulles de Culture l’a vu récemment et l’a trouvé inspirant. Notre avis et notre critique film.

Synopsis :

En France, la révolution rock du jour se joue au féminin pluriel. Face aux clichés virils du rap et du rock, les femmes iconoclastes réinventent le corps, le désir, l’apparence, à rebours de tous les codes sur la beauté, le vêtement, la décence, le genre. Pourquoi et comment en est-on arrivé là ? Le rock usé, pour renaître, avait besoin d’une mue, de changer de rythme, de peau, de langue, de sexe. Le nouveau commando des filles a pris le pas, la parole, et joue la nouvelle manche. Au micro, sur scène ou dans la vie, dix chanteuses charismatiques tournent les pages de soixante ans de rock français.

Haut les filles : la révolution rock de dix femmes

Haut les filles de François Armanet image film documentaire cinéma
© Sonia Sieff

Et si le rock au féminin était né quand Édith Piaf s’est mise à fredonner Mon Dieu suite à la mort de son amant, le boxeur Marcel Cerdan ? Et si le rock féminin était de dompter ses blessures et de les transcender ? C’est de ce postulat que part le documentaire Haut les filles de François Armanet — journaliste à Libération depuis 1981 (rédacteur en chef du journal de 1998 à 2002) et au Nouvel Observateur (1989-1998 puis 2002-2019) —, produit notamment par Arte France Cinéma. Devant la caméra, très bien filmées et mise en valeur, dix chanteuses de la scène pop-rock française parlent en tout liberté, comme le laisse désormais rarement la possibilité la télé française : Brigitte Fontaine, Françoise Hardy, Vanessa Paradis, Charlotte Gainsbourg, Camélia Jordana, Jeanne Added, Catherine Ringer, Lou Doillon, Jehnny Beth et Imany.

Un documentaire inspirant et tonique

Haut les filles de François Armanet image film documentaire cinéma
© Sonia Sieff

De ce moment de cinéma, Bulles de Culture retiendra le sourire de celles qui parlent de moments pourtant douloureux (« Je pensais naïvement qu’on devait rester à la disposition de quelqu’un« , confie Françoise Hardy à propos de ses amours avec Jacques Dutronc) et l’inspiration qu’elles ont suscitées chez bon nombre de femmes… mais aussi d’hommes. Elles se sont données les moyens d’avoir du chien, de vaincre leurs complexes pour « taper du pied » sur scène — comme le dit joliment Vanessa Paradis en résidence récente à L’Olympia. Elles sont ainsi touchantes et apparaissent réellement créatives grâce aux extraits de leurs concerts soigneusement choisis. Les plans sur ceux-ci sont de haute voltige, notamment pour une Charlotte Gainsbourg plutôt rare sur scène — et encore plus en concert à la télévision. Les morceaux scéniques de la chanteuse donnent à voir un des ses récents spectacles, à l’image de son album Rest que Bulles de Culture a apprécié . Avec sa sœur Lou Doillon, elle commente d’ailleurs la comparaison inévitable (et toujours évoquée) avec son père Serge Gainsbourg et évoque aussi leur mère commune, Jane Birkin.

Dans le dossier de presse du film, on trouve également ces mots du réalisateur François Armanet : « La scène hexagonale en pleine effervescence est celle des femmes. Par les temps qui courent d’interrogation transgenre, de régression obscurantiste et de terrorisme sexiste, c’est une bouffée de Vie en rose aux airs de manifeste. De Piaf à cette nouvelle génération de Marianne binaires, on peut revoir l’épopée du genre d’un œil neuf ». Elisabeth Quin est la voix off de ce manifeste encore visible dans de nombreuses salles de cinéma en France.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 03/07/2019
  • Distribution France : Les Films du Losange

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi
Luigi Lattuca

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.