enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Vivre sans eux de Jacques Maillot photo téléfilm
© Philippe LEROUX - FTV / ITALIQUE

Critique / « Vivre sans eux » (2018) avec Bernard Le Coq, Esther Garrel et Grégory Montel

Présenté au Festival de la Fiction TV de La Rochelle en 2018, Vivre sans eux est un téléfilm de Jacques Maillot avec Bernard Le Coq, Esther Garrel et Grégory Montel. La critique et l’avis de Bulles de Culture sur ce thriller diffusé sur France 2 le mercredi 8 avril 2020.

Synopsis :

Martin (Bernard Le Coq) a 60 ans, Adèle (Esther Garrel) en a 25. Il est bougon, malade et timide. Elle est insolente, effrontée et provocante. Il cherche son fils, elle cherche son père. En sonnant à la dernière adresse du couple que formaient les deux disparus, ils tombent sur le nouveau propriétaire des lieux (Gregory Montel) qui les assure qu’ils sont partis à l’étranger. Martin et Adèle vont faire l’enquête pour disparition inquiétante que la gendarmerie leur refuse…

Vivre sans eux : un thriller au point de départ atypique mais qui manque d’un petit quelque chose

Vivre sans eux de Jacques Maillot photo téléfilm
© Benoit LINDER / FTV / ITALIQUE

Avec un tournage dans la région Grand Est (Lingolsheim, Château de Werde à Matzenheim, Ostwald, Sélestat, Strasbourg, Truchtersheim), un scénario de Jean-Luc Estèbe, une image de Luc Pagès, un montage d’Andréa Sedlackova, une réalisation de Jacques Maillot et une musique originale de Simon Meuret et Krishna Levy, Vivre sans eux est un téléfilm inspiré de faits réels où l’acteur Gregory Montel, que l’on a pris l’habitude de voir à la télé dans le rôle du gentil agent Gabriel dans la série Dix pour cent, incarne un homme n’hésitant pas à se métamorphoser en tueur de sang froid pour vivre une vie de luxe avec sa froide et déterminée épouse incarnée par l’actrice Lilou Fogli. Et alors que ce terrible couple pensait avoir mis la main sur une vaste propriété sans risque de voir débarquer de famille, deux proches des disparus se présentent inopinément quelques semaines plus tard.

En effet, le père d’une des victimes, Martin, interprété par le comédien Bernard Lecoq, a rendez-vous avec son fils, tandis que la fille d’un des disparus, Adèle, jouée par la comédienne Esther Garrel, est venue voir son père à l’improviste. Mais alors que le personnage de Gregory Montel réussit à convaincre la seconde que son père leur a vendu la maison et qu’il est parti à l’étranger, le premier craint le pire et va se mettre à épier les moindres faits et gestes de ces nouveaux propriétaires.

Vivre sans eux de Jacques Maillot photo téléfilm
© Bernard Barbereau

D’abord incrédule, Adèle va peu à peu se laisser gagner par l’inquiétante thèse de Martin et mener l’enquête avec lui. Car même si ni la gendarmerie, incarnée par Julie Badoc et Loïc Guingand, ni la sœur d’Adèle (Cécile Fisera) ne les soutiennent, les raisons secrètes de revoir leurs proches disparus sont si fortes que rien ne pourra les arrêter. Mais bien entendu, les dangereux nouveaux propriétaires n’ont pas l’intention de se laisser faire et sont prêts à tout pour conserver leur bien.

Notre avis ? Vivre sans eux est donc une fiction unitaire avec un point de départ atypique, un étonnant Gregory Montel dans le rôle d’un tueur et une touchante relation père/fille naissante entre les personnages de Bernard Lecoq et d’Esther Garrel. Cependant, il y manque un petit quelque chose pour en faire un thriller de plus en plus menaçant et sa fin traîne peut-être un peu trop en longueur.

En savoir plus :

  • Vivre sans eux est diffusé sur France 2 le mercredi 8 avril 2020 à 21h. Le téléfilm est également diffusé en streaming et disponible en replay sur France.tv
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

21 Commentaires

  1. On ne comprend pas quand esther parle, elle n’articule absolument pas !!

  2. La jeune fille aurait besoin de cours de diction Nous ne comprenons que la moitié des phrases qu’elle énonce. DOMMAGES

  3. Cette jeune Esther Garell, pourrait-elle articuler, on ne comprend rien de ce qu’elle dit !

  4. On ne comprend rien quand Adèle (esther garrel) s’exprime c’est incompréhensible et très irritant

  5. La diction de l actrice principale m a interrogé au point de me demander de qui était elle fille. J ai arrêté le film pour faire la recherche internet et là j ai tout compris…patetique.

  6. Heureusement qu elle s appelle Garrel, avec une diction pareille, comment obtenir un rôle autrement! Pitoyable!

  7. Dialogues d’Adèle (Ester Garrel) inaudibles, difficile à suivre, mauvaise diction. Le preneur de son aurait dû s’en rendre compte ? Téléfilm décevant.

  8. JEAN-JACQUES Boborykine

    Inaudible,les autres comediens sont compréhensibles. Dommage

  9. Effectivement l’actrice Ester Garrel inaudible,elle doit prendre des cours de diction.elle n’articule pas.Nous avons changé de chaînes tellement elle est incompréhensible,dommage.
    Nous aurions bien aimés voir le film en entier.

  10. J’ai abandonné le téléfilm, tellement Estér Garrel était inaudible, elle n’articule pas, incompréhensible quecela passe à la télé sans que le réalisateur ait fait une écoute au préalable.

  11. Esther Garrel, une nullité de la diction. On sait d’où elle vient,
    et elle est sans talent particulier : Jouvet doit se retourner dans sa tombe.

  12. Quel dommage. On a abandonné aussi tellement l actrice était inaudible.je ne comprends pas que les critiques n aient pas fait part de ce probleme

  13. Dommage, ça aurait pu être un bon film.
    Malheureusement, les dialogues de l’actrice étaient inaudibles et de ce fait pénibles. De ce fait, mauvaise actrice.

    Si elle fait encore des films, prévoir un sous titre.

  14. Effectivement, ce film qui devrait être bon, ou aurait du l’être, est plombé par la diction épouvantable de la jeune actrice. Parler comme ça dans la vie, peut-être qu’entre jeunes utilisant les mêmes phonèmes inaudibles ça marche, mais pour jouer un rôle dans un film, ça ne fonctionne pas. Il y a un public, c’est la raison du film. Et l’ingénieur du son ? En vacances ? Et le réalisateur ? On se demande si le film a été visionné, et par qui, avant d’être lâché à un public visiblement agacé par cette lamentable… bévue ?

  15. merci la famille

  16. L’actrice a une diction épouvantable !
    J’adore Bernard Lecoq.
    Elle gâche tout. Je vais abandonner tellement c’est pénible

  17. sylvaine da costa

    Actrice »fille et sœur de »..honteux.on ne comprend rien !

  18. Atroce, cette Esther Garrel ! Complètement inaudible, jeu très moyen, et laide par dessus le marché ! Une catastrophe ambulante …

  19. esther garrel m’a gaché mon film:elle n’articule pas!qu’elle prenne des cours de diction!heureusement que ce n’était pas le cas pour les autres acteurs…

  20. bonjour à tous , effectivement exactement la même critique que toutes ces personnes , impossible de comprendre quasiment tout ce que disait Esther Garrel , qui par ailleurs jouait très bien , mais ça a tout gâché , ou peut-être un problème de prise de son mais c’était vraiment infernal il faut qu’elle fasse des efforts de dictions et arrêter de parler « tête baissée en plus » je ne comprends pas que les producteurs etc etc , avant mise sur petit écrant, ne se soient pas rendu compte du problème en visualisant les scènes !!!! dommage

    • Si c’était un problème de prise de son, tous les autres acteurs auraient été inaudibles aussi. Non elle n’a pas fait de théâtre, pas pris de cours de diction, d’articulation. Elle est petite-fille, fille et sœur de réalisateur et acteurs. D’ci explique cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page