enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Un prophète et Qu'un seul tienne et les autres suivront affiches films cinéma

Critiques / « Un prophète » et « Qu’un seul tienne et les autres suivront » : la bonne santé des prisons françaises

Dernière mise à jour article : 28 septembre 2020 à 21:14

C’est qu’elle semble bien se porter nos prisons françaises. Je ne parle bien évidemment pas de l’amélioration de leur état de vétusté ou de leur surpopulation en baisse mais des deux films français sortis en 2009 sur le sujet : Un prophète de Jacques Audiard (Grand Prix du Jury au Festival de Cannes) et Qu’un seul tienne et les autres suivront de Léa Fehner (Prix Michel D’Ornano au Festival de Deauville). Les avis et critiques films de Bulles de Culture sur ces deux longs métrages.

Un prophète : le dedans de la prison

Il est toujours amusant de remarquer les convergences d’intérêt pour un même sujet chez des réalisateurs différents (cf. article précédent à propos du comédien Yvan Attal : La figure de l´amoureux fou chez Yvan Attal). Avec Un prophète et Qu’un seul tienne et les autres suivront, nous avons donc deux films sur la prison, deux films ayant remporté le Prix Louis Delluc et un comédien, Reda Kateb, comme passeur.

Un prophète et Qu’un seul tienne et les autres suivront, c’est aussi un film sur le dedans du milieu carcéral et un autre sur le dehors. En effet, là où Jacques Audiard commence par des plans flous, sombres et assourdis des bruits de prison (ordres, cris, bruits métalliques), Léa Fehner enserre une femme (Fanny Avram) à genoux et pleurant son incompréhension aux pieds d’une foule anonyme et insensible.

Dehors/dedans, dès les premiers plans de ces deux longs, sans savoir réellement ce qui se passe (images flous ou dialogues sans queue ni tête), nous savons de quel côté de la barrière nous allons nous situer.

Qu’un seul tienne et les autres suivront : un récit choral

L’autre point de rencontre entre Un prophète et Qu’un seul tienne et les autres suivront est la construction de leur histoire qui se rapproche énormément de celui des films américains. En effet, récit initiatique chez Jacques Audiard, récit choral à trois chez Léa Fenher, les deux films se déroulent selon une construction très américaine où le récit monte en puissance jusqu’au climax final où tout va se jouer.

Et c’est aussi là où se situe la force de ces deux films, avoir su précéder aux images et aux sons du film des mots et des récits maîtrisés :

  • Prix du meilleur scénario au Festival de Cannes en 1996 (Un héros très discret), César du meilleur scénario en 2002 (Sur mes lèvres), César de la meilleure adaptation en 2006 (De battre mon cœur s’est arrêté) et César du meilleur scénario en 2010 (Un prophète) pour l’expérimenté Jacques Audiard ;
  • Lauréate de la 9e session Émergence, Prix Junior du Meilleur Scénario Sopadin en 2007 et l’Atelier de la Cinéfondation en 2008 pour la toute jeune Léa Fenher et son premier long métrage Qu’un seul tienne et les autres suivront.

Un casting réussi d’acteurs confirmés et de jeunes pousses

Et en plus d’un scénario bien écrit, la réussite des deux films résident également dans un casting réussi où aux côtés de comédiens/comédiennes confirmés (Niels Arestrup, Marc Barbé et Farida Rahouadj en tête), de jeunes pousses pointent le bout de leur nez (Dinara Droukarova, Pauline Étienne, Reda Kateb, Julien Lucas, Vincent Rottiers, Tahar Rahim pour ne citer que ceux-là).

Enfin, le plan final chargé derrière le héros d’Un prophète (ballet de voitures) opposé au plan vide de Qu’un seul tienne et les autres suivront (parvis désert devant la prison) fait de l’un l’envers de l’autre, comme si le film de Léa Fehner amenait naturellement au film de Jacques Audiard, le comédien Reda Kateb servant de relais, en passant du dehors de Qu’un seul tienne et les autres suivront au dedans d’Un prophète.

Mais après tout, « qu’un seul tienne et les autres suivront », n’est-ce pas aussi la définition du « prophète » que l’on attend ?

En savoir plus :

  • Le prophète (2009)
    Réalisé par: Jacques Audiard
    Écrit par : Jacques Audiard, Abdel Raouf Dafri, Thomas Bidegain et Nicolas Peufaillit
    Avec : Tahar Rahim, Niels Arestrup, Reda Kateb
    Production : Why Not Production, Chic Film
    Date de sortie France : 03/03/2010
    Distribution France : UGC Distribution
  • Qu’un seul tienne et les autres suivront (2009)
    Réalisée par : Léa Fenher
    Écrit par : Léa Fehner
    Avec : Farida Rahouadj, Reda Kateb, Pauline Etienne, Marc Barbé, Vincent Rottiers, Julien Lucas, Dinara Drukarova, Fanny Avram
    Production : Rezo Films
    Date de sortie France : 09/12/2009
    Distribution France : Rezo Films
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page