enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
TU DEVIENDRAS HÉTÉRO, MON FILS de Caroline BENARROSH image documentaire
© TOHUBOHU FILMS

Critique / « Tu deviendras hétéro, mon fils » (2020) : un documentaire poignant sur France 5

Soirée placée sous le signe de l’émotion ce mardi 8 septembre 2020 sur France 5. La chaîne propose en effet Tu deviendras hétéro, mon fils, un documentaire de Caroline Benarrosh basé sur des histoires vraies de familles américaines montrant à leurs enfants le chemin « convenable à suivre ». L’avis et la critique de Bulles de Culture sur ce documentaire choc.

Synopsis :

Assumer son homosexualité, quand on est américain, aussi surprenant que cela puisse paraître, ne va pas forcément de soi. Des centaines de milliers d’entre eux, par pression sociale, familiale ou religieuse, se sont engagés et continuent de le faire dans des thérapies dites « de conversion »…

Tu deviendras hétéro, mon fils : la face noire de l’Amérique

TU DEVIENDRAS HÉTÉRO, MON FILS de Caroline BENARROSH image documentaire
© TOHUBOHU FILMS

« Pour moi, être homosexuel est vite devenu une question de vie ou de mort… » Par ces mots débute le documentaire Tu deviendras hétéro, mon fils réalisé en Amérique et diffusé ce mardi 8 septembre 2020 sur France 5. Diffusé dans le cadre de la soirée Le monde en face présentée par Marina Carrère d’Encausse, ce documentaire de Caroline Benarrosh autour de l’histoire de garçons américains, prénommés Lucas, Matthew et Jordan, s’annonce fort et dérangeant. Leur parcours est en effet loin d’être banal…

Lucas, Matthew et Jordan sont homosexuels et nés dans des familles, qui pensent qu’on puisse corriger cela.  Ils ont subi ce qu’on appelle une « thérapie de conversion » et ont souffert, chacun à leur manière, des choix que leur imposaient leurs familles et leurs milieux. Dans un pays comme les États-Unis qui nous apparaît développé, ces thérapies, qui n’en ont que le nom, promettent de revenir sur une orientation sexuelle déviante, afin de la changer, de la réparer même, et ainsi de changer l’identité profonde d’une personne.

La culpabilité au plus fort

TU DEVIENDRAS HÉTÉRO, MON FILS de Caroline BENARROSH image documentaire
© TOHUBOHU FILMS

En donnant la parole à trois garçons de cultures et de milieux sociaux différents, le documentaire Tu deviendras hétéro, mon fils nous immerge dans les souffrances que peuvent encore engendrer le simple fait de vouloir assumer son homosexualité.

Ce film glaçant retrace ainsi la trajectoire de chacun d’entre eux, et les suit dans leurs tentatives de reconstruction — notamment en retournant sur les lieux où ils ont été battus, giflés, jetés contre un mur… voire même violés pour les dégoûter d’un sexe d’homme. Une tâche aussi lourde qu’incertaine.

Leurs histoires intenses s’entrelacent pour mieux comprendre qu’il ne s’agit pas d’histoires isolées, mais bien de victimes d’une seule et même haine à l’encontre des homosexuels et trouvant sa source dans la religion. Elle s’accompagne d’une culpabilité des parents de ces enfants : plusieurs psychanalystes — ne cachant pas leur promotion de ces thérapies — estiment que l’homosexualité arrive au cerveau après un traumatisme survenu pendant l’enfance. Les abus sexuels en seraient la cause, surtout si le violeur est le père. Bien souvent catholiques, les adeptes de cette théorie oublient cependant un peu trop vite que l’Eglise elle-même, toujours empêtrée dans plus de contradictions, a souvent caché les viols pédophiles commis par des prêtres.

De même, ces chrétiens continuent de se demander pourquoi certaines personnes sont homosexuel·le·s : « garçon unique », « garçon sans père », « garçon entouré de trop de sœurs »… Alors qu’ils assurent dans le même temps encourager les familles à rester unies en s’appuyant sur des gays qui rejettent leur attirance pour le même sexe car la prennent pour une perte totale de contrôle. « La compassion sans compromis », entend-on de la bouche d’un de l’un d’entre qui court les plateaux télé pour vanter leur gentillesse avec les personnes homosexuelles, mais sans compromis dans leur accompagnement vers un autre mode de vie.

Effrayant, cette haine de l’autre qui encouragent la haine de soi.

En savoir plus :

  • Tu deviendras hétéro, mon fils est diffusé le mardi 8 septembre 2020 à 20h50 sur France 5. Le documentaire est également diffusé en streaming et disponible en replay sur France.tv
  • A noter qu’après la diffusion du documentaire, Marina Carrère d’Encausse propose le mardi 8 septembre 2020 à 22h un débat avec quatre invités
Luigi Lattuca
Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page