enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
The Great saison 1 affiche série télé

Critique / « The Great » saison 1 de Tony McNamara

Après la série de HBO (Catherine the Great) où la Grande Catherine de Russie est incarnée par Helen Mirren, la série The Great de Tony McNamara nous propose une nouvelle relecture de la vie de cette impératrice, jouée cette fois-ci par Elle Fanning pour Hulu, en incorporant dans sa biographie des enjeux modernes. La critique et l’avis série de Bulles de Culture sur The Great saison 1 disponible en streaming sur STARZPLAY depuis le jeudi 18 juin 2020.

Synopsis :

L’ascension d’une jeune et idéaliste demoiselle de 16 ans qui arrive en Russie pour un mariage arrangé avec l’imprévisible Empereur Pierre III (Nicolas Hoult). Rêvant d’amour et de douceur de vivre, Catherine II (Elle Fanning) est confrontée dès lors à un monde dangereux, dépravé et barbare.

The Great saison 1 : une impératrice en devenir

The Great saison 1 image série télé
© 2020 Hulu

Le premier épisode de The Great saison 1 s’ouvre par une présentation : une jeune fille sur une balançoire raconte à sa camarade ses ambitions : sa vie sera grandiose ou ne sera pas. Dès les premières minutes, tout l’enjeu de la série est donc posé : le visage juvénile et innocent d’Elle Fanning sert à propos la contradiction de Catherine II, entre petite fille qui croit encore au prince charmant — mais elle sera vite déçue — et impératrice en devenir.

Si son destin n’est pas une surprise pour le spectateur — Catherine II a été impératrice de Russie de 1762 a 1796 —, on ne peut s’empêcher de se demander comment cette jeune fille naïve réussira à prendre les rênes du pouvoir. Le lieu où elle y parviendra sera la Russie, une contrée lointaine, barbare où la cour se divertit par des spectacles d’ours et des massacres de rongeurs. En effet, la  future Catherine II est promise en mariage à Peter III (Nicolas Hoult, découvert dans la série Skins) et devient de fait la nouvelle impératrice de ce pays qui lui est inconnu.

Ses premiers pas à la cour de Russie remettent d’abord en cause ses idéaux : elle rencontre un Empereur Peter III vulgaire, méchant et capricieux, façon enfant terrible à la tête d’un pays, ainsi qu’une cour illettrée et superficielle. Le prisme pris par The Great est en cela plutôt intéressant : la future impératrice va devoir apprendre à grandir et mettre ses rêves de princes et de princesses de côté afin de commencer sa quête du pouvoir grâce à sa culture. 

La future Grande Catherine ne jure en effet que par Descartes et va trouver un réconfort et un futur allié auprès d’Orlo (Sacha Dhawan), un équivalent de nos geeks d’aujourd’hui et un des seuls aristocrates de la cour intéressé par autre chose que les rumeurs et à être capable d’ouvrir un livre.

Elle Fanning porte la série et est parfaite pour le rôle, sa candeur naturelle et son espièglerie donnent de l’épaisseur à un personnage relativement stéréotypé, celui de la jeune promise qui découvre que le monde n’est pas la bulle parfaite qu’elle avait imaginée.

Une satire au service d’un propos féministe

The Great saison 1 image série télé
© 2020 Hulu

The Great saison 1 n’est pas pour autant une biographie fidèle de Catherine II, et c’est tant mieux. La série réécrit à sa sauce la vie de l’impératrice, en y saupoudrant quelques touches de féminisme. Découvrant que son mari est une bête ignare, Catherine II va ainsi se rebeller et s’assurer une place en tant que femme, et qui plus est, femme cultivée.

Toute la série sera portée par cette course en avant vers le pouvoir qui passera avant tout par la satire et la comédie : les scènes sont très drôles lorsqu’elles dépeignent les affres des femmes — les scènes de sexe entre Catherine II et l’empereur sont particulièrement justes ! — et la farce du pouvoir qui a lieu dans la cour.

Nicolas Hoult incarne à propos le capricieux empereur Pierre III, qui refuse à l’un de ses sujets de se raser la barbe et la prend comme une provocation à son encontre. Il ne se gêne pas non plus pour prendre des amantes à tout va aux yeux de tous, pour frapper sa jeune femme et pour déclarer qu’une femme, c’est fait pour avoir des enfants, pas pour lire.

Le ton caustique du personnage d’Elle Fanning et de Marial (Phoebe Fox), une aristocrate déchue devenue sa favorite, réalise un bon équilibre et il est même rafraîchissant dans l’ambiance de cette cour délétère.

Avec The Great, Tom McNamara est donc dans la lignée fidèle de La Favorite, un film qu’il a également scénarisé, et montre avec cette série sa capacité à réécrire l’histoire comme une comédie — une comédie sous l’angle de destins féminins.

En savoir plus :

  • The Great saison 1 est disponible en intégralité en streaming sur STARZPLAY depuis le jeudi 18 juin 2020
Cécile G.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.