enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Disparus de Thierry Binisti photo 1
© Angéla Rossi / Ramona Productions 2014

Critique / « Disparus » (2014) de Thierry Binisti

Très tendance dans les polars, les disparitions d’enfants se déclinent au féminin (Disparue) et au pluriel (Disparus) sur France 3 en ce mois d’août 2018. L’avis et la critique de Bulles de Culture sur Disparus, le téléfilm en deux parties de Thierry Binisti avec Claire Borotra et Vincent Perez, rediffusé le jeudi 30 août 2018.

Synopsis :

C’est arrivé au moins une fois dans votre vie. Vous avez confié votre enfant à une jeune fille, un soir, en promettant à la prunelle de vos yeux de ne pas rentrer tard. Sauf que voilà… Imaginez que ce soir-là, en rentrant, il n’y ait plus personne. Ni enfant, ni babysitteuse. Fugue inconsidérée de la jeune fille ? Enlèvement ? Double meurtre ?

Disparus : l’omerta face à la détresse humaine

Avec un tournage dans le magnifique décor qu’est la Corse — dans les villages de Cargèse, Piana et Vico, dans la région de Sagone et dans la ville d’Ajacccio — et une musique riche de sonorités du coin — composée par Anghjulina et Jean-Claude Nachon, la bande originale comprend également des chants inédits du groupe de musique corse A Fileta —, le téléfilm Disparus, réalisé par Thierry Binisti et écrit par les scénaristes Olga Vincent, Véronique Lecharpy et Jean-Pierre Alessandri, déroule l’habituel drame familial qui fait vaciller une communauté.

L’originalité d’une telle fiction sur le thème de la disparition réside souvent dans l’univers dans lequel l’histoire est implantée. Ici, dans ce téléfilm — ou mini-série selon cette nouvelle mode où toutes les fictions deviennent des séries sans l’être vraiment —, il s’agit donc de la Corse où en plus des secrets de famille et passé trouble habituels va s’ajouter l’omerta qui sévit sur l’Île de Beauté. Comment en effet retrouver des enfants disparus quand la parole circule si peu ?

C’est ce à quoi sont confrontés une mère de famille éplorée (Claire Borotra) et un enquêteur expérimenté (Vincent Perez), venus tous deux du continent. La première, en instance de divorce, est rejetée par la famille de son futur ex-mari, au point de lui refuser de faire partie de la battue pour retrouver son enfant. Le second se heurte aux susceptibilités des autochtones peu enclins à se confier aux gendarmes.

Un téléfilm plutôt pas mal

Côté comédiens, Vincent Perez et Claire Borotra, les deux « étrangers » de la communauté, proposent dans Disparus un jeu distant qui contraste avec l’empathie que suscite habituellement de tels protagonistes. De même, on peut reprocher aux interprètes « corses », tels que Cyril Lecomte, Jean-Philippe Ricci et Marina Tomé, de surjouer un chouïa trop leurs personnages insulaires.

Mais une petite mention aux comédiens Jean-Michel Noirey et Alexandre Carriere, qui jouent les commandant Morel et brigadier Rostand, deux personnages qui font chacun à leur manière le lien entre l’île et le continent, l’un en apprenant leur langue et l’autre en composant avec ses particularités.

Bref, sans être très original mais jouant habilement des clichés et d’une certaine réalité de la Corse, le téléfilm Disparus se révèle plutôt pas mal. On regrettera néanmoins une fin et un épilogue qui s’étirent inutilement en longueur.

En savoir plus :

  • Disparus a été diffusé sur France 3 le jeudi 30 août 2018 à 21h
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.