enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Cheyenne et Lola saison 1 image de tournage série télé
© Jean-Christophe Nurbel / Bulles de Culture

Sur le tournage de « Cheyenne et Lola » saison 1

« Il y a un peu une histoire platonique entre Lola et Cheyenne »

La série Cheyenne et Lola est donc portée par la Belge Veerle Baetens et la canadienne Charlotte Le Bon. Deux excellentes actrices pour deux personnages de femmes fortes et déterminées.

Le personnage de Lola

Cheyenne et Lola est votre première série pour la télévision…

Charlotte Le Bon : Oui et cela faisait aussi deux ans que je n’avais pas tourné parce que tout ce que je lisais ne m’intéressait pas ou parce que les films, que j’avais envie de faire, ne se montaient pas. Je n’étais pas pressée parce que je voulais que mon prochain projet me permette de repousser mes limites et faire quelque chose d’un peu fou.

Est-ce le cas avec cette série ?

Charlotte Le Bon : Oui, le personnage de Lola est incroyable parce qu’il me permet de toucher tellement de choses : c’est un rôle complètement éclaté. Avant, on avait tendance à me donner des rôles de femmes posées, gentilles et douces dans les comédies. Lola, elle, est une femme, une enfant, une folle et en même temps, elle est hyper intelligente à sa façon.

Et c’était aussi un défi monstre de tenir ce rôle sur autant de temps parce que c’était la première fois que je faisais une série.

Et vous avez les cheveux blonds…

Charlotte Le Bon : J’ai dû me teindre en blonde pour le rôle et c’est la première fois de ma vie que je mettais une couleur dans mes cheveux.

Cheyenne et Lola saison 1 image de tournage série télé
© Jean-Christophe Nurbel / Bulles de Culture

Qui est Lola pour vous ?

Charlotte Le Bon : C’est le genre de fille un peu caméléon et extrèmement influençable, mais en même temps, elle a sa propre personnalité qui est très, très présente.

Au début, elle accompagne une espèce de faux gourou, qui donne des conférences à la noix, et elle s’est créée ce petit persona de femme parfaite, qui est toujours très bien mise et très bien habillée. Mais dès qu’elle rencontre Cheyenne, il y a quelque chose qui « shifte » un peu et ça, c’est typique des borderlines.

(Elle sort un petit cahier décoré de gommettes colorées — voir photo ci-contre —, où elle a pris des notes pour chaque séquence de la série, et se met à le lire) Les borderlines ont des soucis de personnalité. Ils n’arrivent pas trop à se trouver. Ils sont terrorisés par l’abandon et s’accrochent à une personne dès qu’elle lui donne de l’attention. Ils ont un problème identitaire : ils ne sont pas trop qui ils sont et essaient de se trouver à travers une façon de s’habiller ou à travers les gens qu’ils cotoient. Ils se cherchent et évoluent en permanence.

C’est fascinant de faire un personnage comme ça.

Qu’apporte le personnage de Cheyenne au vôtre ?

Charlotte Le Bon : Cheyenne est la seule personne qui arrive un peu à cadrer Lola, à sa façon. Il y a un peu une histoire platonique entre Lola et Cheyenne. Lola est fascinée par elle.

Enfin, en quoi pour vous cette série est différente des autres ?

Charlotte Le Bon : Aujourd’hui, il ya très peu de choses sur ce ton avec des personnages féminins si forts, qui tiennent la série et qui ne soient pas décrits comme des personnages stéréotypés. En ce sens, je trouve que c’est plutôt révolutionnaire et que ça va faire du bien à beaucoup de personnes et à beaucoup de générations différentes.

Le personnage de Cheyenne

Qu’est-ce qui vous a donné envie de jouer dans la série Cheyenne et Lola ?

Veerle Baetens : Elle parle de vraies choses et il y a plein d’humour dedans. C’est très léger. Pour moi, Cheyenne et Lola, ce sont un seul et même personnage. L’un n’existe pas sans l’autre et inversement.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le personnage de Cheyenne ?

Veerle Baetens : J’aime quand les personnages vibrent. Je n’aime pas jouer des avocats ou des docteurs. Je préfère les personnages qui ont vécu des trucs et qui sont plutôt en bas de la société. Ils sont plus instinctifs, plus « animal ».

L’inspiration de la série est L’impasse [NDLR : un long métrage de Brian De Palma avec Al Pacino et Sean Penn]. Dans ce film, Al Pacino sort de prison et veut rompre avec la criminalité. Il veut vivre avec son amoureuse mais c’est le malheur qui va lui tomber sur la tête. A chaque fois, le crime va le tirer vers le bas. C’est un peu la même chose pour Cheyenne.

Qu’est-ce que la rencontre avec Lola va changer chez elle ?

Veerle Baetens : Sa confiance aux autres et son contact avec les gens. Cheyenne est beaucoup dans le rejet parce qu’elle se sent rejetée. Et sa façon de gérer ça est de fuir les gens. C’est pour ça qu’elle vit toute seule dans une caravane sur la plage. Le vrai contact chaleureux qu’elle a, c’est avec un enfant et avec sa soeur, c’est tout. Avec Lola, elle va arriver à se lier aux gens et même à des groupes de femmes.

Lola lui apporte peut-être aussi de la légèreté. Mais à la fin, pas au début (rires).

Vos deux personnages sont en effet très différents…

Oui et c’est pour ça que Cheyenne est emballée par Lola car elle n’est pas comme elle. Lola fait des trucs avec lesquels Cheyenne n’est pas d’accord mais Lola arrive à la « scotcher » suffisamement pour qu’elle est envie de continuer avec elle. Et c’est très certainement dû au fait qu’elle est très différente d’elle.

Cheyenne voit aussi une enfant ou une biche blessée en elle. Tout ce que Lola fait, ce n’est pas parce qu’elle est méchante mais parce qu’elle a envie de s’en sortir, comme Cheyenne, mais d’une autre façon. Dans cette première saison, on n’apprend pas beaucoup de choses sur Lola mais on peut imaginer que même si c’est très différent de Cheyenne, ce n’est pas non plus très chaleureux d’où elle vient.

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page