enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Quand on a 17 ans_affiche

Critique / « Quand on a 17 ans » (2016) : « le coeur fou robinsonne… »

Dernière mise à jour article : 16 février 2021 à 18:06

Un décor de montagnes (Les Pyrénées), deux saisons (été, hiver) rythmées par le temps scolaire, plus de vingt ans après Les Roseaux sauvages (1994), André Téchiné nous revient avec un sujet sur l’adolescence, co-écrit cette fois-ci avec Céline Sciamma. L’avis et la critique film de Bulles de Culture sur Quand on a 17 ans.

Synopsis :

Damien (Kacey Mottet Klein), 17 ans, fils de militaire, vit avec sa mère médecin (Sandrine Kiberlain), pendant que son père (Alexis Loret) est en mission. Au lycée, il est malmené par un garçon, Tom (Corentin Fila). La violence dont Damien et Tom font preuve l’un envers l’autre va évoluer quand la mère de Damien décide de recueillir Tom sous leur toit.     

Quand on a 17 ans : désir et attirance

On ne joue pas l’homosexualité, on ne joue pas l’hétérosexualité, on joue le désir, l’attirance de l’un vers l’autre.
— André Téchiné

Avec Damien, le fils de militaire, et Tom, le fils adoptif de fermiers, l’histoire du long métrage Quand on a 17 ans est celle de deux adolescents solitaires, en Terminale S, qui vont se mettre à se haïr. Deux adolescents opposés mais plein d’énergie : Damien pratique la boxe avec son oncle Paulo (Jean Corso) tandis que Tom alterne entre le rude labeur de la ferme et les longs trajets entre la maison et l’école.

Damien, interprété par le blond et mélancolique Kacey Mottet Klein, est ainsi l’opposé du mystérieux et métissé Tom, joué par Corentin Fila. Troublés l’un par l’autre, Damien et Tom se bagarrent sans cesse jusqu’au jour où Marianne, interprétée par l’excellente Sandrine Kiberlain, décide de recueillir chez eux Tom pour l’aider à réussir ses études.

La relation en triangle instaurée par elle va peu à peu transformer la haine réciproque — celle de deux adolescents incapables de verbaliser les nouvelles sensations qui traversent leurs corps en pleine évolution — en une nouvelle relation.

Un film fort sur le cheminement du désir et de l’apprentissage de la vie 

Montrer le cheminement d’un désir
— André Téchiné

Dans le film Quand on a 17 ans, André Téchiné et Céline Sciamma ne jouent pas le cliché de l’homophobe pour mettre un obstacle dans la relation qui se noue entre Tom et Damien. André Téchiné filme au contraire une histoire où les seuls obstacles seront internes, viendront des personnages eux-même. Même, Marianne, la mère de Damien, ne les juge pas. Elle est même celle qui rend insconciemment leur histoire d’amour possible. Et c’est aussi la force de ce nouveau film d’André Téchiné : le casting de ce trio.

Les deux jeunes comédiens principaux, Kacey Mottet Klein et Corentin Fila, nous offrent en effet des regards, des silences des gestes (de violence, de tendresse) et des postures corps au cinéma qui, sous le regard du réalisateur et de son chef opérateur Julien Hirsch, donnent corps (adolescents) à cette frémissante histoire d’amour.

À leur côté, Sandrine Kiberlain confirme qu’elle a trouvé sa place dans le cinéma français où la légèreté de son jeu apporte dans les films un subtil décalage entre ses personnages et leur environnement, comme dans cette très belle scène où elle écoute en silence son fils s’ouvrir enfin à elle sur ses sentiments.

Notre avis ?

Quand on a 17 ans prouve une nouvelle fois le talent de metteur en scène d’André Téchiné, qui signe ici un film fort sur le cheminement du désir et de l’apprentissage de la vie chez deux adolescents.

En savoir plus :

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.