enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Nuit sombre et sacrée Michel Connelly livre critique avis 2020 couverture

Critique / « Nuit sombre et sacrée » (2020) de Michael Connelly

Dernière mise à jour article : 13 juin 2020 à 15:22

Les fans de Michael Connelly sont satisfaits. Le dernier roman de leur auteur favori, Nuit sombre et sacrée, est sorti en français en librairie début mars avant la fermeture de ces dernières — le livre était disponible depuis 2018 en anglais sous le titre Dark Sacred Night. Les lecteur assidus de l’auteur y ont retrouvé Harry Bosch. Critique et avis livre sur ce nouveau rendez-vous avec le célèbre inspecteur pourchassant le crime à Los Angeles

Cet article vous est proposé par un rédacteur-invité, le chroniqueur Gilles M..

Synopsis :

Le roman démarre avec la rencontre de Renée Ballard, inspectrice solitaire et déterminée au LAPD (Los Angeles Police Department) et d’Harry Bosch autour d’armoires de rangement délaissées mais susceptible de faire avancer des enquêtes. Renée Ballard était apparue seule dans un précédent roman de Michael Connelly, En attendant le jour. C’est une jeune femme d’une trentaine d’années, métisse d’origine hawaïenne, qui vit dans son van avec un chien recueilli dans la rue. Elle pratique au bord de la mer le paddle pour se ressourcer. Harry, né dans les années 1950 et ancien inspecteur de la LAPD aujourd’hui rattaché à la police de San Fernando, est plus âgé mais ces deux-là sont fait pour s’entendre.
Harry travaille à titre mi-personnel mi-professionnel à résoudre le meurtre d’une adolescente de 15 ans, Daisy Clayton. Daisy fut retrouvée morte, mutilée et torturée dans la benne à ordure d’une ruelle il y a plus de neuf ans. Bosch a fait la promesse à Élisabeth, sa mère, de tout faire pour découvrir l’identité de l’assassin. Il va héberger Élisabeth chez lui, le temps que celle-ci soit assez forte pour refaire sa vie suite à sa laborieuse désintoxication.
Renée fascinée par les recherches d’Harry, va lui proposer de l’aider. En même temps, chacun continue indépendamment à travailler sur ses propres enquêtes. Harry suit en particulier une piste pour identifier qui a ordonné le meurtre d’un chef de gang de la San Fernando Valley, Cristobal Vega, tué d’une balle dans la nuque lorsqu’il promenait son chien.

Nuit sombre et sacrée : la saga Harry Bosch continue

Nuit sombre et sacrée est le vingt-quatrième roman de l’auteur ayant pour base des enquêtes d’Harry Bosch. Depuis le premier en 1992, Les égouts de Los Angeles, le lecteur peut donc compter sur quasi une aventure par an ! Une performance qui s’installe déjà aujourd’hui entre les Rougon-Macquart (20 livres) et La Comédie humaine (90 ouvrages !).

Comme dans une série télévisée, au fil des années, le héros devient familier. Des personnages annexes apparaissent dans certains titres puis se retrouvent dans d’autres. La chronologie interne est en phase avec celle de l’écriture des romans. Le lecteur connait désormais les qualités et aussi la part de ténèbres d’Harry. Il est attaché à cet inspecteur comme à un ami.

Harry Bosch : pro mais pas trop

Harry Bosch est un acharné de la résolution des crimes impunis. Il est attentif au moindre indice sur la scène de crime et au plus petit détail d’une déclaration de témoin. Son immense expérience est à la base de ses intuitions qui le trompent rarement. C’est aussi un policier qui a souvent un coup d’avance et qui, dès le début d’une enquête, veille à ce que la défense dans le futur procès ne puisse pas remettre en cause tous les éléments de preuve. Son professionnalisme rassure le lecteur jusqu’au moment où le criminel poursuivi se rapproche. Car impossible de rester toujours à distance des criminels en recueillant tranquillement des preuves tout au long d’une enquête. Dans Nuit sombre et sacrée, comme dans la plupart des romans précédents, Harry puis Renée Ballard vont expérimenter des moments difficiles, prisonniers des criminels qu’ils poursuivent, et faire trembler les lecteurs avec eux.

Menacé, Harry est tenté de se faire parfois justice lui-même. Cette tension entre légalité et justice est habilement exploité par l’écrivain américain Michael Connelly pour emmener le livre vers des dimensions métaphysiques.

L’arrivée d’une nouvelle héroïne

Avec Renée Ballard, Harry Bosch trouve à la fin de sa carrière son alter ego, tandis que Michael Connelly tient enfin son personnage féminin dans Nuit sombre et sacrée. Même acharnement à traquer la vérité, même sagacité et intuitions sur les scènes de crimes et dans les entretiens, même histoire compliquée, même courage mais aussi même indépendance.

Les deux inspecteurs s’apprivoisent lentement avec respect et pudeur. Le lecteur est attendri. Parions que cette collaboration est juste un commencement.

A la fin de Nuit sombre et sacrée, Harry retrouve Renée. Lessivé par sa dernière aventure et congédié de son poste officielle dans la police locale, il parait encore plus proche que jamais d’un épisode dépressif. Mais Renée lui fait une ouverture annonciatrice d’un futur en commun.

OK, dit-elle. Oui, on pourra travailler ensemble sur des affaires. Mais les règles, on les tord, Harry. On ne les brise pas. »

Nous sommes rassurés. Nous n’allons pas tarder à les retrouver.

En savoir plus :

  • Nuit sombre et sacrée, Michel Connelly, Éditions Calmann-Lévy, collection Calmann-Lévy Noir, 11 mars 2020 , 432 pages, à partir de 15.99 euros
Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page